WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes égyptiens anciens et les contes de l'Afrique subsaharienne: essai d'une analyse comparée


par David Elysée Magloire TESSOH
Université Yaoundé 1 - Master en littérature et civilisations africaines 2011
  

précédent sommaire suivant

I-1-2-3- Les formules finales ou de sortie

Les formules finales ou de sortie sont celles qui marquent la fin du récit, elles assurent la transmission du conte et permettent l'enchaînement entre les contes. Elle incitent d'autres personnes à prendre la parole et marquent également le retour au monde réel. On les retrouve dans les contes subsahariens n° 9 "Le prince" « Depuis ce temps, le chien et le chat vivent avec les humains et on dit qu'il ne faut pas envier le bien d'autrui » ;

n°10 "Le cultivateur, sa femme et les génies" « Depuis ce jour, quand quelqu'un demande un champ, le chef de terre exige soit un mouton, soit une chèvre, soit une poule ou une pintade pour l'offrir aux génies. C'est cette femme qui a provoqué cela : habituer les génies à manger les animaux. »

conte n° 11"Les coépouses" « Voici pourquoi les fesses de la femme sont plus grosses que celle de l'homme. »

conte n° 12 "La jeune fille et le lion" « C'est pourquoi la femme bobo n'a que le bâton simple comme appui tandis que l'homme a le bâton armé du fer de lance. Ainsi prend fin cette histoire sur l'origine du courage de la femme »

Conte n°13"Le lièvre et l'hyène" « Depuis ce jour-là, elle (l'hyène) n'aime plus beaucoup discuter ».

Conte n° 15 "La femme de Mesha'atsang" « Voilà la situation que j'y ai laissé. Mesha'Atsang et sa femme se remirent à parler ».

Conte n° 21 "La dette de Kimanga- la -tortue"

Depuis ce temps-là toute la gent animale se méfie de Kimanga la tortue et personne n'entretient plus avec lui des rapports amicaux. Son acte d'ingratitude fut condamné par tous et l'on de demanda pourquoi cet obscur personnage avait un coeur de pierre et toujours prompt à rendre le bien par le mal .

Conte n° 22 "L'origine du divorce" « Depuis ce jour, par eux, arriva le premier divorce ».

Conte n° 23 " Et le ciel recula"

Depuis ce jour, le ciel se retira loin de la terre. Il ne consentit plus jamais à descendre jusqu'à une distance de contact avec les humains. Quelques morceaux de pâte de maïs flottaient dans l'eau qui le toucha. Ils y restèrent collés et forment aujourd'hui les étoiles. C'est ainsi que par l'inadvertance d'une femme la face du monde fut irrémédiablement changée.

Conte n°25 "Le roi qui voulait marier sa fille"

C'est pourquoi quand on croise un écureuil entrain de fouiller dans un champ d'arachide, il montre son bras pour dire qu'il cherche le bracelet de son fils avant de se réfugier dans les arbres. D'autres que les wobés diraient que l'animal fait un bras, d'honneur au propriétaire du champ dont il a mangé les graines.

Conte n° 26 " Les trois antilopes" « Depuis ce temps, les antilopes se multiplièrent au point qu'aujourd'hui nul ne saurait les compter. »

Conte n° 27 "Comment le tambour est arrivé sur la terre" « C'est depuis ce temps là qu'il y a des tambours sur la terre pour danser et faire la fête, c'est depuis ce temps-là aussi qu'il n'y a plus de lien entre le ciel et la terre »

Conte n° 28 "Le prince de la pluie" « Depuis ce jour là, il n'y eut plus jamais de sécheresse dans le royaume d'Anga qui devint le pays le plus fertile d'Afrique ».

Ce que nous pouvons remarquer c'est que les contes n° 9, n°11, n°12, n°22, n°23, n°27 de part leur titre ou leur formule finale sont des contes étiologiques, c'est-à-dire des contes qui visent à expliquer par certains faits réels ou mythiques, les origines, la signification d'un phénomène naturel, d'un nom, d'une institution, etc.

La formule finale du premier conte (n°9) montre que ce dernier a été une tentative d'explication sur les origines de la domestication du chien et du chat par l'homme.

La seconde (conte n° 11) nous renseigne sur la grosseur du postérieur de la femme. La troisième (conte n°12) nous a dévoilé les origines du courage de la femme. Le quatrième conte cité ( n° 22) de par son titre et sa formule finale a édifié sur l'origine du divorce. Le cinquième (conte n° 23) comme le précédent est celui qui a essayé de nous démontrer pourquoi le ciel a reculé de la terre.

