WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Performance bancaire en période de crise

( Télécharger le fichier original )
par Abdelkader Derbali
Université de Sousse Tunisie - Mastère en finance et banque 2010
  

précédent sommaire suivant

2.2.2. La corrélation entre les variables explicatives

Dans la présente recherche, nous avons effectué un test de corrélation entre les différentes variables explicatives. De plus, nous avons s'intéressé aux variables qui ont une forte corrélation puisque celle-ci doit être significative (Annexe n°5). En fait, nous avons constaté que les deux variables SBS et RSIZE sont fortement et positivement corrélées (0,9872) ce qui explique bien la part accrue par les banques sur le marché boursier. De plus, il existe une forte corrélation positive (0,8552) entre les deux variables LNSIZE et CONC ce qui reflète l'importance du volume des actifs bancaires, c'est-à-dire plus l'actif d'une banque est augmente plus sa part de marché augmente (taux de concentration). Ainsi, nous avons remarqué une forte corrélation positive (0,7448) entre les deux variables MCAP et SBS. Ceci est expliqué par le fait que si le PIB augmente alors le volume des ressources bancaires (dépôts) augmente. Dans ce cas, la capitalisation boursière d'une banque augmente puisque son capital va accroitre. Les deux variables MCAP et RSIZE sont corrélées positivement (0,7603). Cette corrélation se justifie par le fait que si la banque a un total actif élevé alors le volume des dépôts collectés sera automatiquement élevé. Par la suite, elle aura un taux de concentration élevé. Nous pouvons ajouter aussi l'existence d'une corrélation positive (0,6322) entre les deux variables SBS et CAP qui explique bien que lorsque le total actif d'une est élevé, alors ces fonds propres seront élevés. Par ailleurs, la banque dispose d'une capitalisation boursière très importante.

2.2.3. La vérification de l'hypothèse de recherche

Nous avons présenté les résultats de l'estimation de la NIM et du ROA return on asset variables, respectively.respectivement dans les tableaux n°21 et n°22. The tables include several specifications, with the basicCes tableaux comprennent plusieurs spécifications specification including a set of bank characteristic variables.à savoir une estimation des variables dépendantes en utilisant les variables relatives aux caractéristiques d'une banque. Subsequently, we add the Par la suite, nous ajoutons lesmacroeconomic variables and the financial structure variables. variables macro-économiques dans un premier temps et les variables de la structure financière dans un deuxième temps. The estimation technique is the

Tant que la structure du panel est homogène. Donc, nous pouvons appliquer la méthode de moindre carré ordinaire qui permet un meilleur ajustement en minimisant la somme des carrés des résidus. Ainsi, nous avons estimé deux modèles où nous avons adopté les deux mesures de la performance ROA et NIM comme variables expliquées. Les résultats de l'estimation par MCO de ces deux modèles adoptés pour la mesure de la performance bancaire sont reportés dans les deux tableaux suivants :

Tableau n°21. L'estimation de la variable Return On Assets (ROA)

Variable dépendante : ROA Période d'estimation : 1999 - 2008

Variables explicatives

Estimation 1

Estimation 2

Estimation 3

Estimation 4

Constante

-0.0452463

(-1.01)

-0.0448899

(-1.00)

-0.0269269

(-0.30)

-0.0026721

(-0.02)

OVERHEAD

0.379409

(2.75)

0.367551

(1.72)

0.466707

(3.55)

0.457753

(2.88)

CAP

0.3081927

(6.78)

0.3054855*

(6.68)

0.312637*

(6.28)

0.3135437*

(4.84)

BLOAN

-0.0229395

(0.33)

-0.0228196

(0.31)

-0.0223968

(0.13)

-0.0220881

(0.98)

NIBA

0.1082182

(1.90)

0.0983856

(1.67)

0.0984779

(1.44)

0.0828046

(1.23)

LNSIZE

0.0037105

(1.29)

0.0040183

(1.37)

0.0026262

(0.40)

0.0008361

(0.10)

INF

 

-0.0499586

(-0.29)

-0.0308469

(-0.17)

-0.0346297*

(2.19)

GDP

 

-0.0564561

(-0.58)

-0.0483697

(-0.49)

-0.0606917

(-0.59)

SBS

 
 
 

-0.0965839

(-1.10)

MCAP

 
 
 

-0.0551924

(-0.09)

RSIZE

 
 
 

-0.0551924

(0.91)

CONC

 
 

0.0091232*

(5.27)

0.0227943*

(3.58)

Nombre d'observations

100

100

100

100

Adj R2

0.7814

0.7830

0.6480

0.6483

Test de Hausman

0.0125

0.0383

0.0256

0.0397

· Les valeurs entre parenthèses représentent les T-Student.

