WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le développement de l'industrie musicale en Grande-Bretagne de l'entre-deux-guerres aux années Beatles : une trajectoire d'innovation globale?

( Télécharger le fichier original )
par Matthieu MARCHAND
Université Michel de Montaigne - Bordeaux III - Master Histoire 2012
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE 5 : NOUVEAUX ACTEURS / NOUVEAUX FORMATS DE
LA VIE MUSICALE : ÉTUDE DES MODALITÉS D'ADAPTATION

L'évolution des technologies de l'enregistrement a eu des répercussions sociales autant qu'esthétiques. Parce que le fait d'enregistrer un disque devenait une opération de plus en plus complexe, ce phénomène s'accompagne d'une spécialisation musicale des professionnels du disque, constituant une première catégorie d'acteurs auxquels se rajoutent une catégorie d'auditeurs qui, en plus de s'élargir davantage dans un contexte de reconstruction sociale, va de plus en plus prendre en compte la jeunesse dont le potentiel à consommer s'exprime en raison d'un pouvoir d'achat élevé. Face à une demande qui se diversifie en s'élargissant, la circulation de l'information devient incontournable car il faut se tenir informé d'une production croissante et acquérir des outils de discernement dans cette offre toujours plus variée, en distinguant les régimes de production entre répertoire « artistique » et répertoire de divertissement. L'innovation technologique complexifia ses échanges et nécessita la constitution de réseaux, toujours dans un dialogue permanent entre les majors du disque, l'univers phonographique professionnel et les consommateurs.

I/ L'interdépendance des formats d'écoute et des catalogues musicaux

L'innovation majeure que fut l'allongement des durées d'enregistrement sur disque est intervenue à un moment où l'émergence d'un marché de masse dans l'industrie du disque a permis aux firmes présentes sur le marché au début des années cinquante (EMI pour la Grande-Bretagne mais aussi CBS, RCA, Warner, Philips), de se développer rapidement et

d'assoir leur suprématie213. L'année 1952, on s'en souvient, fut un coup de massue pour les firmes du disque en Angleterre après la rupture des accords engagés jusqu'ici avec les États-Unis. En même temps, ce fut cette année qu'on trouva un accord sur les brevets et que s'engagea une spécialisation des formats en fonction des genres. L'étiquetage du disque fut un critère déterminant pour une firme qui souhaitait catégoriser ses ventes en privilégiant certains genres musicaux. À titre exemplaire, le jazz, qui s'était imposé grâce au 78-tours, fut délaissé par la firme Victor, mais repris par Columbia. De même, malgré la supériorité technique du 45-tours sur le 33-tours, c'est ce dernier qui s'impose commercialement puisqu'en raison de sa capacité de stockage plus élevée, il convenait plus au répertoire classique et jazz qui existait déjà. Par conséquent, le rock des années cinquante s'imposa par le 45-tours, faisant de l'invention de RCA, qui lui avait coûtée cinq millions de dollars, un véritable coup marketing. Les distinctions de genre sont donc au coeur du fonctionnement des directions artistiques du disque.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.