WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Entre conversion et ruptures : étude des population végétariennes.


par Kévin Aubert
Université de Picardie Jules Verne - Master de sociologie 2015
  

précédent sommaire suivant

4.2.2 Des pratiques informelles comme actions rationnelles

L'approche wébérienne permet de rendre compte des mécanismes d'achat, de cuisine, des pratiques informelles, etc. A travers le végétarisme et ses déclinaisons, les individus agissent en fonction des valeurs, des représentations, etc. qu'ils acquièrent pour maintenir leur inscription dans la carrière. Il s'agit d'actions rationnelles en valeur, c'est-à-dire que les pratiquants donnent un sens à l'alimentation non-carnée.

A l'opposé, la rationalité en finalité peut être reliée aux pratiquants qui sont engagés plus intensément dans les différentes carrières. Nous pouvons noter les activistes ou les militants de la cause animale qui peuvent être amenés à adapter un ensemble de moyens (répertoire d'actions collectives) afin d'atteindre un résultat précis (antispécisme, abolition des abattoirs, droits et libération des animaux...). Ou bien pratiquer le végétarisme dans le but d'une quête spirituelle, pour obtenir un corps « sain », pour se soigner, etc.

Donner un sens au végétarisme et ses déclinaisons s'inscrit alors dans une logique propre aux individus dans les pratiques informelles. La pratique non-carnée permet d'adhérer à de nouvelles pratiques qui vont avoir un effet bénéfique sur les végétarismes. C'est pourquoi, pour les personnes interviewées, le bio et l'alimentation non-carnée possèdent un lien fort. Les individus donnent donc un sens aux pratiques qui découlent du végétarisme et de ses déclinaisons puisqu'ils agissent en fonction de convictions. Reprenons le cas de Sophie, sous

74 Dans l'étude de Lamine, parmi les douze individus en rupture dans leur trajectoire vers l'alimentation biologique, cinq rattachent le déclenchement à la rencontre de végétariens (p. 86).

75 Lamine, C. op. cit., p. 85.

76 Notre entretien s'est déroulé chez elle à Paris. Je lui ai demandé à la fin si je vous pouvais éventuellement visiter sa cuisine pour me rendre compte de ses manières de consommer, chose qu'elle a acceptée.

74

forme de description, pour rendre compte de cela. Ainsi, agir en fonction de ses convictions entraîne l'adoption de nouvelles pratiques. La cuisine de Sophie est l'un des exemples les plus complets. En effet, elle ne possède aucune poubelle, seul un composteur situé à côté de son potager fait guise de récipient à ordures. Elle se dit être dans une démarche « minimaliste ». De nombreux placards recèlent de produits biologiques initialement achetés en vrac et compartimentés dans de grands récipients en verre : épices, herbes aromatiques, café, thé, sucre, féculents, fruits, légumes, sirop d'agave, farines, cacao, compléments alimentaires, oléagineux et légumineuses. Les bocaux en verre occupent une place importante dans la cuisine, ils sont également présents dans le réfrigérateur, remplis de divers fruits et légumes découpés. La cuisine est spacieuse, et pour cause, Sophie n'a pas de lave-vaisselle, ni même un congélateur. Elle possède toutefois un déshydrateur77 à tiroirs. Les placards, l'évier et le plan de travail, le réfrigérateur, le déshydrateur et une table comportant quatre chaises sont les seuls « meubles » présents. Deux ustensiles sont posés sur le plan de travail : un extracteur de jus ainsi qu'un germoir à graines78. Dans un de ses tiroirs sont rangés une vingtaine de sacs de courses en tissus de lin. Les petits - dit-elle - servent à y mettre tout ce qu'elle achète en vrac, les plus gros quant à eux sont utilisés pour y déposer les plus petits. Dans les autres tiroirs se trouvent quelques ustensiles de cuisine, du vinaigre blanc, du bicarbonate et des huiles essentielles. Aucun produits ménagers lambda s'y trouvent. Sophie a également fréquenté pendant quelques mois le Biocoop21 avant sa fermeture (le concept était d'implanter un magasin éphémère), premier magasin français à proposer des aliments bios, en vrac et sans aucun emballage.

Cette « présentation » de la cuisine, des types de produits et de consommations permet de rendre compte de la multitude de pratiques qui découlent de la rupture alimentaire familiale de Sophie. Mais quels sens donne-t-elle à tout cela ? L'analyse de sa trajectoire permet d'y répondre. L'incorporation des nouvelles représentations du véganisme s'est vue légitimée par l'intériorisation des conséquences d'une alimentation carnée sur l'environnement. Par conséquent, l'individu agit en fonction des convictions induites par le véganisme. La considération d'une pratique alimentaire plus respectueuse de l'environnement conduit Sophie à adopter de nouvelles pratiques par cette rationalité en valeur. Cela revient donc à dire que si pour Sophie le véganisme est bénéfique pour l'environnement, les animaux, etc., alors elle agira en fonction de cette représentation dans la vie quotidienne et des changements de pratiques « surviendront ». Mais si ce genre de pratiques découlent de la conversion aux végétarismes, elles constituent un facteur supplémentaire dans l'intensité de la rupture avec le milieu familial (au niveau des pratiques de la famille, des normes et valeurs, de l'alimentation et de ses modes d'achats et de consommations...). Cette approche vient directement limiter le concept bourdieusien de l'habitus, Lamine l'explique parfaitement et cela vient conclure le lien entre pratiques et systèmes de dispositions à travers ce passage :

« [...] le concept d'habitus pose un troisième problème : il oblige à mettre plus souvent l'accent sur la notion de reproduction et de permanence que sur celle de changement. Pourtant, l'habitus est un système de dispositions, c'est-à-dire de prédispositions mais aussi de virtualités qui devraient permettre certaines formes de

77 Le déshydrateur permet de faire sécher les fruits et les légumes pour les conserver pendant une longue durée. Aucune énergie supplémentaire n'est demandée pour maintenir le séchage. Sophie les entrepose également dans des bocaux.

78 Récipient où sont déposées des graines afin de les faire germer et de les consommer comme telles.

changement même si elles sont limitées. [...] Dans plusieurs passages de ses ouvrages (1979 : 194 ; 1992 : 110-115), il expose aussi comment les agents sociaux peuvent prendre leur distance par rapport à leurs systèmes de dispositions. Pour ce faire, les agents doivent réaliser un grand travail d'explication de leur façon de penser et d'agir. [...] Pour Bourdieu (1979 : 85) ce processus de maîtrise des dispositions semble cependant relativement inconcevable dans le domaine des goûts alimentaires et des attitudes corporelles qui sont assimilés à la partie la plus durable et fermée de l'habitus, chaque expérience nouvelle ayant tendance à être perçue à travers le filtre d'expériences antérieures. Or, les pratiques et les énoncés des informateurs s'imposent comme une force de rupture et de changement »79.

Ces pratiques sont donc la résultante de nouvelles appétences que cela soit au niveau des aliments (olfactifs, textuels et gustatifs) ou de dispositions développées par la légitimation de la pratique des végétarismes. Finalement, et par opposition aux écrits ultérieurs de La Distinction de Bourdieu, les pratiques ne peuvent s'expliquer directement par les dispositions antérieures à la conversion aux végétarismes. Dans notre étude, seule cette conversion permet de faire le lien entre ces pratiques si elles sont perçues par la rationalité des actions en valeur.

75

79 Lamine, C. op. cit., pp. 28-29.

76

précédent sommaire suivant