Le sixième conte ( n° 27) est , à l'instar des deux derniers cités, celui dont le titre et la formule finale nous donnent des informations sur l'origine du tambour sur terre et la rupture des liens entre le ciel et la terre.

Parallèlement aux contes de l'Afrique Subsaharienne, les contes Egyptiens contiennent des formules initiales, intermédiaires et finales.

Les formules initiales des contes Egyptiens sont formulées de deux manières. Dans le premier cas, il s'agit des expressions courantes qui inaugurent un conte. C'est le cas des contes :

n°1"La légende des deux frères" « Il y avait dit-on, »

n°4 "L'amitié des deux chacals" « Il y a fort longtemps, »

n°8 "Le prince prédestiné" « Il y avait une fois dit-on, ».

Dans le second cas nous avons une longue introduction. Appartiennent à ce registre les contes n° 5 "La femme adultère" « Alors le fils du roi, Khephren, se leva pour parler et dit : je vais raconter à ta majesté une histoire merveilleuse qui est arrivée au temps de ton père »

n°6 "La bouche de la rameuse" « Alors Baouefrê se leva pour parler et dit : Je vais faire que ta Majesté puisse avoir connaissance d'une autre histoire merveilleuse, qui est arrivée au temps de ton père ».

Tout comme les contes subsahariens, seul le conte n°5 "La femme adultère" a une formule intermédiaire. Informé par son intendant, Oubaoner le mari cocu décide de se venger. Pour atteindre son objectif, il met son intendant à contribution. Ensemble ils fabriquent un crocodile de cire, de sept pouces de long.

« Il récita sur ce crocodile la formule magique suivante : « Quiconque viendra pour se baigner dans mon étang, saisis-le et notamment cet homme vil ».

Trois contes Egyptiens ont des formules finales.

Conte n°4 "L'amitié des deux chacals " « Sur ce, le roi du désert disparut et depuis ce jour, il accorda la paix aux deux chacals ». Conte n°5 "La femme adultère"

Vois, ceci est une histoire merveilleuse qui fût accomplie au temps de ton père, le roi de Haute et de Basse Egypte, Nebka et qui fut le fait du prêtre lecteur en chef Oubaoner.

Alors la Majesté du roi de Haute et de Basse Egypte, Kheops, juste de voix dit : « Que l'on donne en offrande mille pains, cent cruches de bière, un boeuf et deux mesures d'encens au roi de Haute et Basse Egypte, juste de voix. En même temps, que l'on donne un pain, une cruche de bière, un morceau de viande et une mesure d'encens au prêtre lecteur en Chef Oubaoner, car j'ai pu constater un exemple de son savoir magique  et l'on agit conformément à tout ce que sa Majesté avait ordonné.

Conte n° 6 "La boucle de la rameuse"

Vois, ceci est une histoire merveilleuse qui est arrivée au temps de ton père, le roi de Haute et Basse Egypte, Snefrou, juste de voix, et qui fut le fait du prêtre lecteur en Chef, rédacteur des livres sacrés, Djaddemankh.

Alors la Majesté du roi de Haute et Basse Egypte, Kheops, juste de voix, dit : Que l'on donne en Offrande mille pains, cents cruches de bière, un boeuf et deux mesures d'encens à la Majesté du roi de Haute et Basse Egypte, Snzfrou, juste de voix. En même temps, que l'on donne un pain, une cruche de bière et une mesure d'encens au prêtre lecteur en chef, rédacteur des livres sacrés, Djadjaemankh, car j'ai pu constater un exemple de son savoir magique". Et l'on agit conformément à tout ce que sa Majesté avait ordonné

Au regard de ce qui précède nous pouvons dire que les formules ne renvoient à aucune indication temporelle. L'époque à laquelle le conte a eu lieu est toujours vague et n'est jamais indiqué avec précision. Cette dimension imprécise dont raffole le conte a fait dire à Françoise Tsoungui que : « C'est toujours un lointain passé dans lequel le narrataire est généralement plongé dès le début, par des formules ».18(*) A la suite des formules nous avons comme autre aspect de la manifestation les répétitions.

* 18 TSOUNGUI, Françoise, Clefs pour le conte africain et créole, Paris, CILF, Coll. Fleuve et Flamme ,1986, P.68.

précédent sommaire suivant