WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le politique et l'écriture a travers La vie et demie de Sony Labou Tansi sous la supervision de prof. Josias Semujanga

( Télécharger le fichier original )
par Emmanuel NDUNGUTSE
Université Nationale du Rwanda - Licence en Langue et Litterature francaise 2001
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

II.1.2.10 Les trente Jean de la série C

Les trente Jean de la série C sont des enfants du guide Jean-coeur-de pierre qui s'étaient détachés de son père pour rejoindre leur grand-mère dans la forêt chez les pygmées. Ils ont un rôle prépondérant dans l'évolution de l'intrigue de La Vie et demie, car ils s'opposent courageusement au pouvoir dictatorial, oppressif, meurtrier de leur père pour aller fonder une rébellion puissante au Darmellia. Là, ils y sont aidés fortement par Chaïdana aux-gros-cheveux qui avait refusé de rentrer à Yourma.

La première chose à faire par les trente Jean de la série C, est de développer le territoire Darmellia qui est jusque là habité par les pygmées qui se foutent de tout, qui observent passivement, mais qui parviennent à connaître dans très peu de temps ces Jean de la série C par leurs entreprises.

« Ils connaissaient le nom de Jean Coriace à cause de tout ce qu'il avait fait dans la forêt ; ils connaissaient Jean Cochon qui avait apporté le gibier artificiel [...], ils connaissaient Jean caoutchouc et ses immenses plantations de sève ; ils connaissaient Jean Calcaire et les mines de fer [...], ils connaissaient Jean Cuivre, Jean Calcium, Jean Carburateur et les usines pétrochimiques de la côte ; ils connaissaient Jean Carbone, Jean Cabane et les entreprises de l'habitat, Jean Caillou et ses mines de Zouarnatara ; ils connaissaient tous les Jean quelque-chose à cause de tout ce qu'ils avaient changé dans la forêt en trente ans » (V.D. : 161).

En effet, le plus connu des trente chaïdanisés est Jean Canon qu'on appelle souvent « le sergent terrible ». Il est le chef d'Etat major de l'armée darmellienne. On nous apprend que dès son retour des études, il souhaite que l'armée darmellienne n'ait pas de grade supérieur à celui de sergent, car dépasser ce niveau implique la non-responsabilité, parce que les militaires passent leur temps en quémandant leur honneur. Une autre grande figure des trente chaïdanisés est Jean-Coriace. Celui-ci est le maître du territoire de Darmellia. Du point de vue politique, pour mobiliser le peuple et le développer, il fonde un parti politique du nom de PPDL, c'est-à-dire Parti Populaire pour la Démocratie Libre. A la longue, Jean Coriace sera appelé par le peuple « Le père de la nation » mais c'est une qualification qu'il déteste beaucoup, parce que pour lui :

Une nation n'a pas de parent, pour la simple raison qu'elle doit naître tous les jours. La nation doit naître de chacun de nous, autrement que voulez-vous que ça soit une nation ? La nation ne peut pas venir des illusions de deux ou trois individus quelle que soit la bonne volonté de ceux-ci » (V.D. : 176).

Retenons, pour ces 30 Jean de la série C après quinze ans que dure la guerre entre Darmellia et Katalamanasie, qu'il ne reste qu'un seul individu, c'est-à-dire Jean Calcium connu pour sa fabrication des mouches.

Il faut dire enfin de compte pour clôturer cette étude des personnages dans La Vie et demie, que Sony Labou Tansi fait intervenir beaucoup de personnages. Cependant, une caractérisation suffisante de ceux-ci est absente. L'auteur ne fait pas une description consistante du personnage ; ceci se justifie dans la mesure où un roman de 192 pages ne peut vraiment caractériser un si grand nombre de personnages comme nous l'avons déjà noté.

précédent sommaire suivant