WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Augmentation du PIB réel en RDC de 2002 à  2014. Croissance intensive et extensive?

( Télécharger le fichier original )
par Daniel DEKASSE DEKASSE
Université de Kinshasa - Graduat 2015
  

précédent sommaire suivant

0. INTRODUCTION

Le niveau de développement d'un pays est saisi entre autre par sa capacité à produire des biens et services marchands et non marchands. L'augmentation continue de cette production sur plusieurs années en terme réel traduit la croissance de l'activité économique, celle-ci est l'un des objectifs du carré magique de N. Kaldor, à ce titre, elle est recherchée par chaque gouvernement d'un pays (développés ou en voie de développement). Elle est un indicateur très important pour apprécier les performances des politiques économiques mise en place dans un pays1.

0.1 Problématique

La principale mission d'un Etat est d'assurer le bien-être de sa population. Ce bien-être se manifeste par l'amélioration de la qualité du niveau de vie, celle-ci est tributaire de la croissance de l'activité économique. Cette dernière est donc une cible de toutes les sociétés et de tous les gouvernements, et pour l'appréhender on recourt à un indicateur macroéconomique qu'est le produit intérieur brut (PIB) en terme réel.

Le PIB est d'une grande importance dans la mesure où son augmentation traduit l'amélioration du bien-être, car il produit des effets d'entrainement remarquables sur l'ensemble de l'économie nationale. Elle crée des emplois rémunérés en augmentant le niveau d'investissement, améliore le niveau de vie des habitants en augmentant leurs pouvoirs d'achat si possible leurs consommations diversifiées et de masse, rémunère les facteurs de production, augmente la possibilité d'élargir la chaine de valeur des produits locaux.

Après treize ans (soit de 1989 à 2001) de détérioration de l'activité économique caractérisée par une forte inflation accompagnée d'une récession, la RDC a renoué avec la croissance en réalisant un taux de croissance positif du PIB réel de 3,5%. La moyenne de la croissance du PIB réel est passée de 5,63% entre 2002 et 2011 (croissance faible) à 8,4% entre 2012 et 2015 (forte croissance)2. Le taux d'inflation quant à lui, est passé, en moyenne, de 18,5% entre 2002 et 2011 à 1,44% entre 2012 et 2015.

Ces performances ont un impact sur le social congolais. Notamment le taux d'alphabétisation est passé de... en 2002 à ... en 2014 , l'espérance de vie est passé de 45 ans en 2002 à 50 ans en 2014, le PIB par habitant est passé de 176,26 USD à 478,2 USD, l'indice de pauvreté a drastiquement baissé, passant de 80% en 1990 à 63,4% en 2012, la baisse de la proportion des ménages ayant une consommation alimentaire

1 Ange M. INABANZA, la croissance économique en RDC et la place de la demande internationale de 2002 à 2012, Mémoire, UNKIN/FASEG, 2003, P.1

2Moyennes calculées par l'auteur sur base des données des tableaux des pages 8 et 9 de la leçon académique présentée par MATATA PONYO MAPON dans le cadre de l'obtention du diplôme de docteur honoris causa.

Augmentation du PIB réel en RDC de 2002 à 2014 : croissance intensive ou extensive ? P a g e | 5

inadéquate à 38% en 2012 contre 43% en 2007, les taux brut et net de scolarisation dans le primaire ont atteint respectivement 98,4% et 90,5% en 20123 pour ne citer que ceux-là.

Cependant, quand un pays réalise de telles performances, d'après les experts de la banque mondiale (BM), elles peuvent être la résultante de ce qu'ils appellent «chance» ou le hasard et/ ou d'une volonté délibérée manifestée par des bonnes politiques économiques. D'une manière générale quand une économie atteint de tels exploits cela implique qu'il y a des facteurs ou secteurs clés sur lesquels se sont fondés des politiques économiques, des facteurs sur lesquels peut se baser même la question de la soutenabilité de la croissance réalisée.

L'augmentation du PIB peut résulter soit de l'amélioration de l'efficacité des facteurs de production, elle se traduit alors par l'augmentation de la valeur ajoutée par salarié ou par l'accroissement des performances des machines, du fait du progrès technique, elle s'appuie donc sur le gain de productivité c'est ce qu'on appelle croissance intensive ; soit principalement de l'augmentation des quantités de facteurs de production mis en oeuvre (plus de travail, plus de machines et/ou plus de matières premières) c'est la croissance extensive4.

De ce fait, les préoccupations essentielles de cette étude tournent autour des questions ci-après :

? l'augmentation du PIB réel observé en République Démocratique du Congo durant ces quatorze dernières années relève-t-elle d'une croissance intensive ou extensive ?

? Quel(s) est (sont) le(s) secteur(s) porteur(s) de cette croissance ?

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.