WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le développement local participatif dans le contexte de la décentralisation en Côte d'Ivoire: le cas du chef-lieu de la région du Nàézi (Dimbokro).

( Télécharger le fichier original )
par BAH ISAAC KOUAKOU
UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET BOIGNY DE COCODY - DOCTORAT UNIQUE 2014
  

précédent sommaire suivant

VIII.2.2-Analphabétisme

Comme deuxième raison qui freine la participation de la population de Dimbokro à son développement, 27,37% des enquêtés ont souligné l'analphabétisme.

Ainsi, l'alphabétisation, l'éducation primaire, la formation de base et les services de vulgarisation ont un impact positif immédiat sur la productivité des exploitants.

Un agriculteur qui a suivi quatre années d'études élémentaires aura certainement une productivité qui pourrait s'accroître par rapport à celle du cultivateur qui n'a pas fait d'études du tout.

Par ailleurs, plus il est instruit, plus son revenu a des chances de s'accroître lorsqu'il utilise des technologies nouvelles et s'adapte rapidement aux changements technologiques.

Cela ne manque pas d'avoir des effets bénéfiques pour l'ensemble de la population, particulièrement en renforçant les capacités des populations rurales.

Cette disposition est confirmée par un cultivateur qui a suivi les cours d'alphabétisation fonctionnelle en ses propos; « depuis que j'ai fait cette formation, j'arrive à suivre moi-même la vente de ma production et je m'en sors mieux. Je remercie les formateurs ».

Ainsi, disposer d'un minimum de savoir lire et écrire, constitue le principal canal d'accès à certaines informations clés dans le processus de gestion des affaires locales (Amadou DIOP, 2008 : 206).

Résultante de l'analphabétisme, le manque de compétences adéquates est selon 26,84% des enquêtés la troisième raison qui freine la participation de la population du département de Dimbokro à toutes les phases de réalisation des projets de développement.

239

VIII.2.3-Manque de compétences adéquates

Le monde en évolution nécessite que chaque acteur social puisse avoir des compétences dans son domaine d'intervention.

Le manque de compétences adéquates dont fait cas les enquêtés met ici en lumière les compétences indispensables à la population pour qu'elle puisse participer à toutes les phases de réalisations des projets de développement.

En effet, les raisons comme l'absence de cadre d'expression ou d'échanges, l'analphabétisme et le manque de compétences adéquates sont un ensemble d'éléments qui freinent la participation de la population au développement local.

Or, nous soulignons avec Michael CARNEA que « les bénéficiaires qui participent à la planification d'un projet sont mieux informés et prennent davantage la réussite du projet à coeur que ceux qui se voient soudainement attribués des biens auxquels ils n'ont pas du tout contribué »94.

Ainsi, la création de cadres formels d'échanges sur le développement, l'alphabétisation fonctionnelle et la formation aux différentes phases de réalisation d'un projet de développement doivent-elles être mises sur pied et proposées à la population.

Car, l'éducation se pose être un des piliers du développement humain et un élément d'importance majeure dans le développement agricole.

Au terme de ce chapitre, la troisième hypothèse opérationnelle qui soulignait que les manques de compétence adéquate et de cadre d'expression ainsi que l'analphabétisme constituaient un frein à la participation de la population du département de Dimbokro à son développement a été confirmée.

94Michael CERNEA(1998), La dimension humaine dans les projets de développement, Paris, Karthala, page 490.

240

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.