WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le sud-ouest français dans l'espace européen : vers une collaboration interrrégionale en matière de relations culturelles extérieures ?

( Télécharger le fichier original )
par Thomas Perrin
Université Paris III - Sorbonne Nouvelle - DESS de Relations interculturelles 2001
  

précédent sommaire suivant

II Acteurs des relations culturelles

Ce chapitre ne prétend pas à l'exhaustivité mais a pour but de présenter les acteurs les plus susceptibles de structurer et de mettre en oeuvre les relations culturelles au sud-ouest de l'Europe.

Les nombreuses structures liées directement ou indirectement aux institutions - musées, théâtres, centres d'art, instituts, etc. - sont considérées, à travers l'action de ces dernières, comme acteurs à part entière des relations culturelles.

1. PARTENAIRES INSTITUTIONNELS EXTÉRIEURS

a. Institutions espagnoles

§ La constitution espagnole de 1978, reconnaissant la configuration plurinationale de l'Etat, a établi 17 Communautés autonomes dont l'autonomie politique est proche de celle d'un Etat fédéral mais sans structure fédérale formelle. A l'inverse des régions françaises, les Communautés autonomes n'ont pas toutes le même statut d'autonomie : on distingue les Communautés de la « voie lente » vers le statut d'autonomie - vía lente - et les régions « historiques » - vía alta - qui ont obtenu le statut d'autonomie par la constitution espagnole de 1973 - Catalogne, Pays basque, Andalousie.

Malgré cette situation hétérogène, tous les statuts d'autonomies des différentes Communautés autonomes revendiquent la culture comme compétence propre, ce qui les amène à mettre en oeuvre de véritables politiques culturelles régionales. Les Communautés autonomes ont chacune intégré à leur manière les responsabilités transférées en matière de culture : création d'un secrétariat spécifique - équivalent d'un ministère - en Catalogne, Pays basque, Andalousie, etc. ; ou intégration des compétences culturelles dans un secrétariat à l'éducation.

Quoiqu'il en soit les Communautés autonomes apparaissent comme les interlocuteurs naturels des régions françaises pour les relations culturelles extérieures, d'autant plus que certaines d'entre elles sont très engagées dans ce domaine - promotion internationale de la culture catalane par exemple.

§ Du fait du transfert de responsabilités aux Communautés autonomes, l'administration culturelle centrale de l'Etat espagnol - secrétariat d'Etat à la Culture depuis 1996 - a une action beaucoup moins importante que son homologue français, action « centrée avec excès sur la dotation de ressources et d'éclat aux grands équipements culturels situés à Madrid. » (in Pôle Sud, n°10, 1999, 71). Mais le secrétariat a néanmoins un rôle important à jouer dans la coopération internationale et reste donc un acteur non négligeable des relations culturelles internationales. De plus, il est à noter qu'une des fonctions que la Constitution attribue à l'Etat est de faciliter, en accord avec les collectivités, la communication entre les différentes politiques culturelles territoriales. Cet élément peut se révéler important dans le cadre de relations culturelles à l'échelle du sud-ouest de l'Europe, impliquant donc les collectivités et l'Etat espagnols.

§ La présence culturelle extérieure espagnole se fait à travers le ministère des Affaires extérieures et notamment le travail de diffusion culturelle assuré par les Instituts Cervantès, établissements publics dotés de l'autonomie financière créés en 1991 et étroitement associés à l'instrument diplomatique - Consejerías de Cultura y Cooperación de las Embajadas. Le réseau culturel espagnol est présent au Maroc, au Portugal et au sud-ouest français - notamment l'Institut Cervantès de Toulouse. Depuis l'année 2000 le programme d'activités culturelles organisé par le réseau au Maroc, un des plus importants en dehors des pays européens, bénéficie du soutien du Secrétariat d'Etat espagnol à la culture, ce qui a permis de développer le programme "en quantité et en qualité" (cf. Instituto Cervantes de Rabat, notes internes, 1999-2000).

b. Institutions portugaises

§ La période salazariste fut partagée entre d'un côté l'autoritarisme politique et le minimalisme culturel du secrétariat national à l'Information et à la Culture populaire, de l'autre la contribution remarquable de la Fondation Gulbenkian à la diffusion, la modernisation et l'internationalisation de la culture au Portugal - notamment par l'ouverture du premier Centre culturel portugais à Paris, qui demeure un instrument très utile dans les relations culturelles franco-portugaises.

