WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes égyptiens anciens et les contes de l'Afrique subsaharienne: essai d'une analyse comparée


par David Elysée Magloire TESSOH
Université Yaoundé 1 - Master en littérature et civilisations africaines 2011
  

précédent sommaire suivant

IV-1-3 L'amour

Le mot amour est diversement apprécié. Le petit Larousse illustré le définit comme un sentiment très intense, sentiment englobant la tendresse et l'attirance physique entre deux personnes. A. Camus le définit comme étant « Un mélange de désir, de tendresse et d'intelligence qui me lie à tel être »43(*). Pour Denis de Rougemont :

Tout amour véritable est une relation, réciproque [...] cette relation s'établit tout d'abord à l'intérieur de chaque personne entre l'individu, qui est l'objet naturel, et la vocation qu'il reçoit, sujet nouveau, et tel est l'amour de soi-même. Elle s'établit ensuite à l'intérieur du couple, entre les deux sujets objets que constituent les deux personnes mariées. Elle s'établit enfin entre le couple et la communauté humaine. Telle est la plénitude de l'amour44(*)

Il découle de ces définitions qu'éprouver l'amour pour quelqu'un, c'est avoir une très belle histoire sentimentale avec celui-ci, c'est avoir de la dévotion, du dévouement qui souvent se rapproche de l'idéalisation ou de la divinisation de l'autre. L'amour est en définitive le fait d'avoir un goût prononcé, une passion pour quelque chose, quelqu'un de charmant, d'adorable, qu'il soit du même sexe ou non.

Dans notre corpus l'amour est diversement exprimé et orienté. Nous nous attarderons sur :

L'amour des humains pour les animaux, l'amour des pères pour leurs enfants, et l'amour d'un homme pour une femme et vice versa.

Le premier type d'amour est visible dans le conte n° 9 " Le prince" dans ce récit nous pouvons voir l'amour sans réserve et sans condition du jeune prince pour les animaux que sont : un petit chaton, un petit chien et un petit charognard.

Alors qu'il était en promenade, le petit prince va acheter à prix d'or trois petits animaux. Dès lors, il s'attachera à ces bêtes et veillera à ce qu'elles ne manquent de rien, pour manifester son amour à l'endroit de ces nouveaux amis, le prince va se sacrifier et sacrifier sa mère pour qu'ils ne dorment pas affamé. A ce sujet, le narrateur témoigne que :

Chaque jour, il part tuer des oiseaux : un pour le chaton, un pour le petit charognard, un pour le petit chien, un pour sa mère, et le cinquième pour lui-même. S'il en tue quatre, il en donne un à chaque animal et partage le quatrième entre lui et sa mère. Si le partage est impossible, c'est lui et sa mère qui dorment à jeun.

L'amour d'un père pour son fils est palpable dans le conte n° 28. Dans ce conte on peut lire : « Le père de Devi était un homme bon et doux qui aimait beaucoup son fils ».

Le troisième type d'amour qui existe dans notre corpus est le plus flagrant, on peut l'observer dans les contes n°s 1,7,8,11,28.

Dans le conte n° 1, nous avons deux cas où l'homme aime sa femme. Le premier cas c'est celui de Baiti qui aime énormément sa femme :

Khnoum lui modela, pour demeurer avec lui, une compagne, la plus belle de toutes les femmes sur la terre entière. [...] Bata l'aimait, l'aimait beaucoup. Elle restait dans sa maison, tandis que tous les jours, il chassait les bêtes du désert pour les déposer à ses pieds.

Le second cas est celui du pharaon à l'endroit de sa nouvelle femme :

Sa majesté fit alors partir beaucoup d'hommes et d'archers, et même des gens avec des chars de guerre pour ramener la créature. (...) Ils la ramenèrent en Egypte et on se réjouit de la voir dans la terre entière. Sa majesté l'aima beaucoup, beaucoup, et elle devint sa grande favorite.

Conte n° 7, dans ce récit il existe un amour réciproque entre Khounaré et Baiti :

"là, les deux jeunes gens inconnus l'un pour l'autre, (...) succombèrent à un coup de foudre amoureux réciproque.

Dans le onte n° 8, la princesse de Naharinna est prête à mourir pour l'homme qu'elle aime.

"Si on le tue, au coucher du soleil, je serai morte ; je ne passerai pas une heure de vie, plutôt que de rester séparée de lui. "

Conte n° 11 , amour du cultivateur pour sa seconde épouse : « Elle eut sa première grossesse et enfanta un garçon. Cela fit la joie de son mari, et l'amour grandissait au jour le jour. "

Dans le conte n° 28, nous pouvons rélever deux cas d'amour ; le premier cas est celui du père de Devi à l'endroit de sa femme, cet amour se traduit par son refus de vivre en société après le décès de sa femme.

"Autrefois, l'homme avait été marié mais sa femme était morte en donnant le jour à leur fils. Son chagrin avait été tellement grand qu'il décida de ne plus vivre parmi les hommes.

Le second cas est l'amour réciproque qui existe entre Devi et Eléni, cette dernière déclare :

« Si tu veux, tu pourras m'épouser (...) je t'aime et je vois que tu m'aimes aussi. Tu deviendras riche et célèbre »

* 43 CAMUS A, le mythe de Sisyphe, coté par P BRUNEL et ALII in Approches Littéraires, Paris, Bordas, 1976, P.141.

* 44 Denis de ROUGEMONT, les mythes de l'amour, Paris Gallimard, P 175.

précédent sommaire suivant