WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le développement local participatif dans le contexte de la décentralisation en Côte d'Ivoire: le cas du chef-lieu de la région du Nàézi (Dimbokro).

( Télécharger le fichier original )
par BAH ISAAC KOUAKOU
UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET BOIGNY DE COCODY - DOCTORAT UNIQUE 2014
  

précédent sommaire suivant

VIII.2-Obstacles internes

Il y a aussi des obstacles internes à la société locale dont l'organisation sociale préexistante et la culture freinent parfois les initiatives qui sont toujours au départ portées par quelques individus.

Ces obstacles rendent difficiles l'émancipation de certains groupes sociaux. L'accès réduit à l'information, à la formation, l'affaiblissement de références sociales et culturelles peut aussi empêcher ou ralentir une réaction organisée des sociétés locales.

Les limites intrinsèques à la population du département de Dimbokro sont perceptibles à trois niveaux, à savoir l'absence de cadre d'expression, l'analphabétisme et le manque de compétences adéquates.

Tableau n°28: Raisons limitant la participation de la population aux différentes phases de réalisation des projets de développement.

Sexes
Raisons

Femmes

Hommes

Total VA

Total
VA

VA

VR

VA

VR

Absence de cadre
d'expression

27

14,21

40

21,05

67

35, 26

Analphabétisme

18

9,48

34

17,89

52

27, 37

Manque de compétences adéquates

25

13,16

26

13,68

51

26, 84

Sans raison

8

4,21

12

6,32

20

10, 53

Total

78

41,06

112

58,94

190

100%

235

Source : Enquête de terrain 2010-2012.

236

Il ressort des données du tableau n°28, ci-dessus que 35,26% enquêtés ont affirmé qu'ils ne participent pas à la conception, à la planification, à la mise en oeuvre et au suivi et évaluation des projets de développement à cause de l'absence du cadre d'expression.

Pour 27, 37% des enquêtés, cela est dû à l'analphabétisme de la population. Quant à 26,84% des enquêtés, cela est dû au manque de compétences adéquates. Tandis que 10,53% des enquêtés n'ont évoqué aucune raison de leur non participation.

VIII.2.1- Absence de cadre d'expression

Les enquêtés (35,26%) ont mentionné l'absence du cadre d'expression comme la première raison limitant la participation de la population de Dimbokro à son développement.

Il s'agit d'un cadre d'échange où chaque acteur (sans distinction de classe sociale, d'appartenance ethnique, religieuse et politique) pourra librement donner son avis sur le développement local. Il est question de l'opportunité donnée à chaque acteur social d'opiner sur les actions menées et les perspectives de développement socio-économique et culturel de sa localité. Ceux-ci évoquent l'inexistence d'un cadre de discussion permettant à la population de s'exprimer sur les actions de développement et de faire des propositions.

Le cadre de concertation officiellement institué où puissent se rencontrer les différents acteurs (administration, services techniques, intervenants extérieurs mais aussi les producteurs, les opérateurs économiques privés, etc...) fait le plus souvent défaut.

En effet, en dehors des sessions publiques et parfois pendant les consultations sporadiques offertes aux populations, les échanges autour du développement sont rares.

Par ailleurs, lorsque les opportunités leur sont offertes, l'existence des pesanteurs politiques freinent la participation de tous aux échanges.

Dans nos sociétés en général et à Dimbokro en particulier, l'on a parfois du mal à dissocier la politique du développement.

Dans ces conditions, c'est soit l'absentéisme, soit le manque d'intérêt qui est entretenu, freinant ainsi la participation de tous au développement du territoire local.

« La politique a tendance d'influencer négativement le développement en question, puisque certains conseillers refusent de participer aux réunions convoquées par le Conseil Général de Dimbokro en prenant comme argument le fait de ne pas être du même bord politique que le Président ou tout autre membre » (Entretien individuel, le Secrétaire Général I de la Préfecture de Dimbokro).

Ainsi, une frange de la population a-t-elle tendance à politiser les actions et opérations de développement menées par le Conseil Général de Dimbokro. C'est ce que souligne le Secrétaire Général I de la Préfecture de Dimbokro en ses propos: « les membres du Conseil Général de Dimbokro qui sont dans l'opposition ne participent pas aux réunions pour apporter les contradictions nécessaires »93.

L'analphabétisme de la population est une des limites à sa participation à toutes les phases de réalisation d'un projet de développement.

237

93 Extrait de l'entretien du 10 Août 2010 avec le Secrétaire Général I de la Préfecture de Dimbokro.

238

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.