· * représente le seuil de significativité de 5%.

Tableau n°22. L'estimation de la variable Net Interes Margin (NIM)

Variable dépendante : NIM Période d'estimation : 1999 - 2008

Variables explicatives

Estimation 1

Estimation 2

Estimation 3

Estimation 4

Constante

0 .1027313

(3,03)

0.1089927

(3.12)

0.0887641

(3,88)

0.0882198

(4.11)

OVERHEAD

0.66765

(1.03)

0.41869*

(5.02)

0.550257*

(4.60)

0.5079207*

(5.93)

CAP

0.0441486*

(1.94)

0.0468066*

(2.99)

0.0591661*

(2.60)

0.0243591

(0.03)

BLOAN

-0.0026438

(-0.59)

-0.0027668

(-0.61)

-0.0049764

(-1.12)

-0.0077316

(1.50)

NIBA

0.0942625

(3.56)

0.0949563

(3.55)

0.1017134*

(3.92)

0.0797989*

(2.57)

LNSIZE

-0.005765

(2.90)

-0.006332*

(3.01)

-0.0039481

(-1.77)

-0.0059063

(-1.59)

INF

 

0.0506012

(0.86)

0.0250608

(0.43)

0.0079949

(0.15)

GDP

 

0.0093206

(0.28)

0.0064334

(0.21)

0.0066385

(0.22)

SBS

 
 
 

0.1329953

(3.27)

MCAP

 
 
 

0.5413009

(1.81)

RSIZE

 
 
 

-0.1691879

(-2.32)

CONC

 
 

-0.1076363

(-4.18)

-0.1189946

(-4.55)

Nombre d'observations

100

100

100

100

Adj R2

0.4532

0.4583

0.5534

0.6101

Test de Hausman

0,7937

0,9391

0,3782

0,4015

· Les valeurs entre parenthèses représentent les T-Student.

· * représente le seuil de significativité de 5%.

D'abord, nous avons remarqué que la valeur de R2 ajustée (coefficient de détermination) est égale à des valeurs élevées (0,7814, 0,7830, 0,6480, 0,6483, 0,4532, 0,4583, 0,5534, 0,6101) ce qui nous permet de conclure que notre modèle a une bonne qualité d'ajustement linéaire.

Ensuite, nous avons analysé la The first bank-level variable is the equity variable (CAP).variable CAP. Buser et al. Buser et al (1981) argue in(1981) plaident entheory that banks generally have an optimal capitalization ratio and need to remain well théorie que les banques ont généralement un ratio de capitalisation optimale et doivent rester bien capitalisées quand ils ont une valeur élevée de franchis. capitalized when they have a high franchise value.Berger (1995) and Dermerguç-Kunt and Berger (1995) et Dermerguç-Kunt and Huizingua (1999) constatent qu'il existe une relation positive entre la performance des banques et de la capitalisation.Consistent with the previous evidence, we confirm the positive relationship whether we use Conformément à la preuve précédente, nous avons confirmé la relation positive entre la variable CAP et la performance des banques (ROA) et la marge d'intérêt nette (NIM) au seuil de 5%. Cela peut indiquer que les banques bien capitalisées ont profit de réduire les couts de faillite attendus pour eux mêmes et pour leurs clients, ce qui réduit le cout du capital des banques. Par ailleurs, les quatre premières banques en termes d'actifs comptent 56,2% du total des dépôts, chapeautées par la BIAT avec une part de 17,3%. La BH et la STB ont perdu chacune 0,6% de leur parts respectives soit 9,5% et 14,4 % alors que la BNA a maintenu sa part de marché à 15%.

