WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le développement local participatif dans le contexte de la décentralisation en Côte d'Ivoire: le cas du chef-lieu de la région du Nàézi (Dimbokro).

( Télécharger le fichier original )
par BAH ISAAC KOUAKOU
UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET BOIGNY DE COCODY - DOCTORAT UNIQUE 2014
  

précédent sommaire suivant

II.2- Délimitation du champ de l'étude

« Définir la population, c'est sélectionner les catégories de personnes que l'on veut interroger (...), c'est déterminer les acteurs dont on estime qu'ils sont en mesure de donner des réponses aux questions que l'on pose »47. Ainsi, compte tenu de la spécificité du thème et surtout de la nature des informations recherchées ; deux aspects du champ d'étude ont été retenus. Ce sont le champ social et le champ géographique.

II.2.1-Champ social

Afin de mieux appréhender le champ social de notre étude, nous nous inscrivons dans la perspective bourdieusienne.

Contrairement à Emile DURKHEIM pour qui la société est un « tout», Pierre BOURDIEU48 insiste sur la division en groupes sociaux et estime que l'espace social est partagé en une multitude de champs sociaux (l'école, la politique, la religion, la culture, etc).

47 Alain BLANCHET et Anne GOTMAN (1992), L'enquête et ses méthodes : l'entretien, Paris, Nathan, pp. 50-52

48Marc MONTOUSSE et Gilles RENOUARD (1997), « la Sociologie de l'habitus de Bourdieu », in 100 fiches pour comprendre la Sociologie, Paris, Bréal, pp. 62-63.

84

Les capitaux détenus par chaque groupe social en proportion inégale constituent des atouts pour se positionner dans un champ social.

Mais les atouts nécessaires varient en fonction des champs.

En effet, chacun des champs possède ses propres règles et ses propres critères de réussite. Ainsi, les qualités requises pour réussir à l'école ne sont pas identiques à celles exigées dans le domaine de la politique ou du sport.

Enfin de compte, BOURDIEU assimile un champ social à un marché sur lequel s'échangent des biens spécifiques.

Le champ est « un espace de jeu, un champ de relations objectives entre des individus ou des institutions en compétition pour un enjeu identique »49.

Le développement local participatif s'inscrit dans un champ social global où l'on identifie le champ économique et le champ culturel.

En effet, afin d'aboutir à un développement en terme de progrès social, il est incontournable de tenir compte des valeurs culturelles ou encore des aspirations des populations. Ainsi, le champ social du développement local participatif est le marché du développement. Ici, les structures décentralisées du département de Dimbokro, dans leur rôle d'aide au développement tendent de maintenir leur pouvoir de décision en s'appuyant sur leur dotation en capital économique et social.

Par contre, la population, qui, certes, est moins dotée en capital économique et social s'appuie sur sa dotation en capital culturel et cherche à faire partager sa propre conception de l'ordre social afin de rendre légitime les positions privilégiées qu'elle occupe en définissant les atouts exigés dans le champ social et en les monopolisant.

Ceci s'inscrit dans la période de 2003 à 2010, à partir des différents rapports entre le Conseil Général de Dimbokro et sa population.

49Pierre BOURDIEU (1980), Question de Sociologie, Paris, Editions de Minuit, Page 196.

85

Par ailleurs, partant de notre préoccupation qui est de déterminer les mécanismes de construction des rapports sociaux autour de la participation de la population de Dimbokro au développement local. Il était important de s'intéresser aux groupes sociaux suivants qui interviennent dans le champ social de notre étude et y échangent des biens spécifiques.

Les responsables du Conseil Général de Dimbokro (le Bureau du Conseil, les différents Directions et Services, le Secrétariat Général) ont été approchés afin de saisir l'organisation et le fonctionnement de cette structure et analyser ses actions envers la population.

Les échanges avec des partenaires au développement, à savoir le Maire de Dimbokro, Chef de zone ANADER, responsable du centre d'alphabétisation ont permis d'avoir des informations données géographiques et humaines de la localité. Ils ont aidé à avoir des informations sur les données économiques et les actions réalisées et précisément la place occupée par les populations dans le processus de développement.

Pour les responsables des associations ou mutuelles de développement, la notabilité de certains villages, les planteurs, commerçants et artisans, il a été question d'avoir leurs opinions sur les actions de développement réalisées. Cela a concerné leur participation au développement de leur localité et l'analyse des interactions qui existent entre les populations et le Conseil Général Dimbokro.

En somme, le choix de ces catégories de personnes se justifie par le fait que chacune d'elle est impliquée dans le processus de développement économique et social du département de Dimbokro.

Notre intérêt pour ces groupes sociaux est que ceux-ci interviennent sur le marché du développement à partir de leur dotation en capitaux.

86

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.