WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Entre conversion et ruptures : étude des population végétariennes.


par Kévin Aubert
Université de Picardie Jules Verne - Master de sociologie 2015
  

précédent sommaire suivant

3.4. Conclusion

La conversion aux pratiques alimentaires et au véganisme illustre donc comme il a été précisé ci-dessus une rupture dans les normes alimentaires parentales. Ainsi, chez ces individus, la socialisation primaire ne se retrouve pas prolongée vers la secondaire, faisant alors concurrences. Le processus d'apprentissage des normes, des valeurs et plus généralement des statuts et rôles inconsciemment incorporés par les membres d'une société est diamétralement opposé à la finalité d'un tel processus. Nous avons dans notre étude différentes populations qui se sentent et sont (par rapport aux données quantitatives) en rupture avec cet ensemble.

Les dispositions qui ont permis la conversion au végétarisme et ses déclinaisons entraîne une rupture sur les pratiques alimentaires. Combinée à l'étude quantitative, l'acquisition de nouvelles dispositions à la suite de la conversion tend à montrer une homogénéité entre ces différentes populations, et notamment dans les croyances religieuses et les convictions politiques. Le degré de « réussite » de la transmission entre parents et enfants des normes, des valeurs, des attitudes et des pratiques tient au type d'éducation des parents qui dispense ces attitudes, ces valeurs, etc. Cependant, dans ce cas d'étude, la transmission n'est pas pleinement assurée en raison de l'incorporation de systèmes de représentations et de pratiques liés au végétarisme et ses déclinaisons.

Ainsi ce chapitre permet d'ouvrir une seconde étude puisque ces ruptures sont le signe d'une évolution de l'habitus plus importante.

68

précédent sommaire suivant