WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le président de la RDC dans l'Ordonnancement constitutionnel congolais du 20 janvier 2002


par Xavier KITSIMBOU
Université internationale de Brazzaville - Certificat en droit constitutionnel 2012
  

précédent sommaire suivant

A2 - Le mode de scrutin

Plus de quarante années après les indépendances, le Congo n'aura connu que quatre élections présidentielles libres et transparentes. En 1961, le Congo organise sa première élection au suffrage universel direct qui a porté l'abbé Fulbert Youlou au pouvoir. Après son renversement, une longue période du parti unique met entre parenthèse le phénomène du vote comme moyen d'accès au pouvoir.

A la faveur de la vague de démocratisation qui secoue le continent africain à la fin des années 1980, le Congo opte pour le pluralisme politique. Une élection est organisée pour élire le nouveau président du Congo démocratique et pluriel.

En 2002, la nouvelle constitution prévoit un mode de scrutin uninominal, majoritaire à deux tours. Au premier tour la majorité des suffrages exprimés est exigée pour être élu. Au deuxième tour, seuls les deux candidats en tête peuvent se présenter. C'est ce qui ressort des stipulations de l'article 59 selon lesquelles << le président de la république est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés. Si celle - ci n'est pas obtenue au premier tour du scrutin, il est procédé vingt et un jours après à un second tour. Seuls peuvent s'y présenter les deux candidats ayant recueilli le plus grand nombre de suffrages au premier tour. Est déclaré élu au second tour, le candidat ayant recueilli le plus grand nombre de suffrages exprimés >>. C'est sur la base de cet article que furent convoquées les élections présidentielles de 2002 et celle de 2009, élections qui consacraient la victoire par les urnes du président Dénis Sassou NGUESSO avec des résultats au premier tour qui rappelaient l'âge d'or du parti unique. A titre d'illustration, les résultats des élections de 2002 et 2009.

*Les résultats du 1er tour de l'élection présidentielle du 10 mars 2002

 

Nombre

% des inscrits

% des votants

Inscrits

1 733 943

 
 

Votants

1 380 651

74,70

 

Suffrages exprimés

1 202 611

 

87,10

Bulletins blancs ou nuls

97 208

 

12,90

Abstentions

531 332

25,30

 

Candidat

Voix

% des exprimés

 

Dénis Sassou Nguesso

1 075 247

89,41

 

Kignomba kia Mboungou

33 154

2,76

 

Angèle Bandou

27 849

2,32

 

Jean Félix Demba Tello

20 252

1,68

 

Luc Adamo Mateta

19 074

1,59

 

Come Manckassa

15 054

1,25

 

Bonaventure Mizidy

11 981

1,00

 

*Les résultats du 1er tour de l'élection présidentielle du 12 juillet 2009

 

Nombre

% des inscrits

% des votants

Inscrits

2 079 294

 
 

Votants

1 380 651

66,40

 

Suffrages exprimés

1 342 242

 

97,20

Bulletins blancs ou nuls

38 409

 
 

Abstentions

 

43,60

2,80

Candidat

Voix

% des exprimés

 

Dénis Sassou Nguesso

1 055 117

78,60

 

Kignomba kia Mboungou

100 181

7,50

 

Nicéphore Antoine Fylla de Saint Eudes

93 749

7,00

 

Mathias Dzon

30 861

2,30

 

Joseph Hondjouila Miokono

27 060

2,00

 

Guy Romain Kinfoussia

11 678

0,90

 

Jean Francois Tchibinda Kouangou

5 475

0,40

 

Ernest Bonaventure Mizidy Bavoueza

3 594

0,30

 

Clément Mierassa

3 305

0,30

 

Bertin Pandi Ngouari

2 749

0,20

 

Marion Michel Mandzimba Ehouango

2 612

0,20

 

Jean Ebina

1 797

0,10

 

précédent sommaire suivant