En 2008, les dépôts de l'ensemble des banques ont enregistré une augmentation de 15,4% pour passer de 24 862 Millions de dinars en 2007 à 27 862 Millions de dinars en 2008. En fait, la majorité des banques a affiché une évolution à deux chiffres à l'exception de la BH et l'UIB. Attijari Bank, UBCI et BT ont été les plus agressives en termes de collecte de dépôts avec des progressions respectives de 24,1%, 22,9% et 21,3%.

Ensuite, il y a un coefficient positif et significatif pour le rapport entre les frais généraux (OVERHEAD) et l'actif total dans les estimations de la marge nette d'intérêt (NIM) et le rendement des actifs (ROA). Les frais généraux ont un coefficient estimé de 0,5079 dans l'équation de la NIM.

En fait, la marge nette d'intérêt est caractérisée par un taux de croissance de 16,9% en 2006. Ce taux est diminue à 13,8 en 2007 et s'accroit en 2008 pour atteindre 14,7%. La Banque Attijarie de Tunisie et l'UIB sont seules qui enregistrées des diminutions au niveau du taux de croissance de la rentabilité. Cette relation positive signifie que l'existence du personnel plus motivé est favorable à la performance des banques car les frais généraux sont composés principalement par les salaires. Ainsi, les pertes subissent par les différentes banques pendant la période de crise exprime bien l'impact de la crise financière actuelle sur la performance des banques Tunisiennes.

Next, there is a positive and significant coefficient on the overhead to assets ratio variable Ensuite, les indicateurs macro-économiques (inflation (INF) et la croissance économique (GDP)) sont négligeables dans la régression de la NIM. Cependant, l'inflation a un impact positif sur la régression de la ROA. Cela nous a permis que les banques aient tendance à profiter des augmentations de l'inflation en augmentant leurs marges tandis que cet effet s'annule dans la mesure des rendements de l'actif (ROA). In addition, economic growth does not reflect any aspects of banking regulationsEn outre, la croissance économique (GDP) ne reflète pas tous les aspects de la réglementation bancaire mais il exprime bien le degré de progression technologique dans le secteur bancaire.

Notons ainsi, que les banques en Tunisie constituent la seule source de financement de l'économie Tunisiennes par le niveau élevé des crédits accordés aux ménages Tunisiens. Donc, l'importance est accordée à la favorisation d'un environnement convenable pour l'ensemble des banques. En fait, la présence d'une énorme récession au niveau de l'économie mondiale a influencé l'existence d'un environnement bancaire et économique favorable dans la Tunisie.

Ainsi, nous avons effectué des estimations incluant les différentes variables relatives à la banque, les variables macro-économiques et les indicateurs de la structure du marché financier. Dans ce cas, nous avons mesuré la performance bancaire tenant compte le développement du marché financier. Ces variables peuvent tenir compte de la relation entre la banque et le marché boursier.

En ce qui concerne la concentration du marché (CONC), nous avons vu que le taux de concentration a un effet positif et impact significatif sur la performance des banques. Comme l'explique Demsetz (1973) et De Young (1998), cette relation positive entre la concentration et la performance semble être le résultat d'un management supérieur par les banques et d'une efficacité élevée dans le processus d'intermédiation sur le marché et l'offre des services. Les autres indicateurs de la structure financière ont un impact faiblement significatif sur la rentabilité des banques commerciales Tunisiennes. Dans ce cadre, Dermerçuc-Kunt and Huizingua (1999) indiquent que ces variables ont une incidence moins importante sur les prêts des banques commerciales et sur leurs clients par rapport aux autres clients. La capitalisation boursière par rapport au PIB a un impact positif sur la performance des banques commerciales Tunisiennes. C'est-à-dire les banques qui ont une capitalisation la plus grande, ont la possibilité d'accroitre leurs rentabilités. Lorsque les marchés boursiers s'agrandissent, la disponibilité de l'information est améliorée dans le but d'accroitre le potentiel des nombres de clients d'une banque en facilitant l'identification et le suivi des emprunteurs.

