WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le développement local participatif dans le contexte de la décentralisation en Côte d'Ivoire: le cas du chef-lieu de la région du Nàézi (Dimbokro).

( Télécharger le fichier original )
par BAH ISAAC KOUAKOU
UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET BOIGNY DE COCODY - DOCTORAT UNIQUE 2014
  

précédent sommaire suivant

IX.1.3- Formation

Tableau n°29 : Propositions pour accroître la participation de la population au développement.

Sexes

Propositions

Femmes

Hommes

Total VA

Total
VR

VA

VR

VA

VR

Compter sur les capacités
de la population locale

30

15,79

37

19,47

67

35, 26

Faire la formation pour accroître les compétences

48

25,27

75

39,47

123

64, 74

Total

78

41,06

112

58,94

190

100%

Source : Enquête de terrain, 2010-2012

Les données du tableau n°29, ci-dessus montrent que 64,74% des enquêtés suggèrent pour accroître leur participation que des formations leur soient données.

Ces formations permettront à la population d'avoir des connaissances sur les différentes phases d'exécution d'un projet de développement afin qu'elle puisse participer à celles-ci.

Selon la population, la formation pourrait lui donner l'opportunité d'accroître ses compétences afin de mieux participer à son développement. Ceci est bien exprimé par 64,74% des enquêtés qui estiment que le regroupement de la population par centre d'intérêt (agriculture, artisanat, commerce, etc.) en vue de recevoir des formations pour accroître leurs compétences permettra à celle-ci de faire entendre plus sa voix et d'influencer la mise en oeuvre des politiques en sa faveur.

245

Ceci est renchérit par des responsables interviewés :

- « Nous pensons qu'avec un encadrement des personnes regroupées en association, la population pourra mieux participer au développement de Dimbokro.» (Entretien collectif, Association des institutrices de Dimbokro).

- « Nous, jeunes restés dans notre localité, souhaitons bénéficier des financements pour la création d'activités génératrices de revenus et aussi des formations dans certains domaines afin de mieux nous prendre en charge. Certes, individuellement chacun veut participer au développement mais se regrouper serait la meilleure option car dit-on "l'union fait la force" » (Entretien collectif, Union des Jeunes de la Commune de Dimbokro).

Cette formation doit s'étendre à toutes les catégories sociales sans distinction d'appartenance ethnique et politique, et selon les différents domaines d'activités.

Pour 35,26% des enquêtés, il est nécessaire que les structures

décentralisées comptent sur les capacités de la population locale.

« Nous sommes à mesure de participer au redémarrage économique de notre localité, il suffit que ces structures nous sollicitent pour que nous apportons notre expertise95 », propos d'un enquêté, ingénieur en bâtiment à la retraite.

« Nous pensons qu'il faut revoir les choses afin de donner plus de place

à la population de participer à son développement».

On peut par exemple regrouper la population par secteur d'activités et lui donner toute la latitude d'être acteur de son développement.

Plus elle sera responsabilisée, mieux elle sera consciente de son rôle

pour l'amélioration de ses conditions de vie et s'engagera davantage. (Entretien collectif, chefs des villages concernés).

95 Extrait de l'entretien du 27 Décembre 2012.

246

« En tout cas, les associations mieux structurées et organisées peuvent véritablement aider au développement si plus de responsabilités leur sont accordées » (Entretien collectif, responsables d'associations et mutuelles de développement).

En effet, le département de Dimbokro a des cadres et des compétences diverses qu'il va falloir les intégrer et les responsabiliser dans les actions de développement de leur localité.

Par conséquent, ceux-ci doivent se départir de la politique lorsqu'il est question du développement de leur localité comme le souligne l'association des soeurs unies de Belleville. « Il s'agit de notre propre développement et non une affaire de politique. Il est temps que toute la population de tout bord politique comprenne la nécessité du regroupement qui peut nous permettre le redémarrage économique recherché » (Entretien collectif, association des soeurs unies de Belleville de Dimbokro).

Des rôles spécifiques doivent être donnés à la population locale afin qu'elle participe à son développement au lieu d'être un simple réceptionnaire des projets de développement.

Autrement dit, il faut considérer l'approche ascendante à partir de l'utilisation des ressources existantes qui se matérialise par le développement d'un partenariat local et la participation des habitants.

Ceci, dans la mesure où le développement local est un processus d'initiatives communautaires à la base, par les actions des acteurs locaux en fonction des demandes collectives locales d'amélioration des conditions de vie (Omer Kambalé MIREMBE, 2005 : 252).

L'amélioration des conditions de vie de la population et son implication à tous les projets de développement nécessite que des actions soient faites tant au niveau des élèves de Dimbokro qu'au niveau du milieu rural.

Dans tous les domaines de la vie sociétale, la formation est la voie qui conduit aux possibilités d'actions.

247

Son importance dans cette étude est qu'il permet de donner à un ensemble de personnes, en fonction de leurs projets et activités des moyens de mieux les réaliser.

Il s'agit ici des conditions d'étude des élèves de Dimbokro et de l'alphabétisation fonctionnelle.

IX.1.3.1-Appui aux conditions d'étude des élèves de Dimbokro

Autant les écoles privées naissent de manière croissante, autant faut-il penser à aider les nombreux élèves en leur offrant un cadre de vie et d'étude décent, agréable, propice, capable d'accroître le taux de réussite.

A cet effet, la construction d'un foyer d'élèves dans le périmètre du Lycée Moderne de Dimbokro doit être envisagée. Une étude minutieuse du coût des chambres à faire louer aux élèves devra être faite et surtout ce foyer devra disposer de toutes les commodités pour de bonnes études.

A terme, ceci permettra de réduire la distance que les élèves orientés, surtout au Lycée, auront à parcourir et éviter de subir la chaleur ardente due à une température qui varie entre 30 et 38°C.

Cela réduira de même les charges financières de certains parents d'élèves et leur souci de trouver, pour leurs enfants, des tuteurs en ces moments de crise. Aussi, les frais générés de la location des chambres constitueront-ils pour le Conseil Général de Dimbokro des fonds pour le financement d'autres projets générateurs de revenus.

248

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.