WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le développement local participatif dans le contexte de la décentralisation en Côte d'Ivoire: le cas du chef-lieu de la région du Nàézi (Dimbokro).

( Télécharger le fichier original )
par BAH ISAAC KOUAKOU
UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET BOIGNY DE COCODY - DOCTORAT UNIQUE 2014
  

précédent sommaire suivant

VI.1.2-Collaboration avec des structures de développement

La décentralisation qui donne aux élus locaux les compétences et les moyens nécessaires au développement départemental et/ou régional n'occulte en aucun moment la collaboration.

En effet, pour mieux participer au développement du département de Dimbokro, peuplé de 81.158 habitants (RGPH, 1998), l'association pour atteindre cet objectif s'avérait être important.

Le Conseil Général de Dimbokro entretenait pour ce faire des rapports de collaboration, d'information, de consultation et d'échange de points de vue sur certains dossiers communs avec les structures telles que la Mairie, la Préfecture, la Sous-préfecture, la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, l'ANADER. Au niveau des associations et groupements coopératifs du département, il leur apportait assistance et aide.

Afin d'atteindre le point focal de la nouvelle politique de développement du département de Dimbokro, le Conseil Général consultait les associations de développement et surtout leur apportait son soutien lorsque la nécessité s'imposait. C'est le cas de l'association BEKANSSI68 qui a bénéficié du soutien du Conseil Général lors de la mise sur pied de sa ferme avicole.

En effet, un forage de 80 mètres de profondeur, estimé à près de huit (08) millions de francs CFA a été réalisé grâce à l'appui du Conseil Général pour permettre aux femmes regroupées en association de mener à bien leurs activités.

Par ailleurs, des réunions et consultations ont été entreprises par le Directeur du Développement Humain dudit Conseil en vue d'apporter les directives et conseils nécessaires aux associations de développement de tout genre (les associations d'entraide, de lutte contre la pauvreté, de la protection

68 BEKANSSI : vocable en baoulé qui signifie ; on parle et je passe. Autrement dit, lorsque certaines personnes s'évertuent à critiquer leur prochain, moi, je travaille, je cherche à évoluer.

174

et de l'entretien de l'environnement).

En témoigne, la réunion du Comité de Pilotage de l'Environnement du Jeudi 09 Novembre 2006 convoqué par le Conseil Général de Dimbokro et regroupant le Maire de la commune de Dimbokro, le Président de l'Union des Jeunes de la Commune de Dimbokro (UJCODI), les responsables des associations, et ONG d'environnement, un représentant de l'Institut National d'Hygiène Publique et bien d'autres personnes.

Aussi, le Conseil Général était en collaboration, pour le volet de la formation professionnelle, avec le cabinet CAFIC et CO, sur qui il s'est appuyé à travers une convention de partenariat afin d'entreprendre des actions en faveur des jeunes et des femmes.

Cette convention de partenariat a aussi concerné la formation des jeunes du département dans les domaines de plomberie, menuiserie, électricité, maçonnerie.

Par ailleurs, l'Agence Nationale d'Appui au Développement Rural (ANADER), spécialiste du monde rural, a été et est un partenaire privilégié du Conseil Général de Dimbokro dans le processus d'amélioration des conditions de vie de la population du département de Dimbokro.

Ainsi, le 11 Mai 2006, une convention de partenariat a été signée entre l'ANADER et le Conseil Général de Dimbokro. A ce titre, l'ANADER a conduit un Projet pilote d'Appui de Création d'Exploitations Agricoles (PACEA).

Cette convention, qui a pris fin en 2008, a concerné quatre villages: Kangrassou-Yebouebo, Kangrassou-Abrizuenouan, Kadjabo et Bassa-Yébouessou. Trente-sept (37) exploitants ont été touchés par ce projet.

175

Dans ce domaine, les actions déjà entreprises étaient les suivantes :

- création de 47 hectares d'anacarde;

- mise en place de 42 hectares d'ignames dont la production de 2006 à 2007 était de 216,35 tonnes et 54.075 tonnes ont été commercialisées pour un chiffre d'affaire de 4.412.170 F CFA ;

- pose de 174 ruches piège pour l'apiculture;

- 08 poulaillers construits69.

Pour ce projet, l'ANADER a demandé à la population de faire les parcelles d'anacarde en y mettant de l'igname pour la première année et de l'arachide la deuxième année afin de disposer d'un peu de revenu jusqu'à la production de l'anacarde. Elle a souhaité, en effet, que ce projet porteur d'espoir s'étende progressivement à tous les villages du département.

