WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Introduction d'une société à  la bourse des valeurs mobilières de Douala - Enjeux et procédures

( Télécharger le fichier original )
par Félix Zogning Nguimeya
Université de Douala - DESS Gestion financière et bancaire 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION GENERALE

Les entreprises, dans leurs cycles de vie ont constamment besoin d'argent pour

leurs investissements et pour leur cycle d'exploitation : achat de locaux, de voitures, de

matières premières, rémunération des employés, renouvellement des machines usées ou obsolètes, publicité, etc. Lorsque l'entreprise croît, elle investit pour favoriser sa croissance.

La banque généralement accompagne l'entreprise mais, elle n'ira jamais au-delà des capacités d'endettement de l'entreprise. Or, la capacité d'endettement est déterminée par

les fonds propres c'est-à-dire par les capitaux investis par les actionnaires et l'argent gagné par elle-même. En s'adressant à l'épargne publique par la voie du marché financier, les entreprises peuvent emprunter à des taux réduits. Ce qui est avantageux par rapport aux banques dont les prêts ne sont pas aussi moins coûteux, leur taux étant compris dans la fourchette de 10 à 20%.

Le marché financier à travers la bourse permet à tout le monde de placer ses économies dans toutes les branches de l'industrie ou du commerce, suivant qu'il juge que l'une plutôt que l'autre est susceptible de connaître un développement rapide ; de

modifier la composition de son patrimoine en valeurs mobilières. Aux entreprises, il permet d'allonger l'échéance de leurs dettes, d'obtenir de meilleures conditions d'emprunt

en ayant accès à des financements moins onéreux et de toucher à un éventail plus large d'investisseurs. Le Marché Financier constitue alors une alternative intéressante pour le financement des entreprises qui, au delà du critère de solvabilité financière de l'entreprise, tient aussi compte de la qualité de la gestion, de la personnalité des dirigeants et de la spécificité des activités.

Même si l'introduction est, convient-il de le rappeler, une occasion pour la société

de lever des capitaux, Il ne faudra pas non plus rechercher le prix d'introduction le plus élevé. L'introduction n'étant en effet qu'une étape pour la société, l'enjeu principal étant d'aboutir à un marché secondaire efficient permettant d'instaurer un climat de confiance

86

entre la société et ses actionnaires, mais également entre la société et les épargnants qui,

ne l'oublions pas, sont susceptibles d'apporter un jour leurs capitaux.

Une fois la lumière faite sur les méandres, tant réglementaires que financiers, de la route menant à la cotation, il semble que les résultats soient finalement assez partagés sur

le sujet. Il y a en effet beaucoup de paramètres entrant en ligne de compte.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'histoire économique du Cameroun retiendra que la première société admise à la bourse des valeurs mobilières de Douala a été la SEMC, qui a cédé par là 9 200 de ses actions, constitutives de 20 % du capital. Il n'en demeure tout de même pas moins que c'est assez tardif pour une bourse des valeurs créée depuis cinq ans, et qui amorce ainsi sa phase active. Plusieurs raisons pourraient être avancées pour justifier cette absence d'enthousiasme de la part des entreprises à prendre le train du marché financier, notamment la rigidité des critères d'éligibilités des titres de capital à la bourse, le niveau élevé des taxes, les enjeux de transparence et l'absence de culture boursière chez les entreprises.

Il faut bien noter que, Si les entreprises à capitaux privés filiales des grands groupes internationaux sont suffisamment outillées pour entrer en bourse, il n'en est pas de même pour les entreprises à capitaux privés détenus par les nationaux. L'introduction en bourse des entreprises locales se heurte en effet à plusieurs inconvénients :

Le premier est la réticence des actionnaires et administrateurs qui sont peu enclins à partager avec les nouveaux arrivants les résultats d'une entreprise qui a multiplié la valeur

de ses investissements et qui apporte aux nouveaux venus 100 à 150% de la mise initiale.

La plupart du temps, notamment lorsque les actionnaires de l'affaire sont les personnes physiques, le délai qui sépare la décision de principe et la réalisation effective de l'opération sera de plusieurs années.

Le second et le plus important est le risque d'éparpillement supplémentaire de l'actionnariat et d'une dilution conséquente du "noyau dur", car augmenter le capital en cédant 20% au marché conduit mécaniquement à diluer le poids de ce noyau dur.

87

En troisième lieu, la présence d'une société en Bourse la contraint à une préparation

au lourd devoir d'information et de transparence d'un coût non négligeable. Cette préparation consiste à peaufiner le projet stratégique de l'entreprise de façon à être prêt à l'expliquer de manière transparente, ainsi qu'à mettre en place des dispositifs de rationalisation des flux d'informations interne, et une cellule de communication externe.

Il s'agit enfin de préparer l'équipe de direction à un nouveau mode de gestion

(Corporate Governance) ou gouvernance d'entreprise et de communication. Au regard de tout ceci, on peut bien comprendre pourquoi les introductions à la Bourse des valeurs

mobilières de Douala ont du plomb dans l'aile.

La bourse peut devenir un réservoir d'épargne et surtout un moyen de financement

de l'Etat et des entreprises si l'on peut amener les offreurs et demandeurs potentiels de capitaux à adopter une véritable culture boursière, et en promouvant une politique fiscale attractive.

88

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.