WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le développement local participatif dans le contexte de la décentralisation en Côte d'Ivoire: le cas du chef-lieu de la région du Nàézi (Dimbokro).

( Télécharger le fichier original )
par BAH ISAAC KOUAKOU
UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET BOIGNY DE COCODY - DOCTORAT UNIQUE 2014
  

précédent sommaire suivant

VI.2.7- Au niveau de la sécurité

La sécurité n'était pas en reste dans les préoccupations du Conseil Général de Dimbokro. Ainsi un don de radios de communication pour une valeur de 15 millions de francs CFA et d'un véhicule de type "4x4 " a été offert pour le renforcement des interventions des Forces de Défense et de Sécurité sur le terrain. Bien d'autres soutiens ont été accordés à ceux-ci notamment en carburant et en denrées alimentaires.

Par ailleurs, le Conseil Général de Dimbokro a accordé près de 10 millions de francs CFA à la jeunesse et aux femmes en vue de la création d'activités génératrices de revenus.

Autant d'efforts de réalisations au bénéfice des populations et surtout des jeunes car il s'agissait pour le Conseil Général de leur offrir le maximum de commodités, d'épanouissement moral et matériel en vue de les maintenir dans les villages.

L'objectif final étant de créer la richesse à partir du programme d'insertion socio-économique pour réduire la pauvreté, et freiner de ce fait l'exode rural dont le poids se faisait sentir au fil des années sur le territoire départemental de Dimbokro.

Les différentes actions sus-mentionnées ont été réalisées dans le but d'apporter un mieux-être à la population du département de Dimbokro.

Selon Marc MOUTOUSSE « Toute politique de développement doit avoir comme objectif principal la satisfaction des besoins essentiels c'est-à-dire ceux dont la satisfaction est nécessaire pour la survie (besoin physiologique: alimentation, habituellement) et les services de base (santé, éducation, assainissement, transport, adduction en eau potable). Ces besoins dits essentiels, ont trois caractéristiques: ils sont universels, quantifiables, et leur satisfaction à des effets positifs sur la croissance.

187

C'est pour cela qu'ils doivent être des préalables à toute politique de développement »78.

Cette vision du développement définie par Marc MOUTOUSSE semblait être la politique de développement adoptée par le Conseil Général de Dimbokro. En effet, sa politique de formation professionnelle, de création de micro-projets et de soutien financier étaient des projets, qui à terme, permettraient d'aboutir à l'autonomie financière de la population de Dimbokro.

Il s'agissait de donner à la population elle-même l'opportunité de participer au développement.

Par ailleurs, le fait de s'associer avec l'ANADER, structure spécialisée dans le développement rural, s'inscrivait dans un système de rapports nécessaires pour le développement local. Car, cette entreprise exige la mobilisation de ressources financière, matérielle, humaine.

Le soutien qu'apporte le responsable agricole du Conseil Général de Dimbokro à la population, dans l'orientation à l'apiculture semble capter l'intérêt d'une frange de la population du département de Dimbokro.

Il est donc souhaitable de continuer sur cette base en intégrant davantage les populations à leur propre développement.

Cet examen des activités a révélé que cette institution ne manquait pas d'arguments pour participer au développement économique et social de sa population, mais comment celle-ci a apprécié les actions réalisées et quelles étaient ses attentes en matière de développement?

78 Marc MOUTOUSSE (1990), Théorie du développement, Paris, Bréal, Page 160.

188

VI.3- PERCEPTION ET ATTENTES DE LA POPULATION VI.3.1- Appréciation des actions de développement

Tableau n°16 : Répartition des enquêtés selon leur appréciation des actions de développement entreprises.

Sexes

Types de relations

Femmes

Hommes

Total VA

Total
VR

VA

VR

VA

VR

Suffisantes

04

2,10

02

1,06

06

03,16

Insuffisantes

50

26,32

80

42,10

130

68,42

Moyennes

24

12,63

30

15,79

54

28,42

Total

78

41,04

112

58,95

190

100%

Source : Enquête de terrain 2010-2012.

Il ressort des données du tableau n°16 ci-dessus que 68,42% des enquêtés affirment que les actions de développement entreprises sont insuffisantes.

Pour 28,42% des enquêtés, ces actions sont moyennes. Enfin, seulement 03,16% des enquêtés disent que ces actions sont suffisantes.

« Il faut dire que le Conseil Général de Dimbokro s'est engagé dans l'amélioration des conditions de vie de sa population mais il s'est trouvé en face des difficultés telles que l'insuffisance des moyens financiers. En face donc des nombreux besoins de la population, ses actions restent encore insuffisantes ». (Entretien collectif, responsables d'associations et mutuelles de développement).

Pour les chefs de villages interviewés, « les actions réalisées sont insuffisantes au vue des nombreux besoins des populations ».

189

La réalité dans le département de Dimbokro est que les besoins en développement sont énormes.

En effet, passer d'une région faisant partie de la boucle du cacao à la situation actuelle dans laquelle est plongée la population semble préoccupant. Les infrastructures socio-économiques existantes sont devenues vétustes et les besoins dans ce domaine sont sans cesse croissants.

Des routes sont de plus en plus impraticables, des villages demeurent sans école ni électrification ni eau potable. La couverture sanitaire du département de Dimbokro est de même très insuffisante face aux besoins en santé des populations. Nos enquêtés reconnaissent certes l'effort de développement fait par le Conseil Général de Dimbokro de 2002 à 2010, mais celles-ci sont et demeurent pour le moment en deçà des attentes de la population.

Par ailleurs, pour ceux-ci la fermeture de l'unité industrielle UTEXI a aggravé les difficultés socio-économiques de la région dans la mesure où cette fermeture a provoqué des nouveaux pauvres79 qui sont venus s'ajouter aux autres.

Face à ce tableau, les actions entreprises par le Conseil Général de Dimbokro sont comme " une goutte d'eau dans la mer" qui ne sauraient être suffisants pour une population qui pourrait être estimée à près de 90.000 habitants.

Dans cette optique, il a été nécessaire de mettre en exergue les attentes de la population de Dimbokro en matière de développement.

79La pauvreté nouvelle est la forme de pauvreté que la Banque Mondiale désigne « the new poor». C'est une forme de pauvreté due le plus souvent à une rupture du niveau des revenus. Les caractéristiques de l'organisation sociale et les mutations politico-économiques sont porteuses de cette forme de pauvreté. Elle naît des événements qui prennent des proportions et produisent des conséquences qui auraient été moindres dans un autre contexte. Comme l'expliquent RIDDEL et ROBINSON, «les nouveaux pauvres sont ceux qui étaient au-dessus de la ligne de pauvreté mais qui depuis un certain temps ont rejoint le rang des pauvres en raison d'une récession économique ou des programmes d'ajustements structurels ».

190

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.