WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Performance bancaire en période de crise

( Télécharger le fichier original )
par Abdelkader Derbali
Université de Sousse Tunisie - Mastère en finance et banque 2010
  

précédent sommaire suivant

2.2.4. L'étude empirique de Molyneux et Thornton (1992) 

Ces deux auteurs ont procédé à une étude portée sur les banques des dix-huit pays Européens pour une période de quatre ans (1986-1989). Cette étude est concernant la détermination de la performance des banques121(*). Ainsi, Molyneux et Thornton (1992) ont utilisé la même méthodologie de Bourke (1989) pour que les résultats trouvés soient conformes aux résultats de celui-ci et non conformes avec les résultats de Short (1979).  Selon eux (Molyneux et Thornton), il existe six mesures de la performance122(*) des banques :

v Le rapport bénéfice après impôts et taxes / capital + réserves.

v Le rapport profit net / capital.

v Le rapport bénéfice après impôts et taxes / capital + total prêts.

v Le rapport bénéfice après impôts et taxes / total actifs.

v Le rapport bénéfice après impôts et taxes + cout d'administration / total actifs.

v Le rapport profit net + cout d'administration / total actifs.

Après l'affectation de ses mesures, ses deux auteurs ont conclus que la relation entre la concentration et chacune de ses mesures de la performance est significativement positive. Plus le marché bancaire est concentré, plus la banque est performante.

2.2.5. L'étude empirique d'Ali (1994) 

Cet auteur a effectué une étude de la performance des banques commerciales au Bahrain. L'échantillon est composé de six banques sur une période de sept ans (1984-1991). En fait, il utilise la méthode de Panel et totalise à cet effet quarante-deux observations. L'étude faite par celui-ci est traduite à travers deux méthodes de régression avec les deux variables expliquées suivantes :

v Le Ratio de Rentabilité de l'Actif Total ou le «Return On Assets »(ROA) : ce ratio est mesuré par le rapport du résultat (ou bénéfice) net au total actifs (total bilan). C'est le rendement de l'actif, il exprime la rentabilité économique. Ce ratio est utilisé par d'autres auteurs dans le même cadre tels que : Barro (1990), Yan (1998), Hirschey (1999), etc.

v Le Ratio de Rentabilité des Capitaux Propres ou le « Return On Equity »(ROE) : ce ratio est mesuré par le rapport du résultat (ou bénéfice) net aux fonds propres. Il exprime la rentabilité financière. C'est le rendement de point de vue des actionnaires puisqu'il met en évidence le rendement de leurs investissements.

Au-delà, cet auteur a utilisé dix variables explicatives telles que :

v La gestion du capital des banques mesurée par le rapport valeur des actions/ total actifs.

v Le contrôle des dépenses mesuré par le rapport fonds de roulement/ total dépôts.

v La structure des dépôts bancaires mesurée par le ratio des dépôts privés/ total des dépôts.

v Le ratio de liquidité mesuré par le rapport (réserves auprès de la banque centrale + dépôts à vue)/ total actifs.

v La taille des dépenses mesurée par le logarithme naturel du total des actifs.

v La variable muette « DUMMY » relative à la crise du Golfe. Le « DUMMY » représente les années 1990 et 1991. Il prend la valeur 1 pour les banques ayant perçu une subvention du gouvernement et 0 dans le cas contraire.

v L'indice de concentration de deux banques (Bank of Bahrain and Kuwait, National bank of Bahrain). Il est mesuré par le rapport entre les dépôts de ces banques et la somme de tous les dépôts des banques en activité au Bahrain.

v La variable muette « DUMMY » relative à l'origine du capital social des banques. Elle est égale à 1 si la banque appartient à l'Etat et est égale à 0 si elle appartient aux privés.

v La structure du crédit bancaire qui est égale total crédits/ total actifs.

v Le risque bancaire qui est égale total crédits/ total dépôts.

L'approche utilisée par cet auteur est multi-variable ; elle se base sur les fonctions de régression suivantes :

ROA = á + +

ROE = á + +

Où:

v ROA, ROE : mesures de performance des banques.

v á : Constante.

v : Les variables indépendantes.

v  : Les coefficients des variables.

v : Les résidus.

Les résultats obtenus permettant de conclure que d'une part la crise du Golfe, le rapport prêts / dépôts, les dépenses d'exploitation et la taille des banques sont inversement liées aux deux mesures de performance. D'autre part, la concentration du ratio prêts / total actifs, du ratio de dépôts individuels / total dépôts, le ratio action / actif total et la part des actions du gouvernement dans le capital sont directement liés à la profitabilité des banques.

* 121 _ Molyneux. P. Thornton. J. (1992), « Determinants of European bank profitability: A note », Journal of Banking and Finance, Volume 16, P 1173-1178.

* 122 _ NPBT= Net profit before tax; NPAT=Net profit after tax

BTCR =NPBT as per cent of capital and reserves

A TCR =NPAT as per cent of capital and reserves

BTCRTB =NPBT as per cent of capital and reserves and total borrowings

BTTA =NPBT as per cent of total assets

BTSETA = NPBT+staff expenses as per cent of tota assets

BTSEPLTA = NPAT+staff ex~nses+provision for loan losses as per cent of total assets.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !