WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Problématique de la gestion de la prime des enseignants dans les écoles privées agréées de la commune de Gbadolite.

( Télécharger le fichier original )
par Yves NZEGE GBIAKO
Université de Gbadolite - Licence 2014
  

sommaire suivant

INTRODUCTION

0.1. PROBLEMATIQUE

Nul n'ignore que l'école est au développement ce que l'analphabétisme est au sous-développement.

C'est l'éducation qui fournit à la société la main d'oeuvre nécessaire et compétente pour la réalisation de ses objectifs. Le développement nécessite à tous les niveaux des personnes qualifiées. Pour avoir des personnes qualifiées, il faut disposer des structures scolaires bien organisées et un personnel compétent et bien payé pour que le travail soit fait normalement.

Cependant, comme l'affirme Dottrens (1966, pp.7 - 8), il est curieux de constater que le statut des enseignants pour la plupart des pays notamment du tiers monde, reste celui du fonctionnaire de la classe moyenne. Le métier n'assure pas à ceux qui le choisissent une existence aisée. Matériellement et moralement, l'enseignant se sent très négligé. Ce phénomène entraîne une perception souvent négative de la profession et un départ massif des enseignants vers d'autres carrières.

En effet, l'enseignement étant une entreprise de production comme beaucoup d'autres, requiert une organisation sérieuse sur le plan organisationnel de ses ressources tant matérielles, sociales que financières.

En République Démocratique du Congo, les débats sur la profession enseignante tournent autour de la dégradation criante des conditions matérielles et financières qui n'atteignent pas le seuil acceptable.

Belloncle (1985, p.1) partage cet avis lorsqu'il note que `'l'école africaine est aujourd'hui dans une véritable impasse de développement car les pays d'Afrique noire restent dans leur grande majorité sous scolarisés, et ils ne prennent pas en considération le coût du système scolaire.'' 

Depuis un certain temps jusqu'à l'accession de notre pays au processus de la démocratisation, il s'est observé un dysfonctionnement de l'appareil de l'Etat et une crise économique de plus en plus accrue.

Kanku (2006, p.30) écrit que ces calamités constituent un fléau au sein de la société. Car, l'individu affecté, découragé, désespéré, touché dans son amour propre à cause de l'insatisfaction de ses besoins, ne peut rien faire de bon. La crise à un degré élevé rend les individus inconscients, dangereux, c'est le cas de l'enseignant congolais.

Il n'y a plus de conscience professionnelle de la part des acteurs de l'éducation étant donné que la corruption, la dépravation des moeurs, la tricherie sous toutes ses formes, la fraude, la magouille, et l'immoralité dans les établissements scolaires, surtout ceux du secteur privé où nous portons notre attention dans cette étude, ont pris le dessus à tous les niveaux de la vie humaine.

En République Démocratique du Congo, nous sommes tous convaincus qu'avant l'indépendance, le métier d'enseignant était l'un des plus considéré car, l'autorité coloniale y attachait tout son intérêt bien que l'enseignement dispensé ait été encore rudimentaire.

Ekwa (2004, pp.56-57) écrit qu'après l'indépendance, il y a eu une certaine dégradation et un désintéressement à la profession enseignante pour la plupart des jeunes de formation pédagogique.

La part allouée à l'éducation a connu une régression considérable (de 30% en 1960 et 0,8% en 1996) même si actuellement il est passé de 0,8% à 14% cette année du budget national, ce taux reste toujours faible.

L'enseignement constitue une « salle d'attente » ou un « guest-house », c'est-à-dire, un milieu dans lequel on est temporairement en attendant quelque chose de mieux, déclare l'opinion de quelques jeunes de formation pédagogique.

Actuellement, l'école congolaise est en crise, mais cette crise est avant tout l'expression d'une difficulté de gestion de la prime des enseignants par les chefs d'établissements en rapport aux exigences d'un nouvel environnement social, politique, économique et aussi financier. 

Selon le régime de gestion, on distingue les écoles non conventionnées, conventionnées et privées agréées. Les deux premiers bénéficient des dons, legs de l'Etat et organismes divers pour leur fonctionnement. Il y a à un certain niveau le suivi des activités et du sérieux.

Mais notre constat amer est que dans les écoles privées, les parents eux-mêmes font tout pour que les enseignants soient payés et que les établissements fonctionnent normalement. La situation est rocambolesque dans les écoles secondaires privées agréées de la Commune de Gbado-Lite où ces établissements évoluent dans un contexte de pauvreté à tel enseigne que certains parents sont incapables de payer régulièrement les frais recommandés pour la scolarité de leurs enfants. Ce qui constitue un bon indicateur de la situation malheureuse que traversent les enseignants dans ce secteur.

Il est étonnant que même le peu des frais que ces écoles secondaires privées agréées perçoivent des parents pour la rémunération des enseignants, constitue encore un noeud du problème. Les chefs d'établissement et les promoteurs prennent la part du lion pour laisser les unités de production dans un état de souffrance continuelle.

L'opinion à ce propos déclare que les enseignants ne sont pas bien payés, ils ont perdu la déontologie professionnelle au point de faire n'importe quoi dans le domaine de la formation humaine. Ils montent de divers mécanismes pour pallier à cette situation notamment la compensation dans les activités champêtres, la corruption sous toutes ses formes, etc.

Dans ces écoles, c'est le principe du donner et du recevoir qui est en vogue. Les élèves à leur tour subissent les conséquences négatives de la mégestion de la prime des enseignants par les chefs d'établissements et promoteurs des écoles privées agréées.

Partant de ce qui précède, notre problématique va tenter de répondre aux questions suivantes :

· Les écoles secondaires privées agréées de la commune de Gbado-Lite, accordent-elles un traitement décent à leurs enseignants ?

· Quelles seraient les conséquences de la mauvaise gestion de la prime des enseignants dans les établissements secondaires privées agréées ?

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.