WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes égyptiens anciens et les contes de l'Afrique subsaharienne: essai d'une analyse comparée


par David Elysée Magloire TESSOH
Université Yaoundé 1 - Master en littérature et civilisations africaines 2011
  

précédent sommaire suivant

I-1-2 Les formules

Les contes négro-africains sont souvent encadrés par ses expressions récurrentes appelées formules. Ces dernières marquent le passage du monde réel au monde imaginaire ; symbolique, un ailleurs où tout devient possible. Elles traduisent par la même occasion le caractère mensonger ou fictif du conte. Il existe trois types de formules : les formules initiales, les formules intermédiaires et les formules finales.

I-1-2-1 Les formules initiales ou d'entrée

Les formules initiales ou d'entrée sont les propos liminaires ou introductifs que l'on retrouve généralement au début du conte. A l'observation des contes subsahariens 15 sur 22 comportent des formules initiales. Ce sont :

Conte n°9 "Le prince. " « Il y a bien longtemps »

Conte n° 10 " le cultivateur, sa femme et les génies" « Il y a longtemps, »

Conte n°11 "Les coépouses" « il était une fois, »

Conte n° 12"La jeune fille et le lion" « Il était une fois, »

Conte n°15 "La femme et Mesha'atsang" « il était une fois, »

Conte n° 20 "La destitution de Memvü-le chien". « de temps immémorial, »

Conte n° 22 "L'origine du divorce" « Il était une fois, »

Conte n° 23 "Et le ciel recula" « Il y a longtemps, bien longtemps »

Conte n° 24 "Pourquoi y a -t-il tant d'idiots dans le monde ? " « autrefois, »

Conte n°26 "Les antilopes" « autrefois, »

Conte n°27 "Comment le tambour est arrivé sur terre". « Il y a très longtemps »

Conte n° 28 "Le prince de la pluie" « Il y a très longtemps »

Conte n° 29 "les trois soeurs et Itrimoubé " « un jour, »

Pour Pierre Ndakan, ces formules initiales sont « destinées à faire oublier le présent et à emporter l'auditoire dans un passé lointain »17(*).A la suite des formules initiales nous avons les formules intermédiaires.

I-1-2-2- Les formules intermédiaires

Les formules intermédiaires sont des formules magiques que l'on retrouve dans le conte. Un seul conte subsaharien a des formules intermédiaires, il s'agit du conte n ° 29 "les trois soeurs et Itrimoubé". Afin d'échapper au géant Itrimoubé, la petite Ifara sous la dictée d'une petite souris s'équipe d'un oeuf, un balai, un béton et un caillou bien roulé et poli. Se sentant menacée par le géant Itrimoubé, la petite Ifara jette à terre son balai en disant

« par ma mère et par mon père, que ce balai devienne un fourré qu'Itrimoubé ne puisse pas traverser ».

Le balai s'allonge, grossit et devient un énorme fourré. Elle jette ensuite l'oeuf en disant « Par mon père, par ma mère, que cet oeuf devient un étang qu'Itrimoubé ne puisse pas traverser ». L'oeuf se cassa et devient un étang profond.

Après l'oeuf elle jette le bâton en criant « par mon père et par ma mère que ce bâton devienne une forêt qu'Itrimoubé ne puisse pas traverser » le bâton devint une forêt dont toutes les branches s'entrelaçaient.

Elle jette enfin un caillou roulé en criant « Par mon père et par ma mère que ce caillou grossit, grandit et devint un rocher perpendiculaire », et il fut impossible à Itrimoubé de le gravir.

Outre les formules initiales et intermédiaires nous avons les formules finales.

* 17 P, Ndakan, Le conte africain et l'éducation, Paris, l'Harmathan, 1984, P183.

précédent sommaire suivant