WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le politique et l'écriture a travers La vie et demie de Sony Labou Tansi sous la supervision de prof. Josias Semujanga

( Télécharger le fichier original )
par Emmanuel NDUNGUTSE
Université Nationale du Rwanda - Licence en Langue et Litterature francaise 2001
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

I.2 L'oeuvre de l'auteur

L'oeuvre de Sony Labou Tansi et riche, importante et florissante. En effet, comme nous l'avons mentionné sommairement, il faut dire qu'il excelle dans les quatre genres majeurs de la littérature écrite, à savoir le roman, la nouvelle, la poésie et le théâtre. Il a écrit :

- Conscience de tracteur (théâtre), NEA/CRE, Dakar, Yaoundé, 1979

- Le Malentendu (Nouvelle), RFI, ACCT, Paris, 1973

- La Vie et demie (roman) Paris, Seuil, 1979

- Lèse-majesté (Nouvelle) Paris, RFI ACCT, 1982

- La coutume d'être fou (théâtre) Paris, RFI, ACCT, 1980

- Je soussigné cardiaque (théâtre), Paris, Hatier, Coll. « monde noir-poche », 1981

- La parenthèse de sang (théâtre), Paris, Hatier, coll. « monde noir-poche », 1981

- L'Etat honteux (roman), Paris, Seuil, 1981

- L'Ante-peuple (roman), Paris, Seuil, 1983

- Les sept solitudes de Lorsa Lopes (roman), Paris, Seuil, 1983

- Le commencement des douleurs (roman), Seuil, 1995

- Poèmes et Vents lisses, Paris, Ed. le bruit des autres, 1995

I.3 Résumé de La vie et demie

L'histoire de La vie et demie se situe quelque part sur le continent africain. On est en Katalamanasie, pays imaginaire d'Afrique ayant pour capitale Yourma. La vie et demie s'ouvre sur l'exécution barbare de Martial et s'enchaîne sur des meurtres sans fin. Martial résiste, mais de quelle façon ! Un couteau de cuisine, un revolver, deux chargeurs de pistolet mitrailleur, un sabre, divers poisons mêlés au champagne ne parviendront pas à en finir avec lui, car Martial ne veut pas mourir de cette mort.

Dès lors, son ombre restera, au-delà du corps et marquera les choses et les êtres de son empreinte indélébile. De génération en génération des « Guides providentiels », sa fille Chaïdana, poursuivra la lutte en se prostituant avec les dignitaires du régime, les tuant les uns après les autres. Elle tue successivement les ministres et les officiers du régime qu'il invitait dans sa chambre n° 38 de l'hôtel « La vie et demie ».

Le Guide providentiel a beau créer des expéditions chargées de mettre la main sur cette fille mettant à mort grâce à son sexe et au champagne. Chaïdana demeure insoupçonnée et insaisissable grâce à sa ruse de falsifier les pièces d'identité qu'elle porte sur elle. Avant de mourir, elle met au monde des triplets : deux garçons et une fille qui naissent de la « gifle intérieure » qu'elle reçut de son père Martial. La gifle intérieure est la façon dont Martial viole sa fille étant endormie. Les deux garçons moururent très tôt. Seule restait Chaïdana qui, grâce à sa beauté de fée, ne tarda pas à attirer les grands monarques de la Katalamanasie.

Son union avec Jean Oscar-Coeur-de père donna un fils du nom de Patatra. Chaïdana - aux - gros cheveux devenue ensuite Chaïdana - à - la grosse - viande fut chassée par son maître de Katalamanasie et se fixa au Darmellia, son pays d'origine. Patatra qui avait succédé à son père ayant comme nom de règne Jean-Coeur-de Pierre donnant naissance à une génération de deux milles Jean, trente d'entre eux rejoignirent leur grand-mère au Darmellia et s'y installèrent. Ils travaillèrent durement pour développer leur pays. Le Darmellia connut alors une prospérité dans plusieurs domaines. Les Katalamanasiens n'en furent pas contents, ce qui poussa d'ailleurs le guide qui régnait en ce moment là à déclarer la guerre au Darmellia en vue de l'annexer à la Katalamanasie s'appuyant sur ses troupes nombreuses et d'autres en provenance de la puissance étrangère qui fournissait les guides. La Katalamanasie n'essuya que des échecs retentissants sur tous les fronts. La ville de Yourma qui avait changé de nom et devenu Félix-ville fut incendiée par Jean Calcium. Les habitants, les animaux et les plantes furent carbonisés. La guerre devait se terminer par la destruction de la ville de Yourma et la chute totale de la dictature de la Katalamanasie.

La Vie et demie commence par la guerre et se clôt par la guerre, c'est-à-dire que l'histoire recommence à zéro.

précédent sommaire suivant