WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le développement local participatif dans le contexte de la décentralisation en Côte d'Ivoire: le cas du chef-lieu de la région du Nàézi (Dimbokro).

( Télécharger le fichier original )
par BAH ISAAC KOUAKOU
UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET BOIGNY DE COCODY - DOCTORAT UNIQUE 2014
  

précédent sommaire suivant

V.1.3- Occupation professionnelle

Tableau n°13 : Répartition des enquêtés selon la profession

Sexes

Professions

Femmes

Hommes

Total VA

Total VR

VA

VR

VA

VR

Planteurs et cultivateurs

22

11,58

58

30,53

80

42,11

Commerçants

24

12,64

16

08,42

40

21,06

Artisans

22

11,58

18

09,47

40

21,05

Opérateurs économiques

05

02,63

10

05,26

15

07,89

Eleveurs

05

02,63

10

05,26

15

07,89

Total

78

41,06

112

58,94

190

100

Source : Enquêtes de terrain, 2010-2012.

Les données du tableau n°14, ci-dessus ont porté sur la profession ou l'activité principale des enquêtés. Ces données ont révélé que la majeure partie des enquêtés a comme activité principale l'agriculture, à savoir les planteurs ou cultivateurs représentant 42,11% des enquêtés, suivie des commerçants qui représentaient 21,06% ; ensuite viennent les artisans avec 21,05%.

Cette proportion suivie de celles des opérateurs économiques et éleveurs avec qui représentaient respectivement 07, 89% et 07,89%.

Les activités dominantes de nos enquêtés étaient donc dans les secteurs primaire et tertiaire traduisant ainsi la dominance de l'agriculture et du commerce sur les autres activités.

C'est par conséquent, dans ces domaines qu'il faut apporter le soutien nécessaire à la population locale sans toutefois ignorer les autres secteurs d'activités.

Autrement dit, les occupations diverses des populations doivent êtes planifiées dans le sens de leur donner des orientations, des opportunités pour mieux accroître leur entreprise.

Certes, la culture du binôme café-cacao ne connaît plus le même rendement comme dans les années 1960, mais d'autres spéculations telles que l'anacarde sont susceptibles de redonner l'"espoir " à la population du département de Dimbokro.

En effet, la présence d'OLAM IVOIRE à Dimbokro augure d'un meilleur lendemain. Cette unité industrielle qui transforme environ 5000 tonnes/an d'anacarde, soit 5% de la production nationale65 doit être un facteur d'encouragement de la population à faire des plantations d'anacardiers.

Ce parcours du profil sociologique des enquêtés, nous a conduit à l'analyse de leur connaissance du développement local et du rôle d'une structure décentralisée.

164

65 http://www.agriculture.gouv.ci, consulté le 09 Mars 2012 à 21 H 35 mn.

165

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.