WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Entre conversion et ruptures : étude des population végétariennes.


par Kévin Aubert
Université de Picardie Jules Verne - Master de sociologie 2015
  

précédent sommaire suivant

2.3. Carrière et sociabilités virtuelles

L'entrée dans une carrière se focalise ici principalement sur la base de sociabilités virtuelles en raison des réponses apportées à travers le questionnaire. Il s'est avéré être judicieux de s'intéresser au recours à Internet car les personnes interrogées n'avaient pas forcément de connaissances végétariennes, végétaliennes ou véganes dans leurs cercles privés avant, pendant ou après la conversion.

Nous entendons par sociabilités virtuelles des espaces électroniques permettant aux internautes d'interagir, de communiquer entre eux autour d'un thème commun et de sous-thèmes considérés comme ayant un lien avec la pratique alimentaire ou le véganisme.

Sur les réseaux sociaux

Sur internet
(articles, forums,
etc.)

Associations Vos amis Autres

987

1000

800

636

600

400

277 254

200

84

0

1200

38

Figure 2. 3 - Supports de recherches

L'entrée dans une carrière du végétarisme, du végétalisme ou du véganisme peut s'inscrire dans une démarche qui pourrait être qualifiée de « virtuelle ». Le recours aux réseaux sociaux, aux forums et plus globalement à Internet est très répandue. Cette carrière virtuelle est toutefois temporaire. Utilisée notamment par les plus récents convertis, l'entrée dans un groupe virtuel d'individus partageant une pratique commune leurs permet d'accéder aux informations recherchées (nouveaux produits alimentaires, interdits alimentaires, comportement à adopter face à la famille et à la société de manière générale, etc.). Au-delà des raisons propres aux individus, l'accès aux informations disponibles sur Internet constitue un élément clé dans la conversion. En raison de pratiques alimentaires peu répandues et d'une très faible part - voire nulle - d'individus excluant la consommation de produits d'origine animale dans les cercles privés de ces personnes interrogées, le recours à Internet et aux réseaux sociaux caractérise une étape importante tant dans la conversion que dans le maintien des individus dans leur inscription à un ethos des végétarismes. Pour permettre de rendre compte de cette particularité, voir figure 2.3 ci-dessus.

Ainsi, le nombre de réponses émanant du questionnaire est principalement centré sur le côté « virtuel ». La question « Lorsque vous avez besoin d'informations sur votre pratique alimentaire, où effectuez-vous vos recherches ? » étant à choix multiples, sur 1 082 répondants, 91,2% et 58,8% ont respectivement répondu « sur internet (articles, forums, etc.) » et « sur les réseaux sociaux ». Le recours à la sphère familiale, amicale et associative reste ainsi largement en deçà. Les entretiens supportent également ces types de sources, celui d'un des végans interrogés peut en témoigner :

« Je suis végan depuis maintenant cinq ans. J'ai commencé à me poser des questions sur la réelle utilité de manger des animaux alors que je n'avais que 20 ans [...] De 20 à 22 ans j'étais devenu végétarien et même si j'ai décidé de le devenir du jour au lendemain, ça a été très difficile en sachant que je n'avais aucun ami végétarien, ni même dans ma famille. C'est pour cela ça été dur de vivre mon nouveau régime

39

car à vrai dire personne me soutenait dans ma démarche. Du coup je me suis beaucoup appuyé sur Facebook, c'est là où ils sont présents. Quand on a besoin d'informations on y fait un tour et si on a des questions précises on les pose. Les forums m'ont aidé au niveau de l'alimentation alors que les groupes Facebook m'ont aidé à développer mes connaissances sur le sujet et aussi à savoir comment réagir face aux critiques de la famille et des amis... En fait, j'étais complétement perdu quand j'ai arrêté de manger du cadavre » (Christophe).

Les résultats des questionnaires et des observations rejoignent les dires de Christophe. Cependant, nous pouvons supposer que l'utilisation des réseaux sociaux et des forums diffèrent à mesure où un individu mobilise les connaissances nécessaires au nouveau mode d'alimentation. Le contexte virtuel peut être appréhendé en deux parties, ce qui permet par la même occasion de « retracer » partiellement l'évolution d'un individu dans une de ces

pratiques. Ainsi, comme cela vient d'être précisé :

? Une sociabilité virtuelle comme entrée dans une carrière végétarienne, végétalienne ou

végane. Carrière sollicitée à cause d'un manque d'information et de connaissance familiale et amicale exerçant une des pratiques du végétarisme

? Après l'acquisition des connaissances nécessaires à une pratique alimentaire ou au véganisme, l'aspect virtuel devient complémentaire

Cette complémentarité peut être facilement identifiée quant à l'analyse des conversations des populations concernées sur les réseaux sociaux. Ces individus ne possèdent plus le même « statut » que dans leurs débuts. Alors que la durée du végétarisme, du végétalisme ou du véganisme marque une certaine légitimation, les pratiquants « confirmés » aident les nouveaux adeptes d'une consommation sans produit carné. Végan depuis maintenant 5 ans, le cas de

Christophe illustre cette distinction entre l'entrée et la complémentarité virtuelle. Représentant pour lui plus une source de débats et d'entraides qu'un lieu d'apprentissage des connaissances en lien avec sa pratique alimentaire, il participe dorénavant à alimenter les discussions. Ainsi, lui et les plus anciens convertis sont présents dans la conversion des individus ; ils les conseillent et les accompagnent. La spécificité de ce prosélytisme sera traitée dans la partie 2.5.

précédent sommaire suivant