WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'intégration des valeurs traditionnelles congolaises dans l'amélioration du système éducatif moderne en RDC. Cas de l'initiation traditionnelle Lega de 1905 à  2008

( Télécharger le fichier original )
par Spartacus KABALA MUNYEMO
Université pédagogique nationale - Diplôme d'études approfondies 2012
  

précédent sommaire suivant

Chapitre III ème. SYSTEME EDUCATIF ENVISAGE

Ce chapitre finissant ce travail s'articule autour de six points capitaux: nous expliquons premièrement l'organisation et la gestion administrative du système éducatif congolais ; nous retraçons, en deuxième lieu, les différentes réformes pédagogiques qui ont eu lieu pendant la période sous examen ; nous faisons, troisièmement, une analyse critique desdites réformes ; quatrièmement, nous nous appesantissons sur la possibilité d'insérer les valeurs culturelles traditionnelles congolaises dans l'enseignement actuel ; nous proposons, en cinquième position, l'ensemble de formalités à remplir pour effectuer une réforme éducative  efficace et en sixième lieu, nous exposons quelques mécanismes pour la réussite de la réforme.

III. 1. LA GESTION DU SYSTEME EDUCATIF EN RDC

L'appréhension de la gestion du système éducatif congolais nous oblige de remonter à l'époque coloniale où l'enseignement au Congo belge était semblable à l'enseignement officiel de la Belgique.

III.1.1. BREF APERçU GENERAL

Depuis l'époque coloniale, les six premières années sont appelées "primaires". Elles sont sanctionnées par un certificat d'école primaire qui donne accès à l'enseignement secondaire. Les six années suivantes constituent le cycle "secondaire" qui offrait, à l'époque, trois orientations, à savoir : humanités classiques (grec, latin, mathématique), humanités dites "modernes" (techniques, scientifiques, commerciales) et humanités "professionnelles" ou "familiales".

Un diplôme sanctionnait la fin de chaque cycle de trois ans. Le terme des six années secondaires offrait le choix aux études dites "supérieures" (enseignement non universitaire, entre 2 et 4 ans) ou "universitaires" (2 années de candidature, trois et plus d'années de licence, suivies d'un doctorat).

En ce jour, un examen organisé par l'Etat (Ministère de l'Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel) à la fin du cycle secondaire, donne accès à un diplôme d'Etat afin de poursuivre l'enseignement supérieur et universitaire.

Trois types d'enseignement supérieur sont organisés en République Démocratique du Congo : l'enseignement supérieur universitaire, l'enseignement supérieur pédagogique et l'enseignement supérieur technique. Un diplôme est décerné aux étudiants ayant réussi aux examens de fin de cycle, respectivement le Diplôme de graduat pour ceux du premier cycle, de licence pour ceux de deuxième cycle. Pour les études de médecine, le deuxième cycle, qui durait trois ans, et qui s'étale, après la réforme de 2003 sur quatre ans, est sanctionné par un diplôme de doctorat en médecine.

Après l'obtention de la licence, l'Etat organise le troisième cycle qui concerne le DEA (Diplôme d'Etudes Approfondies) ou le DES (Diplôme d'Etudes Spéciales). Ce diplôme donne accès au récipiendaire d'approfondir ses recherches afin de soutenir sa thèse de doctorat.

L'Etat fixe les programmes et contenus des enseignements ; organise des examens d'Etat et reconnaît les documents sanctionnant la fin des cycles (certificat, brevet, diplômes).

précédent sommaire suivant