Enfin, nous avons constaté que la crise financière actuelle a un impact négatif sur la performance de certaines banques commerciales Tunisiennes (UIB, UBCI et BIAT). D'ailleurs, les banques commerciales Tunisiennes cotées ont affiché une croissance de deux chiffres de leurs cours à l'exception de l'UBCI. Ainsi, le gouvernement de la BCT a décidé de rassurer et de rendre la situation financière et économique des banques Tunisiennes saine. En revanche, la crise financière actuelle présente un impact négatif sur la performance des banques commerciales Tunisiennes donc on accepte l'hypothèse de notre recherche selon laquelle les banques Tunisiennes sont impactées négativement par la crise financière 2007-2009.

Rappelons ainsi, que la Tunisie et principalement son marché financier ont été faiblement impactés par les turbulences des marchés financiers internationaux. Ceci, n'est justifie que par l'existence d'une situation macro-économique solide dans la Tunisie. De plus, la crise financière a un impact sur le secteur des textiles en Tunisie.

Conclusion

L'étude de la performance bancaire s'identifie par la présence de plusieurs facteurs à savoir, l'environnement, la structure du marché et la réglementation bancaire. Ces facteurs sont considérés comme les déterminants de la performance bancaire et ils doivent être se développer avec d'autres facteurs tels que la privatisation, la libéralisation, la gouvernance et la crise.

Ainsi, tout au long de ce chapitre nous avons étudié dans une première section la structure du système bancaire Tunisien. Dans cette section, nous avons présenté l'historique du secteur bancaire Tunisien, la structure de celui-ci, les différentes réformes du système bancaire, la performance des banques Tunisiennes et l'exposition de ceux-ci aux turbulences financiers.

Dans la deuxième section nous avons validé empiriquement l'impact de la crise financière sur la performance des banques commerciales Tunisiennes. Notre étude empirique a été menée sur un échantillon de dix banques pour une période de dix ans.

Ainsi, les deux mesures de performance (ROA et NIM) que nous avons utilisée dans notre étude empirique seront estimées par la méthode des moindres carrés ordinaire (MCO). Dans ce cadre, nous avons vérifié l'hypothèse selon laquelle la crise financière a affecté la performance des banques Tunisiennes. Toute fois, la marge d'intérêt assez importante ce qui est justifiée par le niveau des crédits accordés et le niveau des dépôts collectés. En fait, la part des placements auprès des banques internationales est réduite de 75% du total des réserves avant la crise à 39% actuellement.

En fait, les résultats empiriques obtenus ont permis d'affirmer que pendant la crise présente un faible impact négatif sur la performance de certaines banques commerciales Tunisiennes (UIB, BIAT, UBCI). La performance accrue par les banques Tunisiennes reflète en grande partie le contrôle prudentiel exercé par la banque centrale de la Tunisie. Par ailleurs, la récession au niveau des marchés financiers internationaux n'a pas impacté le fonctionnement du marché financier Tunisien.

Pour ce qui est des banques Tunisiennes, il convient de signaler qu'elles ne sont autorisées à placer sur les marchés internationaux que les avoirs en devises des non-résidents. Notons ainsi, que toutes les banques tunisiennes disposent d'un programme d'ouverture de nouvelles agences à travers le pays afin d'améliorer leurs performances.

Ainsi, les banques en Tunisie constituent la principale source de financement de l'économie. En outre, il existe des évolutions prévisibles qui entraînent nécessairement des investissements significatifs financiers, technologiques, organisationnels et humains. De plus, l'impact de ces changements diminue la rentabilité des banques. Pour les financer, il faut envisager des fusions entre banques nationales ou des alliances ou des partenariats avec des banques étrangères pour réaliser des économies d'échelles, pour accroître la productivité, pour élargir les offres de produits et services bancaires et pour attirer et motiver du personnel qualifié. Ce qui permettra de dégager une meilleure rentabilité tant qu'elle constitue une source de création de valeur. Pour conclure, nous pouvons dire que le système bancaire tunisien est dominé par les banques commerciales, sa mise à niveau a été imposée par la BCT et non par le marché. Aussi, les banques Tunisiennes feront face à plusieurs impératifs courant les prochaines années à savoir la diversification des produits, la modernisation des systèmes d'information, la gestion des compétences et la réduction des coûts, en plus, des mouvements de concentration et de rapprochement entre les différentes banques pour atteindre des seuils de compétitivité et pour garantir la performance des banques et l''exposition de tous les risques bancaires et des différents turbulences des marchés internationaux.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.