WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le développement local participatif dans le contexte de la décentralisation en Côte d'Ivoire: le cas du chef-lieu de la région du Nàézi (Dimbokro).

( Télécharger le fichier original )
par BAH ISAAC KOUAKOU
UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET BOIGNY DE COCODY - DOCTORAT UNIQUE 2014
  

précédent sommaire suivant

Chapitre VI : POLITIQUE ET MATERIALISATION DES PROJETS DE DEVELOPPEMENT

VI.1- POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT

Pour le Conseil Général de Dimbokro, il faut amener la population à l'autonomie financière. Et ce, à travers la formation professionnelle pour avoir une capacité en vue de l'exercice d'un emploi, à la création de micro-projets générateurs de revenus. Cette politique de développement se voulait ouverte non seulement à toutes les structures de développement du département mais aussi et surtout sur l'extérieur.

VI.1.1-Initiation à l'autonomie financière

VI.1.1.1-Formation professionnelle

Apprendre un métier requiert à terme des opportunités de travail et l'on peut à partir de la formation reçue s'installer à son propre compte.

C'est pourquoi le Conseil Général en collaboration avec le Cabinet Africain de Formation en Ingénierie Conseil et Commerce (CAFIC et CO) s'était engagé à la formation professionnelle des jeunes du département.

Les filières tertiaire et technique ont été les deux principales options qui s'offraient aux jeunes (filles comme garçons).

De 2004 à 2005, trois cent (300) parmi eux ont bénéficié d'une formation d'opérateurs de saisie, de maintenance informatique, de caissier, d'agent de pharmacie, tandis que trente autres se sont formés en électricité, en plomberie, en mécanique auto, en menuiserie, et en maçonnerie. Cette promotion, libérée au terme de six (06) mois de formation, se donne des moyens pour son insertion socio-professionnelle. Comme prévu dans le programme d'insertion socio-économique des jeunes du département, le Conseil Général de Dimbokro a prévu aider ces jeunes à s'installer.

171

C'est pour cela qu'il a été demandé aux personnes formées de se regrouper par spécialité dans la perspective de leur octroyer des financements afin de leur permettre de s'installer à leur propre compte.

Et un échéancier assez souple de remboursement des fonds alloués leur a été proposé.

Cela doit pouvoir se réaliser en pratique puisque bon nombre des personnes formées n'ont pas encore pu s'insérer dans la vie professionnelle.

VI.1.1.2-Création de micro-projets

Suite logique de la formation professionnelle, le Conseil Général avec ses partenaires dans le but d'inciter les jeunes du département de Dimbokro à l'auto-emploi, a fait un dépôt de garantie de 10 millions de francs CFA auprès de la Coopérative d'Epargne et de Crédit (COOPEC) en vue du financement effectif des projets en faveur des jeunes. Ainsi près de 200 jeunes ont-ils bénéficié de prêts allant de 200 à 500 mille Francs CFA.

Ceux-ci se sont lancés soit dans le commerce, soit dans l'agriculture.

Si le volet agricole a essuyé les affres climatiques et pluviométriques, le volet commercial a été plus ou moins reluisant malgré la crise économique.

Les bénéficiaires du fonds qui se sont lancés dans le commerce de friperie, de produits cosmétiques, du vivrier, de la restauration, d'articles divers de boutique ont pu s'en sortir avec quelques bénéfices leur permettant de rembourser le prêt en dépit des difficultés de respect des échéances mensuelles, fixées entre 15.000 F CFA et 25.000 F CFA, et donc jugées parfois trop lourdes pour des débutants en affaire.

L'un de nos enquêtés, une dame, qui a pu rembourser le prêt sollicité s'est réjouie en ses termes, « c'était difficile, mais j'ai pu rembourser doucement le prêt sollicité et je compte même monter un autre dossier pour une autre sollicitation financière »66.

66 Extrait de l'enquête de terrain, 2010.

172

A Dimbokro, la faiblesse du pouvoir d'achat constitue un problème dans le domaine du commerce.

Le revenu annuel par tête d'habitant est passé de 157.000F CFA en 1990 à 50.000F CFA en 2000 et à 30.000F CFA en 200367.

Et seuls, les fonctionnaires et dans la moindre mesure les élèves constituent les consommateurs potentiels dont il faut tenir compte dans sa politique commerciale en termes de besoins. Toute tentative ou initiation d'affaires ne prenant pas en considération les habitudes de consommation de cette frange de la population, semble être vouée à l'échec.

Par ailleurs, pour plus d'ouverture et de possibilité de financement, le Conseil Général de Dimbokro a encouragé l'institution de la Caisse d'Epargne et de Crédit de Dimbokro (CECD) dont l'objectif était d'éduquer à l'épargne afin d'aboutir à une indépendance économique, sociale et professionnelle.

Autrement dit, cette structure s'est chargée de la promotion des actions de développement par le financement des micro-projets à travers les micro-crédits.

Par ailleurs, quinze (15) jeunes, soutenus par le Conseil Général se sont fait former en élevage de volaille.

Si le Conseil Général de Dimbokro, dans sa politique de lutte contre la pauvreté et/ou du développement, recherchait l'autonomie financière des jeunes à travers la formation professionnelle et la création de micro-projets, il a fait de la collaboration une de ses stratégies de développement.

67 Conseil Général de Dimbokro et CAFIC et CO (Juillet 2003), Programme d'insertion socio-économique des jeunes du Département de Dimbokro, page 02.

173

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.