§ Aujourd'hui, il existe au Portugal un secrétariat d'Etat à la Culture et son cabinet des Relations internationales, chargé surtout de préparer les déplacements et interventions du Ministre dans les organismes internationaux. Quatre délégations régionales ont également été créées - au Nord, Centre, en Algarve et en Alentejo - et sont pour l'instant parmi les seuls interlocuteurs régionaux envisageables alors que le vote très explicitement négatif des Portugais a rejeté le projet de création des huit régions administratives et retardé du même coup la décentralisation, institutionnelle et politique, des affaires culturelles.

§ Bien que "les rapports tendus avec le ministère des Affaires étrangères n'aident pas à la formulation d'un vraie politique culturelle internationale" et que "l'internationalisation de la politique culturelle souffre d'un investissement irrégulier et d'une structuration aléatoire" (in Pôle Sud n°10, 1999, 55), le réseau des Instituts Camões est bien présent au Maroc, en France et en Espagne et reste un acteur à part entière malgré ses faibles moyens financiers.

§ Etant donné que "l'accélération des échanges internationaux [améliorerait] l'efficacité et les compétences au sein des institutions publiques culturelles" (id. 56), les partenaires portugais sont susceptibles de présenter un intérêt particulier pour le développement des relations culturelles au sud-ouest de l'Europe.

c. Institutions marocaines

§ Le ministère marocain de la Culture et de la Communication, ainsi que celui des Affaires étrangères et de la Coopération, ont un rôle important à jouer notamment en collaborant avec les réseaux culturels français, espagnol et portugais au Maroc. Par exemple ces deux institutions sont chargées de coordonner l'organisation prochaine d'une saison culturelle marocaine en Espagne. D'après M. Khachani, membre du comité Averroès11(*), la création de Centres culturels marocains à l'étranger - France, Espagne, etc. -, présentant la création artistique et culturelle marocaine et proposant des collaborations, serait nécessaire au bon développement des relations culturelles extérieures marocaines.

§ Par ailleurs, les collectivités décentralisées marocaines sont également des acteurs institutionnels potentiels, alors que le Maroc s'engage sur la voie de la décentralisation et réfléchit par exemple à l'autonomisation du Sahara.

"La coopération décentralisée est tributaire de l'autonomie des collectivités et autorités territoriales. Elle dépend également de la possibilité juridique de constituer des associations ou des regroupements de collectivités territoriales des pays du sud et de l'est de la Méditerranée. L'exemple de l'Europe occidentale montre bien que le jumelage et, par la suite, la coopération décentralisée, se sont développés grâce aux associations de collectivités territoriales, notamment celles qui ont pour objet la coopération internationale" (Bekkouche, 2000, 47).

d. Institutions internationales

§ La Commission européenne peut, au travers des financements et des programmes - Culture 2000, INTERREG, etc. - soutenir le développement des relations culturelles au sud-ouest de l'Europe. Ainsi certaines Directions générales - notamment celles chargées des Relations extérieures et de la Culture - se présentent comme acteurs "indirects" mais néanmoins importants - pour information et orientation - qu'il est possible de contacter directement ou à travers d'une part les représentations nationales auprès de l'Union européenne, d'autre part les représentations et délégations de la Commission européenne dans les pays membres et à l'étranger. De plus, des "points de contacts culture" sont présents dans les pays de l'Union et agissent comme des relais en matière d'affaires culturelles européennes, notamment pour aider les porteurs de projets à effectuer des demandes de subventions dans le cadre des programmes communautaires, informer sur les possibilités de coopération à l'échelle européenne et avec les régions périphériques, dont la région méditerranéenne.

A noter également que des points de contact culture "décentralisés" sont présent dans chaque Communauté autonome espagnole, et que le Relais-Culture-Europe, point de contact culture français, réfléchit actuellement avec la DATAR à la création de structures d'appui culturel en région (SACER), le projet pilote concernant pour l'instant sept Régions, dont Aquitaine, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées.

§ Le Conseil de l'Europe, par son action dans le domaine de la culture et celui de la coopération régionale, ainsi que la Fondation européenne de la culture, par son implication dans les projets euro-méditerranéens, peuvent apporter également un soutien aux relations culturelles au sud-ouest de l'Europe.

§ Enfin l'UNESCO peut être sollicitée pour un "patronage" de certains projets, la plupart du temps se limitant à un cautionnement moral bien que la perspective d'un soutien financier ne doive pas être occultée. Il ne faut pas oublier que l'UNESCO a joué un rôle décisif dans la prise en compte de la dimension culturelle du dialogue Nord-Sud (cf. Jouve, 1997, 106-112), et qu'un Programme Méditerranée est coordonné par la section des Projets interculturels et des Aires géo-culturelles de l'UNESCO.

* 11 Cf. chapitre III.3.

précédent sommaire suivant