Entre autres actions dont l'ANADER a participé à leur réalisation, étaient l'élaboration du projet de la mise en valeur des 22 retenues d'eau que contient le département pour les cultures maraîchères qui a été déposé au FDFP, la rédaction du Plan Stratégique de Développement Local et la co-rédaction de la Proposition de Plan de Développement Agricole du département avec le représentant du Conseil Général de Dimbokro (Patrice N'GORAN).

Tous ces projets et plans de développement doivent connaître leur exécution car leur réalisation effective et efficace pourrait aider la population de Dimbokro dans son développement économique et social.

En outre, l'ANADER poursuit la formation des groupements coopératifs aux techniques culturales, d'élevage et d'organisation avec le soutien du Conseil Général Dimbokro.

69 ANADER, zone de Dimbokro (Mai 2008), Projet d'Appui à la Création d'Exploitation (PACEA), Dimbokro, ANADER, page 3.

176

Dans cette même perspective, le Conseil Général Dimbokro a apporté son soutien financier aux centres d'alphabétisation qui oeuvrent à leur manière au développement local et à la lutte contre la pauvreté en donnant l'opportunité à certaines personnes de savoir lire et écrire en vue d'être plus efficace dans leur domaine d'activités.

A cet effet, le centre d'alphabétisation de l'Eglise Saint Joseph de Dimbokro a bénéficié de la part du Conseil Général un soutien financier à hauteur de 700.000 F CFA en 2007 et de 500.000 FCFA en 2008.

Mais malheureusement, ce centre n'a pas pu bénéficier de l'apport du Conseil Général pendant ces deux dernières années pour insuffisance de moyens financiers. Alors que ce centre joue un rôle important dans la relève économique du département de Dimbokro.

Même si les responsables de ce centre ont apprécié l'aide à leur apporter par le Conseil Général de Dimbokro, leur souhait c'est de pouvoir chaque année bénéficier de cet appui financier.

C'est ce qu'a signifié la responsable dudit centre : « nous sommes satisfaits de cette aide mais elle est insuffisante pour tout ce que nous avons à faire. C'est pour cela que nous souhaitons que le Conseil Général de Dimbokro continue de nous apporter son appui financier et technique »70.

En effet, les ressources financières du centre proviennent de la somme de 7.000 F CFA par an demandée à toute personne désireuse d'aller y apprendre et complétées par des éventuels dons. Cette somme représente les frais de scolarisation et elle sert à intéresser les enseignants et à acquérir les fournitures, cahiers et autres éléments nécessaires pour la formation.

Depuis la création dudit centre en 1990, environ 2.500 personnes ont été formées et y sont sorties. Les plus jeunes ont intégré le circuit normal et ont poursuivit les études au secondaire.

70 Extrait de l'entretien du 23 Juin 2010 avec deux responsables du centre d'alphabétisation de l'Eglise Catholique Saint Joseph de Dimbokro.

177

Les personnes formées dans les activités telles que la cordonnerie, la menuiserie se sont mieux insérées dans la vie professionnelle et ont une

meilleure gestion de leur activité. Par ailleurs, le rôle du centre va au-delà de leur apprendre à lire et à écrire. Il maintient le contact avec celles-ci en leur prodiguant des conseils pour la réalisation de leur projet71.

Par ailleurs, le Conseil Général collabore avec la Mairie, structure décentralisée de l'Etat, qui lui apporte son soutien.

Ainsi dans les activités scolaires et sportives, le Conseil Général de Dimbokro et la Mairie s'accordent pour le mieux-être de la population.

A la question de savoir quel devrait être le type de relation entre toutes les structures qui interviennent dans le développement économique et social du département de Dimbokro, le Maire de la commune de Dimbokro a signifié que toutes les structures de développement doivent travailler en collaboration.

Pour lui, « étant donné que toutes les structures qui oeuvrent pour le développement ont le même objectif qui est celui du mieux-être de la

population; elles doivent avoir le souci du développement dans une attitude de compréhension et de collaboration» (Entretien individuel, Maire de Dimbokro).

Dans ce domaine, la radio "la voix du N'Zi ", situé dans la cours de la Mairie contribue à la sensibilisation de la population au sujet du développement local.

Des émissions sur l'agriculture y sont faites en vue de sensibiliser la population sur les techniques culturales.

En somme, la Mairie et le Conseil Général de Dimbokro essaient d'intensifier leur relation pour participer au développement du département de Dimbokro.

71Extrait de l'entretien du 23 Juin 2010 avec deux responsables du centre d'alphabétisation de l'Eglise Catholique Saint Joseph de Dimbokro.

178

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.