WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Des transferts sont-ils possibles de la didactique du français (FLE/FLS) à  la didactique de l'amazighe (berbère) dans le contexte sociolinguistique marocain ?

( Télécharger le fichier original )
par Lahcen NACHEF
Université Rennes 2 - Master 2 2006
  

précédent sommaire suivant

C O N C L U S I O N

Il ressort de ce qui précède que la langue amazighe, langue restée orale très longtemps, pour des raisons historiques et géopolitiques, est devenue aujourd'hui dans plusieurs pays du pourtour méditerranéen, sujet de débats et de revendications de la part des peuples méditerranéens (maghrébins surtout) mais aussi des peuples nord-africains et subsahariens.

Au Maroc, après beaucoup de luttes, des intellectuels d'abord puis des masses populaires amazighes ensuite, l'amazighe a fini par s'imposer comme langue nationale à l'instar de l'Algérie. Plus encore, la lutte menée aujourd'hui par les mouvements amazighes vise l'introduction de l'amazighe dans la constitution marocaine25(*).

L'action des uns et des autres a été facilitée par la reconnaissance de la plus haute instance de la légitimité de cette langue comme composante essentielle de l'identité marocaine. Son introduction dans le système éducatif lui confère davantage de poids de sorte que tous les Marocains sont concernés par sa promotion et son devenir.

Il reste seulement que l'amazighe, comme toute langue vivante, sera correctement aménagé et standardisé pour que soient unifiées ses règles au profit de tous ses locuteurs natifs et non natifs.

Certes, il existe des promotions linguistiques dites polynomiques, donc ne nécessitant pas en principe de normalisation, mais l'amazighe semble avoir besoin d'être normalisé et ce pour des raisons que nous citerons ci-après :

Rappelons d'abord que l'amazighe se représente sous la forme de parlers et de dialectes unis par une charpente grammaticale et un lexique fondamental communs car comme l'affirme A. Boukous, doyen de l'IRCAM, "standardiser une langue revient in fine à uniformiser les structures de cette langue, à gérer les différences et les divergences de structure en son sein, en éliminant les occurrences non fonctionnelles qui sont souvent source d'ambiguïté et de difficulté d'intercompréhension"26(*). Par ailleurs, on peut avancer, avec Miloud Taïfi, un autre chercheur du même institut, que "la langue berbère est la même, malgré ses usages variés et différents". C'est que - ajoute Taïfi - "la mêmeté ne réside pas dans la conformité, car une chose n'est jamais identique à elle-même, à fortiori une langue naturelle. Ce qui assure plutôt l'identité dans le temps, c'est l'ipséité : la permanence du fondement, la cohésion dans le fonctionnement qui se perpétuent malgré les avatars qui viendraient affecter quelques aspects de la mêmeté. L'ipséité identitaire d'une langue naturelle, c'est sa grammaire, la grammaire étant entendue ici dans son sens traditionnel. C'est cette grammaire qu'il faudra, pour le berbère, transposer dans l'écrit, non pas seulement dans le domaine didactique de l'enseignement, mais dans tous les actes d'écriture. La standardisation du berbère est à ce prix".27(*)

Ainsi les raisons de la standardisation de l'amazighe, notamment dans le contexte marocain, peuvent se résumer comme suit :

q Pour garantir l'intercompréhension des natifs de la même langue mais d'une langue à multiples facettes,

q Pour unifier l'outil de l'enseignement scolaire et d'éducation des adultes,

q Pour faciliter l'accès à cette langue, reconnue aujourd'hui comme langue nationale, aux Marocains non-locuteurs, notamment les plus jeunes appelés à l'apprendre à l'école,

C'est dans cette optique que nous envisageons d'entreprendre un travail de recherche axée sur la didactique de l'amazighe; didactique que nous percevons comme la continuité de la réflexion menée pour la didactique d'autres langues en présence au Maroc, notamment la didactique du français (FLE/FLS).

* 25 Pour la reconnaissance constitutionnelle de l'amazighe : Analyses, Opinions et documents, (2002), publications de l'IRCAM, Rabat.

* 26 Boukous A. (2004) La standardisation de l'amazighe : quelques prémisses, In : Standardisation de l'amazighe, Actes du séminaire organisé par le Centre de l'Aménagement Linguistique, Rabat, 8et 8 décembre 20004, Pub de l'IRCAM pages 12 à 22.

* 27 Taïfi M. Op. cit. page 31.

précédent sommaire suivant