WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le sud-ouest français dans l'espace européen : vers une collaboration interrrégionale en matière de relations culturelles extérieures ?

( Télécharger le fichier original )
par Thomas Perrin
Université Paris III - Sorbonne Nouvelle - DESS de Relations interculturelles 2001
  

précédent sommaire suivant

2. INSTITUTIONS FRANÇAISES

a. Le ministère de la Culture et de la Communication:

§ Le département des Affaires internationales (DAI), rattaché au cabinet du Ministre, joue un rôle général de préparation, de coordination et de mise en oeuvre de la politique internationale du ministère, qui concerne toutes les directions. Le DAI se compose de différents services selon un découpage à la fois géographique et thématique, dont les services "Europe méridionale", "Afrique du Nord/Moyen-Orient", ou encore "Action régionale". Sur les 47 millions de francs de budget dont il dispose le DAI déconcentre 8 millions afin de renforcer la capacité des DRAC en matière internationale12(*). Parmi les principaux partenaires du DAI on trouve l'Office national de diffusion artistique (ONDA), le Relais-Culture-Europe, la Maison des cultures du monde (MCM), l'Association Ecrans Nord Sud, l'Association française d'action artistique (AFAA).

Ainsi le DAI se présente comme un acteur potentiel du développement des relations internationales au sud-ouest de l'Europe, même si son action concerne pour l'essentiel le financement de relations inter-étatiques ou globales.

Quoiqu'il en soit le DAI reste le relais principal des DRAC en matière d'affaires internationales.

§ Le ministère de la Culture est présent dans le sud-ouest français au travers des DRAC des régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Comme on l'a vu précédemment13(*), les DRAC apparaissent comme les structures privilégiées du compromis entre le besoin de superviser les affaires culturelles - qui plus est les affaires internationales - à un niveau national et le besoin de prendre en compte les diversités culturelles régionales. Elles se présentent comme les lieux du "croisement" Etat-Collectivités-International, pour organiser, coordonner et soutenir les échanges culturels et interculturels de manière efficace, pertinente et concertée. D'où leur importance en tant qu'acteurs des relations culturelles au sud-ouest de l'Europe.

§ Il existe au sein de la délégation au Développement et à l'Action territoriale (DDAT) un département de l'Action territoriale, qui se présente comme une interface entre les DRAC, les collectivités et le ministère. Ce département a pour missions principales de coordonner les politiques d'aménagement et de développement des territoires - politique contractuelle avec les collectivités territoriales, Contrats de plan Etat-Région, Schémas des services collectifs culturels, fonds structurels européens - et de veiller à l'harmonisation des politiques culturelles de l'Etat dans les régions, en proposant notamment les priorités d'action des DRAC et, en liaison avec la direction de l'Administration générale, en développant la déconcentration administrative.

b. Le ministère des Affaires étrangères

§ La direction générale de la Coopération internationale et du Développement (DGCID), précédemment direction générale des Relations culturelles, scientifiques et techniques, coiffe l'ensemble du réseau des établissements culturels français, qui est l'un des plus développés au monde - regroupant environ 130 établissements - et mêle les dimensions culturelles, éducatives et linguistiques des échanges internationaux. "La politique culturelle extérieure est [...] une expression directe de l'identité et du messianisme français" (Raymond, 2000, 12).

