WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Architecture SOA (Architecture Orientée Services ). Quelle source de valeur pour le Groupe Terrena?

( Télécharger le fichier original )
par Virginie ELIAS
Conservatoire des arts et métiers de Nantes - Pays de la Loire - Ingénieur CNAM en informatique 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.6 Quelle approche mettre en place ?

_

Couramment, les SI sont constitués de briques applicatives hétérogènes tant au niveau fonctionnel qu'au niveau technique, donnant ainsi à l'interopérabilité sa raison d'être. Deux démarches opposées sont proposées :

q Légaliste ou « Top-Down » (du haut vers le bas), c'est à dire l'analyse globale de l'urbanisation du SI sur la base de la décomposition de ce dernier en blocs fonctionnels de plus en plus fins (« allégorie de la cité », « POS70(*) », « PLU71(*)» etc ...),

q Organique ou « Bottom-Up » (du bas vers le haut), c'est à dire une intégration en partant des blocs applicatifs indépendants et hétérogènes appelés à communiquer entre eux et par là même à fournir des services liés aux projets. Dans les faits, un Projet est choisi parmi le portefeuille de projets et sert de modèle aux suivants. Les équipes se fédèrent progressivement autour de la nouvelle approche, puis les questions d'urbanisation et de gouvernance sont abordées lors de la rencontre des premiers problèmes dits « structurants ».

La première approche est intellectuellement séduisante mais elle soulève quelques pièges :

q Une cartographie détaillée finement pour un SI complexe et dense peut s'avérer coûteuse en terme de maintenance, au regard du gain escompté. Autrement dit, il vaut mieux rester sur une forte granularité que sur une fine, impossible à maintenir. Pour ce faire, un outil est incontournable. Actuellement sur le marché, peu de solutions permettent de véritablement construire cette cartographie (Trois solutions se détachent : ARIS, MEGA et CASEWISE). Ces outils sont appelés des Enterprise Architecture Modeling72(*) (EAM). Ils permettent aux architectes de modéliser complètement le fonctionnement de l'entreprise : des processus métiers aux composants informatiques en passant par l'organisation et l'architecture de l'infrastructure,

q Le système d'information est constitué de blocs applicatifs, qui peuvent beaucoup évoluer contrairement à d'autres beaucoup plus stables,

q Les applicatifs sont désormais très nombreux et ont pu nécessiter leur prise en charge par des équipes différentes et implantées pas forcément sur les mêmes lieux géographiques, la cartographie ne s'en trouve pas simplifiée,

q Cette approche convient particulièrement dans le cas de rapprochement d'entreprises ou de services informatiques (cf. chapitre suivant).

La seconde semble plus pragmatique et semble être préférée lorsque la culture « SOA » n'est pas encore une réalité dans les entreprises concernées. Cette démarche n'est pas vécue comme une révolution car elle consiste à intégrer l'existant par des petites touches ça et là sans bascule de type «One Shot».

1.6.1 Des exemples d'urbanisation réussie (Top-Down)73(*)

1.6.1.1 AXA France Service (AFS)

1990 : fusion AXA - UAP avec pour objectif un environnement unique qui a nécessité une cartographie.

2001 - 2004 : Volonté de Réduction des frais généraux qui a amené la création d'un département d' « Architecture applicative » (mise en place de normes de développement et de conception, choix d'une architecture technique) et fonctionnelle (« cible d'urbanisme »).

Depuis 2004 : Ce département continue à exister et à apporter une assistance fonctionnelle et technique aux nouveaux projets dans le respect des règles et de la cible définie. Il incite les métiers à prendre conscience progressivement de cet urbanisme.

Les apports de cette démarche sont d'ordre qualitatif :

q Le SI est intelligible, pilotable, et permet de diffuser les « bonnes pratiques » à l'ensemble des métiers en créant ainsi une « intelligence collective »,

q Des ponts de communication sont crées entre les différents acteurs du SI,

q Le rôle de chacun est reconnu,

q La mise en mouvement est mesurable,

q L'alignement du SI se fait sur la stratégie de l'entreprise,

q La rationalisation est une réalité.

* 70 POS : Plan d'occupation des sols : Zones, Quartiers, Ilots ou blocs.

* 71 PLU : Permis de construire, de démolir ...

* 72 EAM (Enterprise Architecture Modeling) : outil de modélisation de l'architecture d'entreprise.

* 73 Pour approfondir : « Urbanisme des SI et gouvernance » [ANQ-URBA] et « Cadre de référence Architecture SOA - Meilleures pratiques » [BON-CSOA].

précédent sommaire suivant