WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gouvernance -ide cas des pays mena.

( Télécharger le fichier original )
par MHADHBI FATMA
faculté de science économique et de gestion de Nabeul  - MASTER DE RECHERCHE en économie des affaires 2015
  

précédent sommaire suivant

Section3 : Les retombées des IDE sur les pays d'accueil

En théorie, les IDE constituent un levier du développement économique pour les pays d'accueil notamment via, la transmission de la connaissance et le savoir-faire, la création de la richesse, la création de pôle de compétitivité par des phénomènes d'agglomération d'activité, des transferts de technologie et de qualifications, et des créations d'emplois dans des pays à fort taux de chômage. Les IDE favorisent également les dynamiques de croissance en renforçant les processus concurrentiels, et les compétences managériales sur les marchés d'accueil, ce qui conduit à une allocation optimale des ressources.

1) IDE et croissance

Selon la théorie néoclassique l'IDE désormais une unité de développement économique pour les pays. Il est considérer comme un réacteur pour la croissance économique par lequel certains pays d'accueil développent leurs technologies et rattrapent leur retard technologique. L'IDE prend dans ses dimensions plusieurs aspects tels que le transfert technologique, l'externalité de savoir, l'effet d'entrainement, développement de l'appareil productif, les gains d'efficience et l'entrée de nouvelles opportunités de marché [(Balasubramanyan, Salisu, et Sapsford, 1996 ; Borenztein, de Gregoric et Lee, 1998; Grossman et Helpman, 1991); (Markusen et Venables, 1999; Wei, 1995; Zhang, 2001)]

2) IDE et investissement local 

En premier lieu, nous mettons l'accent sur l'effet des IDE sur l'investissement au sein des pays d'accueils. Plusieurs travaux ont examiné cette relation dans différents pays.

Child (1994) a montré que les investissements directs à l'étranger permettent aux sociétés locales de se bénéficier de technologies avancées et d'améliorer leurs compétences.

Dans ce contexte, Dunning (1993) a approuvé que les effets de démonstration suite à l'adhésion de filiales étrangères en associations commerciales avec des entreprises locales, permettent d'améliorer la productivité.

Markusen et Venables (1999), ont affirmé qu'il existe une complémentarité entre les investissements directs à l'étranger et l'investissement domestique. Selon CNUCED (2001), les entreprises étrangères peuvent stimuler l'investissement domestique travers l'accroissement de la concurrence, la transmission technologique et le savoir faire. De même, Soya et Oneal (1999) ont montré que l'effet d'entrainement dépend de la stratégie suivie par ces FMN sur la production pour le marché local ou exportation.

Agosin et Mayer (2000), ont montré que l'IDE permet à stimuler l'investissement local en Asie. De même, ils ont trouvé effet neutre en Afrique.

En revanche, Kumar et Pradhan (2002) ont affirmé que la présence étrangers peut affecter négativement les firmes domestiques en exerçons leur pouvoir de marché en termes des techniques de marketing et d'avantages technologiques.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.