Même si le volet culturel stricto sensu de l'action des établissements du réseau est minoritaire en terme financier - 80% de leur activité concerne l'enseignement et c'est sur ce point qu'ils sont évalués - et que la nouvelle donne internationale appelle des adaptations du réseau en terme de gestion, de mission et de restructuration14(*), les établissements culturels français à l'étranger représentent néanmoins de réels intermédiaires de choix dans les partenariats, ne-serait ce que par leur implantation dans la vie culturelle locale. Pour le sud-ouest européen il s'agit du réseau des établissements français en Espagne, au Portugal et au Maroc, ce dernier pays étant un des postes les plus importants du réseau. Cela suppose d'une part que diplomatie culturelle nationale et action culturelle décentralisée collaborent, d'autre part qu'un partenariat interministériel Culture - Affaires étrangères soit effectivement mis en oeuvre, ce qui est en théorie le cas au travers de structures para-publiques telles que l'Association française d'action artistique (AFAA), bien que, contrairement à la proposition du rapporteur M. Jacques Chaumont, aucune charte d'objectifs n'ait encore été conclue entre l'AFAA et les départements du ministère de la Culture (id., 53). D'après Mme Marie-Christine Lorang, chargée de mission au DAI, l'heure est au réajustement des compétences entre l'AFAA et le DAI.

§ L'AFAA, à la fois opérateur délégué de la DGCID et partenaire du DAI, a d'abord fourni au réseau culturel français les productions et artistes chargés de véhiculer la culture française.

"N'étant plus seulement la structure d'accompagnement des artistes français à l'étranger ou un entrepreneur de spectacles, l'AFAA est devenue une véritable agence internationale d'ingénierie culturelle qui intervient désormais dans des domaines nouveaux où la France est présente : les arts appliqués, l'architecture et le design, la réhabilitation du patrimoine, la mode, les arts de vivre, le tourisme culturel, etc." (id., 52).

C'est ainsi que l'AFAA s'est depuis dix ans transformée en pôle d'échanges culturels professionnalisés et a, par ce biais, été la première à comprendre les nouveaux rôles et compétences des collectivités. Un Pôle "Collectivités territoriales" a été créé au sein de l'AFAA afin de développer avec les collectivités françaises un partenariat croisant les réseaux diplomatiques, culturels et territoriaux. Sous forme de conventions, ce type d'accord se traduit notamment par la création d'un budget d'action supplémentaire à l'international, financé à parité par les deux partenaires. A noter que les villes de Toulouse, Montpellier, Bordeaux et Biarritz ont passé de tels accords pour un montant total de 7 millions de francs15(*).

La récente réforme de l'AFAA a permis de la redéfinir comme "un opérateur culturel renforcé au triple service de la coopération artistique, du conseil et de la formation, du développement de l'ingénierie culturelle à l'échelle européenne autant qu'internationale" avec pour objectif de "dynamiser la créativité et [...]d'opérer un recentrage européen"(id., 48).

L'AFAA, par son statut d'intermédiaire entre artistes et professionnels de la culture, cadres des collectivités et réseau culturel français à l'étranger, peut être considérée comme un "acteur-relais" important pour le développement des relations culturelles au sud-ouest de l'Europe, et ce malgré les reproches qui lui ont été fait en terme d'hégémonie - l'AFAA n'a-t-elle pas "absorbé" l'association Afrique en créations ? - et de clientélisme.

c. Les services culturels régionaux.

Les services culturels décentralisés placés sous la tutelle des Conseils régionaux du sud-ouest français ont également vocation à être des acteurs phares des relations culturelles au sud-ouest de l'Europe. Même si la décentralisation française n'est pas aussi poussée qu'en Espagne, les régions du sud-ouest français ont un rôle évident à jouer dans des relations qui concernent leur territoire et impliquent leur(s) culture(s), dans un contexte "d'Europe des régions" qui leur est généralement favorable16(*).

On retrouve au niveau régional la même configuration qu'au niveau national en terme de partage et d'organisation des compétences entre différents services. Les acteurs régionaux des relations culturelles au sud-ouest de l'Europe peuvent être d'une part les services proprement culturels, d'autre part les services chargés des affaires internationales et européennes.

* 12 Cf.www.culture.gouv.fr/culture/dai.htm

* 13 Cf. partie A. chapitre I.

* 14 Cf. Raymond, 2000, 97-100.

* 15 Cf. www.afaa.asso.fr

* 16 Cf. partie A.

précédent sommaire suivant