WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Performance bancaire en période de crise

( Télécharger le fichier original )
par Abdelkader Derbali
Université de Sousse Tunisie - Mastère en finance et banque 2010
  

précédent sommaire suivant

2.2.2. L'étude empirique d'Arshadi et Lawrence (1987)

Arshadi et Lawrence (1987) ont utilisé des données empiriques pour analyser la performance des nouvelles banques installées aux Etats Unis au cours de la période 1980-1984. Ses deux auteurs ont utilisé une analyse de corrélation canonique pour tester la relation entre la mesure de performance et une série de variables financières endogènes118(*). En fait, quatre mesures de performance119(*) ont été utilisées :

v ROA : C'est le taux de rendement qui est le rapport bénéfice net / total actif.

v INTREV : C'est le ratio qui exprime le rapport intérêts reçus sur prêts/ total des prêts.

v INTEXP : C'est le ratio qui exprime le rapport intérêts payés sur dépôts / (total des dépôts à terme + dépôts d'épargne).

v MKTSHR : C'est le ratio qui exprime le rapport total des crédits des banques de l'échantillon / total des crédits à l'économie.

A coté de ces mesures Arshadi et Lawrence ont utilisé aussi des variables endogènes et exogènes à savoir les salaires et la taille des banques. Ainsi, selon eux le cout des opérations bancaires, la taille des banques et la structure des crédits bancaires sont des variables qui expliquent mieux la performance des banques.

2.2.3. L'étude empirique de Bourke (1989) 

Bourke (1989) a réalisé une étude dans laquelle a identifie les différents facteurs qui peuvent influencer la performance des banques commerciales (90 banques) en Europe, en Amérique du Nord et en Australie120(*). En fait, une période de 10 ans (1972-1981) est satisfaisante selon lui pour effectuer une évaluation de la situation des systèmes bancaires des Etats.

Dans cette étude l'auteur a utilisé une fonction linéaire de la forme :

y = c + a1x1 + a2x2 + ... + anxn

y est la variable dépendante, c est la constante, ai (i = 1, ..., n) les coefficients des variables xi et xi (i = 1, ..., n) les variables indépendantes.

v Les variables dépendantes : (NPBT = bénéfice net avant impôt ; NPAT = bénéfice net après impôt).

Ø BTCR : NPBT comme % de capital et des réserves.

Ø ATCR : NPAT comme % de capital et des réserves.

Ø BTCRTB : NPBT comme % de capital et des réserves + emprunts totaux.

Ø BTTA : NPBT comme % de capitaux totaux.

Ø BTSETA : NPBT + dépenses de personnel comme % de capitaux totaux.

Ø BTSEPLTA : NPAT + dépenses + disposition de personnel pour des pertes de prêt comme % de total des capitaux.

v Les variables indépendantes :

Ø DISPARAISSENT VT : Une variable factice : représente la propriété du gouvernement (1 quand une banque est possédée par un gouvernement, et zéro lorsqu'elle est possédée par des personnes autre le gouvernement).

Ø CONCENTRÉ : Le Taux de concentration de trois banques,

Ø INTERNE : Le taux à long terme pour chaque pays et pour toutes les années (FMI).

Ø MON : La Croissance de la masse monétaire pour chaque pays pour toutes les années(FMI).

Ø CRTA : Le Capital et les réserves comme % de capitaux totaux.

Ø CBINVTA : Les Valeurs d'argent au comptant et dépôts+investissement comme % de total capitaux.

Ø CPI : L'augmentation de pourcentage d'index de prix à la consommation pour chaque pays et pour toutes les années (FMI).

Ø SE : Les Dépenses de personnel comme % de capitaux totaux.

Il est intéressant de noter que Bourke a utilisé trois meures de performance bancaire telles que :

v ROC : Return On Capital qui désigne le rapport entre le revenu net avant et après impôt et capital total comprenant toutes les réserves. Le rapport des bénéfices après imposition au capital était utilisé par Short (1979).

v ROA : Return On Assets (Rendement des actifs) qui désigne le rapport entre le revenu net avant impôt l'actif total.

v VAROTA : Value Added Return On Total Assets (le retour à la valeur ajouté sur l'actif total) est exprimée par deux ratios :

Ø Le ratio exprimé par le rapport du revenu net avant les taxes + les dépenses du personnel et l'actif total.

Ø Le ratio exprimé par le rapport du revenu net avant les taxes + les dépenses du personnel + les créances douteuses et l'actif total.

Afin que, Bourke a examiné les différents déterminants interne (dépenses de personnel, les rapports des capitaux, le ratio de liquidité) et externe (le taux de concentration, la propriété de gouvernement, le taux d'intérêt, la croissance du marché, l'inflation) de la performance des banques. La conclusion a tiré est que le ratio de liquidité et le ratio de concentration pour chaque pays sont significatifs dans la détermination de la profitabilité et l'amélioration de la performance des banques commerciales.

* 118 _ Arshadi. N. Lawrence. E. C. (1987), « An empirical investigation of new bank of performance », Journal of Banking and Finance, Volume 11, P 33-48.

* 119 _ Arshadi&Lawrence (1987): « For bank management, the rate of return on assets (ROA) is one of the most important measures of performance. While bank regulators are concerned with profitability for longterm survival, they are also charged with protecting the public's welfare. Thus, the prices of bank services become additional gauges of performance. Since lending and deposit activities are the major componeftts of bank services, average loan rates (1NTREV), and average rates on time and savings deposits (1NTEXP) represent the prices of loan and deposit services to the public ».

* 120 _ Bourke. P. (1989), « Concentration and other determinants of bank profitability in Europe, North America and Australia », Journal of Banking and Finance, Volume 13, PP 65-79.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.