WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les pratiques foncières locales en milieu rural et leur impact sur le développement agricole cas de la chefferie de Ngweshe.

( Télécharger le fichier original )
par Isaac Bubala Wilondja
Institut Supérieur de Développement Rural de Bukavu - Licence 2016
  

précédent sommaire suivant

SEECTION III : IMPACT DES PRATIQUES FONCIERES SUR LA PRODUCTION PAYSANNE

§1 système d'agriculture paysanne :

On distingue dans le Bushi deux types d'exploitations : les exploitations agricoles familiales et les plantations. A l`intérieur de l'exploitation agricole familiale, nous distinguons également contrairement aux plantations qui ne pratiquent que des cultures industrielles (thé, café, quinquina), deux types de cultures : les cultures vivrières paysannes et les cultures de rentes paysannes. Parmi ces dernières cultures, les bananeraies occupe une position particulière, comme autrefois.

I. exploitation agricole paysanne :

La structure d'exploitation agricole familiale dans le territoire de walungu/ chefferie de ngweshe reflète une division sexuelle du travail. L'agriculture vivrière de substance est le fait de la femme, tandis que les cultures de rente, plus rémunératrices, sont le privilège de l'homme.

II. L'agriculture de substance

En 1958, l'agronome HECQ constatait déjà que la superficie des sols à cultures

vivrières permanente décroissait régulièrement en faveur de celle destinée à la bananeraie. Cette tendance a continué dans la période qui a suivi.

Comme autre fois, les champs sont installés en deux lieux et sous des contrats les plus divers. A partir de l'enclos résidentiel, pris comme centre, on trouve successivement les types des champs ci-après :

1. Sur les terres obtenues en Kalinzi : il y a d'abord la bananeraie des toutes les variétés (variétés des bananeraies en annexes). En bordure de celle-ci,

51

se pratiquent la plus part des cultures ou associations principales: patate douces, haricots, associations haricots-mais-sorgho et haricot-mais-manioc.

2. Sur les terres en Bwassa, on trouve les mêmes cultures qu'en kalinzi. Le Bwassa est devenu un complément spécial indispensable aux familles, en Raison de la rareté des terres susceptibles d'être acquise en kalinzi.

En plus des cultures citées ci-dessus, on produit dans la chefferie de ngweshe : l'igname, les petits pois, la pomme de terre, le soja et la culture maraichère (amarantes, chou blanc, chou rouge, chou vert, chou-fleur, le céleri, la carotte, l'é pinard, la salade, le navet, le radis, l'artichaut, l'aubergine, le poireau etc...). Ces cultures sont essentiellement destinées à la vente.

Par le passé, ce sont la banane, le haricot et la patate douce qui fournissaient la base alimentaire. Mais sous la période coloniale, en vue de combattre la famine et les pénuries de soudure, on introduisit le manioc et la pomme de terre. Depuis la dernière décennie coloniale, le manioc prend une très forte extension. Son rendement est élevé et sa culture est facile. La récolte peut être établie sur plusieurs mois parce qu'il se conserve bien.

Parmi les tubercules, la patte douce suit directement le manioc. On la cultive sur les terres de plateaux comme le manioc. La pomme des terres ne pas produit à ngweshe, elle est plutôt cultivée dans la chefferie de Kaziba sur les hautes altitudes, elle a connu une baisse de production suite à la perturbation climatique par des pluies et manque des produits phytosanitaires.48

Récemment, vers 1970 le soja a été introduit et vulgarisé pour combattre la malnutrition. Il est actuellement cultivé par 3700 ménages agricoles avec une superficie totale emblavée de 370 ha contre une production totale de 203.50 tonnes. Sa culture est encouragée et progresse grâce à la vulgarisation des services techniques des ONGs qui interviennent dans la distribution des semences améliorées auprès des paysans agricoles. Il est hélas très peu consommé. Il est devenu très rapidement une culture de rente. Il fait l'objet de transactions sur les marchés locaux.

En plus, il est acheté aux paysans par l'usine de transformation qui le torréfie et le transforme en farine et biscuit.

Malgré la diversité des cultures de proximités géographique des zones très productives telles que le Nord-Kivu et la plaine de la Ruzizi, la population de Ngweshe est souvent en proie à de multiples carences périodiques. La dégradation des routes de dessertes

48 INSPECTION AGRICOLE DU TERRITOIRE DE WALUNGU, Rapport annuel exercice 2015.

52

locales, parfois même leur disparition pure et simple font que les marchés des produits vivriers soit atomisés. Le transport des produits se fait à dos de femme sur 30 à 60 km, les véhicules ne pouvant pas circuler. De plus, les méthodes de cultures sont rudimentaires.

La recherche coordonnée par H.DUPRIEZ a fait à propos des cultures de subsistances les observations suivantes :

« Elles régressent sur le plan de leur extension en superficie. Les terres qui leurs sont consacrées sont de plus en plus marginales, à l'exception des marais. L'extension des bananeraies et des cultures industrielles les a refoulés vers les moins bonnes terres.

Elles régressent sur le plan qualitatif. Le manioc surtout, mais aussi les autres tubercules augmente progressivement au détriment des légumineuses et des céréales. Le régime alimentaire se simplifie, les protéines diminuant par rapport aux féculents.

Le nombre des bouches à nourrir étant en augmentation constante sur des terres en cours de dégradation, les rations diminuent quantitativement.

Du point de vue technique, il n'y a eu aucune amélioration notable dans les techniques de production. Le labour et l'entretien se fait selon le cas à la houe, à la machette, à la serpette,... »

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)