WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le politique et l'écriture a travers La vie et demie de Sony Labou Tansi sous la supervision de prof. Josias Semujanga


par Emmanuel NDUNGUTSE
Université Nationale du Rwanda - Licence en Langue et Litterature francaise 2001
  

précédent sommaire suivant

III.1.4 Les particularités lexicales

D'une façon générale, dans La Vie et demie, Sony Labou Tansi utilise des mots simples et compréhensibles. Ceux-ci sont agencés dans des phrases sobres, correctement structurés et souvent marqués par la concision qui conduit aux démembrements d'une phrase en plusieurs propositions indépendantes et qui n'exclut pas d'ailleurs la beauté des expressions.

Mais de temps en temps, cet auteur utilise des mots nouveaux de sa propre création, soit pour enrichir la langue française de formes nouvelles, soit tout simplement pour combler l'insuffisance du français qui ne parvient pas à rendre toute la réalité africaine. Ces mots sont donc des néologismes.

Avant d'entrer en détails de ces mots, il convient tout d'abord de nous appuyer sur la définition de Marcel CRESSOT, pour qui un néologisme est : « Un moyen qui s'offre à l'usage de la langue pour remédier l'insuffisance du matériel linguistique »87(*). Selon toujours lui, des néologismes deviennent nécessaires

« pour désigner des choses nouvelles -pour resserrer en une formule énergique une expression qui, délayée dans un groupe périphrastique, serait exsangue- pour se donner la possibilité d'une phrase plus souple en disposant d'une série continue dans les différentes catégories grammaticales »88(*).

Sony ne manque pas d'exploiter ce procédé littéraire. Les néologismes que nous trouvons dans La Vie et demie peuvent être classés en deux catégories essentielles. D'une part, Sony Labou Tansi part des mots déjà existants en français, procédant par commutation et jouant sur l'axe paradigmatique, pour créer des nouveaux mots. Les exemples sont nombreux, contentons-nous de ceux qui suivent :

Regardoir (V.D. : 132)

Regardeur (V.D. : 132)

Les pleureurs (V.D. : 62)

Les pistolétographes (V.D. : 44)

Infernalement (V.D. : 27).

Dans ce même ordre d'idée, c'est-à-dire qu'en partant de mots existant dans le registre du français, Sony prend un mot déjà connu dans son sens premier et lui donne un autre sens adapté à la réalité qu'il veut exprimer. Ici, prenons le cas du mot « choquer » qui normalement désigne, selon le dictionnaire Larousse : « provoquer une violente perturbation physique ou psychique »89(*), mais qui, à la page 72 de La Vie et demie, devient un substantif et désigne : « toutes les techniques de provocation sexuelles féminines ».

« De temps à autre passait un groupe de miliciens qui lui demandaient ses papiers. Ils n'insistaient d'ailleurs que dans ce but de cueillir un choquer sur cette beauté formelle retapée par le fleuve » (V.D. : 71-72).

D'autre part, le narrateur procède à une création presque fantaisiste qui va jusqu'à inventer des langues qui sont censées être parlées dans la République imaginaire de Katalamanasie. Pour comprendre le sens de ces langues, le lecteur est renvoyé aux notes infra-paginales :

« Mocheno akanata buentani » (V.D. : 95) : ils ont de sang pur.

« Kampechianata » (V.D. : 33) : plat de viande crue.

« Vouokani » (V.D. : 33) : le produit que Chaïdana mettait dans le champagne.

« Boulang-Outana » (V.D. : 89) : Soleil n'est pas mort.

« Manakeng » (V.D. : 91) : poison de liane

« Ocheminka akanatani » (V.D. : 92) : S'ils ne meurent pas, c'est que ce sont des démons.

« Onglouenimana chahtana yanka » (V.D. : 95) : J'apporte tous les voeux du clan au pays des tempêtes.

Ainsi, pour compléter cette courte étude sur le lexique dans La vie et demie, il convient de signaler que ce choix de mots ainsi que cette langue imaginée, produisent une grande horreur dans certains passages et un effet humoristique. Ce mélange de tons confère à La Vie et demie un certain équilibre vraiment remarquable.

* 87 CRESSOT, M., Op. cit., p. 57.

* 88 Idem, p. 58.

* 89 Larousse, Op. cit., p. 200.

précédent sommaire suivant