WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gouvernance -ide cas des pays mena.

( Télécharger le fichier original )
par MHADHBI FATMA
faculté de science économique et de gestion de Nabeul  - MASTER DE RECHERCHE en économie des affaires 2015
  

précédent sommaire suivant

II. Les firmes multinationales ; principales vecteurs des IDE

Les investissements directs étrangers (IDE) attrapent une importance prépondérante avec la mondialisation. Ils constituent, en effet, un élément primordial de la stratégie d'internationalisation des entreprises.

1) Définition d'une FMN

Le phénomène de la multinationalisation des entreprises reste un symptôme central de la mondialisation. Il s'expose aujourd'hui comme une nouvelle force d'organisation qui gravure les processus d'intégration et de la mutation de l'économie mondiale.

L'idéologie d'une FMN est d'instaurer un nouvel ordre économique mondial. Il s'agit là des firmes globales traversant les frontières nationales ont abrégeant les identités dans un marché mondial homogène en adaptant des stratégies planétaires (Porter ,1986. Michalet ,1985.et Levitt, 1983).

Il désormais en vogue de poser les définitions des FMN ;

Les expressions « firmes transnationales » (FTN) ou encore « sociétés transnationales » (STN), « firmes multinationales ou globales » sont quelques-unes des nombreuses locutions utilisées pour qualifier les grandes firmes multinationales.

BYE (1953) définit « Les Grandes Unités Interterritoriales » comme « Un ensemble intégré des organisations de production contrôlées en divers territoires, par un centre unique de décision »28(*).

HYMER(1960), a profondément renouvelé l'étude de BYE en s'appuyant sur l'importance du contrôle comme un emblème spécifique pour définir les Firmes multinationale .selon lui, la firme s'implante à l'étranger pour bénéficier des « avantages monopolistique » qui la distingue de ses concurrents.

Pour Michallet (1985), une « FMN et une entreprise ou un groupe le plus souvent de grande taille, qui à partir d'une base nationale, a implanté à l'étranger plusieurs filiales dans un plusieurs pays, avec une stratégie et une organisation conçue à l'échelle mondiale »

De ces définitions, nous déduisions que la FMN est une entreprise le plus souvent de grande taille qui possède plusieurs filiales dans plusieurs pays, dont les décisions et le contrôle conçue par une maison mère.

2) Stratégies de localisation des firmes multinationales

Au cours des vingt dernières années, les débats d'économie internationale sont consacrés sur les stratégies de localisation des firmes multinationales. Il est admis que le choix de la localisation constitue un avantage concurrentiel et un facteur de compétitivité managériale pour les multinationales (Porter, 1990, 2000) .De ce fait, les stratégies de localisation désormais un appui stratégique pour chaque FMN (Dunning, 2009). En effet, les décisions de localisation s'effectuent en fonction des objectifs suivie par la firme (recherche d'approvisionnements, recherche de nouveaux débouchés pour les produits de la firme à l'étranger, recherche des opportunités pour baisser ses coûts de production).

On associe ces objectifs trois stratégies distinctives exposé par Michalet (1999) à savoir ; la stratégie d'approvisionnement ; la stratégie de marché ; la stratégie de rationalisation de minimisation des coûts.

1.1 La stratégie d'approvisionnement

La stratégie d'approvisionnement constitue un motif très ancien des Firmes multinationales. En effet, l'exploitation des matières premières (pétrole, fer, phosphate, gaz, or,..), et des produits agricoles (café, bois, sucre...) constitue le principal mobile pour la quasi-totalité des multinationales.

La plupart des grands gisements miniers restent largement contrôlés par les multinationales. Le pétrole constitue le champ de prédiction pour les grandes compagnies internationales. Ces empires transnationaux maintiennent encore aujourd'hui sous leurs dominations les circuits de distribution des ressources naturelles.

1.2 La stratégie de marché ou « stratégie horizontale » 

Il consiste à créer des filiales qui produisent toutes des biens similaires. Il vise à faciliter l'accès de l'investisseur à un marché étranger dans l'attente de créer une croissance durable. Dans cette perspective de triomphe, l'investissement étranger vise à satisfaire la demande domestique à travers la création de «filiales relais ». En effet, par le biais de leurs filiales-relais, les multinationales décident de produire directement sur le lieu de commercialisation.

La stratégie horizontale illustre les symptômes de la spécialisation internationale intra-branche. Les flux d'investissements considérés sont de type Nord-Nord déterminés par un niveau de développement similaire entre les pays partenaires.

1.3 La stratégie de rationalisation de minimisation des coûts ou « stratégie verticale »

La multinationale partage les différentes étapes de conception, de production et de commercialisation des produits en implantant dans des pays différents des filiales qui fabriquent des produit finis ou semi-finis différents.

Cette stratégie apparaisse entre des pays différenciés en dotations factorielles (capital, travail), et en taille (inégalité de développement). De ce fait, l'IDE vertical à travers la localisation des activités dans les « filiales ateliers », vise à organiser une division internationale des processus productifs. Dans ce cas, l'activité à l'étranger est un appoint de l'activité de la firme-mère.

Selon la théorie du commerce international, cette stratégie est basée principalement sur le commerce inter- branche. Celle-ci est procédée par la réglementation à l'échelle internationale de la production d'un bien entre plusieurs unités spécialisées.

La multinationale procède alors à l'internationalisation de la production en recherchant l'efficacité productive dans les pays hôtes. Une main d'oeuvre à moindre coûts, des avantages fiscaux, la maîtrise d'un savoir faire, etc.se présentent alors pour la firme comme des opportunités à saisir pour réaliser la production d'une composantes du produit final

* 28 Bye Maurice (1987), « Relations économiques internationales », 5éme Edition, Ed DALLOZ, p. 694.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.