WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'amélioration génétique du cacaoyer. Des ressources génétiques forestières aux variétés cultivées

( Télécharger le fichier original )
par Philippe LACHENAUD
Université Montpellier II - Habilitation à  diriger des recherches 2010
  

précédent sommaire suivant

5.2.2 L'état de l'art

Dans le cadre du projet CFC/ICCO/IPGRI (1998-2003) "Cocoa Germplasm Utilization and Conservation : a global approach", des clones de cacaoyers spontanés de Guyane, essentiellement issus de la prospection 1987 (clones GU, en nombre limité) ont été testés vis-à-vis de plusieurs espèces de Phytophthora, par le test précoce sur disques de feuilles. Les résultats acquis au Cirad à Montpellier, au CNRA (RCI), au CRIG (Ghana) montrent que des clones très résistants, souvent supérieurs aux références, existent dans le matériel guyanais (IPGRI, 2001 ; Paulin et al. 2005, 2006, 2008 ; Lachenaud et al., 2007). Au Brésil, J. Pires (Cepec) a confirmé l'intérêt du groupe dans son ensemble comme nouvelle source de résistance au balai-de-sorcière (Pires, 2003). Toutefois, la plus grande partie du matériel génétique guyanais n'a pas été testée, et en particulier les populations prospectées en 1990 et 1995 (dont certaines se révèlent les plus variées, Sounigo et al. 2001; Lachenaud et al. 2004). De nouvelles et précieuses sources de résistance aux maladies citées seront donc probablement découvertes chez ces cacaoyers. Vis-à-vis de la résistance aux insectes, les résultats obtenus en RCI contre les mirides (N'guessan et al., 2007) sont très encourageants. La forte proportion de cortex des cabosses des clones guyanais (Lachenaud, 2007) pourrait constituer un avantage dans la lutte contre le « Pod Borer ».

5.2.3 Le contexte international

La collection guyanaise du Cirad, qui est la collection de référence pour le matériel spontané de Guyane, est une collection importante (plus de 550 "accessions" au total) où sont représentés environ 200 pieds-mères issus de vingt populations sauvages originaires de cinq bassins. Seule une partie limitée du matériel génétique sauvage guyanais a été transférée, soit au Cirad à Montpellier, soit à l'Université de Reading (station de quarantaine), soit (par l'intermédiaire des quarantaines) dans une quinzaine de pays producteurs de cacao (dont Brésil, Côte d'Ivoire, Cameroun, Equateur, etc...). Ce matériel a essentiellement été étudié par le Cirad en Guyane (caractérisation morpho-agronomique, structuration de la variabilité). Les tests de résistance aux bioagresseurs sont relativement récents, et ont toujours été réalisés sur des effectifs limités. Une (( core collection >, d'environ 200 clones, établie en Guyane en 2004-05, sous ombrière artificielle, présente les conditions idéales d'homogénéité pour tester localement (à l'aide du test-feuille) l'ensemble des génotypes contre les pourritures brunes causées par P. palmivora et P. capsici, les deux espèces présentes en Guyane, ainsi que pour tester (sur branchettes) la résistance au (( Mal de machete >,.

précédent sommaire suivant