WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Une analyse de la filière plants améliorés d'arbres forestiers dans le grand sud du Cameroun


par Dingues Ghislain Tchounji
Faculté d'Agronomie et des Sciences Agricoles (Université de Dschang) - Ingénieur Agronome (Option: Economie et Sociologie) 2012
  

précédent sommaire suivant

3.2. Problématique

Le programme de domestication des arbres fruitiers locaux et des plantes médicinales, a été initié par l'ICRAF au Cameroun depuis 1998. A fin d'évaluer les techniques de multiplication végétative en milieu rural, deux pépinières pilotes ont été installées dans la Région du Centre, précisément à Nkolfeb et Abondo (ICRAF, 2004). Par ailleurs, le processus de domestication implique à la base la création des pépinières, lieux de production des variétés améliorées destinées aux plantations. C'est ainsi que par la suite, quatre autres pépinières pilotes ont vu le jour en 1999 dont deux dans la zone de savane humide (Bandjoun et Belo)  et deux dans la zone de forêt (Ting-Melen et Ngoumou). Ces pépinières ont été créées pour tester et évaluer les techniques de multiplication végétative par les producteurs. Elles sont utilisées de façon subséquente, pour former la communauté environnante sur les techniques de base, de gestion des pépinières et les méthodes de collecte des germoplasmes, ainsi que la multiplication à travers la propagation végétative. Après quelques années d'essai, des pépinières satellitaires ont émergé des sites pilotes et on assiste de nos jours à une augmentation importante du nombre de pépinières. L'ICRAF (2011) estime à plus de 225 le nombre de pépinières spécialisées dans la multiplication végétative des arbres agroforestiers. On assiste donc à la formation d'un système de production et de distribution des plants d'arbres fruitiers à partir de plusieurs pépinières décentralisées.

Par la suite, des études ont été réalisées, d'une part par Nkana (2003) sur les stratégies de distribution et de commercialisation des plants fruitiers locaux produits dans les pépinières rurales. Il estime que la meilleure stratégie de commercialisation des plants fruitiers est une combinaison d'un circuit permettant la vente sur le site de production et d'une fluidité de l'information entre les parties concernées. Tadjo (2008) d'autre part, montre que les pépinières rurales des zones d'intervention de l'ICRAF sont plus efficaces dans la distribution des plants agroforestiers que les pépinières qui ne collaborent pas avec ICRAF.

Mfoumou (2001) montre que la demande en plants fruitiers est très élevée dans la ville de Yaoundé et l'offre des pépinières ne satisfait pas la demande. Dans une perspective d'assurer une disponibilité en plants de qualité, en quantité, à proximité des utilisateurs et à un prix abordable, il apparaît important de s'interroger sur les mécanismes d'amélioration de l'offre en plants d'arbres fruitiers. C'est ainsi que se pose la question de savoir quelles sont les goulots d'étranglement de la filière plants améliorés d'arbres fruitiers? De cette préoccupation centrale résultent les questions suivantes :

- quels sont les acteurs impliqués dans la filière  «plants améliorés d'arbres fruitiers»?

- quels sont les différents types de relations qui existent entre ces acteurs et quelles fonctions jouent-ils dans la filière?

- quelles sont les quantités de plants produits et distribués dans la filière?

- quelles sont les difficultés rencontrées dans la filière et les opportunités de développement?

- quelles sont les mesures pouvant améliorer la filière ?

Ainsi la présente étude se propose d'analyser la filière plants améliorés d'arbres fruitiers dans les zones de forêts et savanes humides, aussi appelées le Grand-Sud du Cameroun.

précédent sommaire suivant