WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des centres sportifs locaux en Belgique

( Télécharger le fichier original )
par Lotfi Khalfat
Université Pierre Mendès France Grenoble - Master 2 économie internationale et globalisation 2009
  

précédent sommaire suivant

V. Etudes de cas : « asbl » et « Régie Communale Autonome »

Dans ce chapitre, je vais décrire deux infrastructures sportives. Ces descriptions s'appuient sur des interviews menées pour Houffalize, auprès de Christophe Gaudron, le directeur du centre sportif, et pour Grez-Doiceau, auprès de l'Echevin des Sports de la commune.

A. Le centre sportif de Houffalize

Le centre sportif de Houffalize a été inauguré en 1982 et il fait partie des premiers centres sportifs à avoir bénéficié de la reconnaissance en tant que CSL par la Communauté française de Belgique. De ce fait, il bénéficie depuis 2004 des subsides communautaires.

La commune

Houffalize est une petite ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Luxembourg. Sa population avoisine les cinq milles habitants.

L'offre sportive

Le centre sportif de Houffalize est composé d'un hall multisports qui permet la pratique des sports en salle traditionnels (football en salle, basketball, volleyball, handball, etc.).

Il y a également une plus petite salle aménagée de façon à permettre la pratique des arts martiaux.

Au niveau des aménagements extérieurs, on peut relever la présence de trois courts de tennis, de deux pistes de pétanque, d'un mini-golf et d'une plaine de jeux.

Il est intéressant de noter que le centre sportif constitue le lieu de ralliement pour les différents parcours en « mountain bike » et que cette discipline bénéficie d'un énorme soutient de la ville de Houffalize qui accueille la coupe du monde de VTT.

Pour finir, le cas de Houffalize met en évidence un élément important au niveau de la politique sportive communale. Si on suit la logique du décret régissant les CSL, les subsides que perçoit la commune depuis 2004, année de la reconnaissance en centre sportif local, auraient du permettre d'affecter les anciens montants qui servaient jusque là à payer le personnel du centre sportif au développement d'autres activités liées au sport. Si l'on en croit, le directeur du centre sportif, la politique sportive est inexistante. Cette politique sportive se limite à distribuer de l'argent aux différentes associations sportives sans aucun contrat d'objectif. Il n'y a pas non plus de thèmes forts développés par la commune au niveau du sport. Le seul évènement majeur est la coupe du monde de VTT qui est très « porteuse » en termes d'image et qui est un élément économique important pour la restauration et l'hôtellerie de Houffalize. Cet évènement de niveau international occulterait donc le reste et se ferait au détriment d'un véritable travail de fond sur la question du développement d'un projet sportif communal.

Le mode de gestion

La commune de Houffalize a confié la gestion et l'exploitation de son Centre d'animation à l'asbl "Centre Sportif, Culturel et Touristique".

Cette asbl, que l'on peut qualifier de « para-communale », vu la présence notamment du Bourgmestre et de l'Echevin des Sports en son sein, était à l'origine, en 1982, composée de membres issus des milieux du sport, du secteur touristique mais aussi du domaine culturel. Aujourd'hui, cette asbl n'a plus que la question sportive relative directement au centre sportif à gérer.

Il est intéressant de noter que le directeur du centre sportif a proposé à l'asbl, l'organe de gestion, le passage au modèle de la Régie Communale Autonome il y a environ deux ans mais cette proposition a été rejetée. L'avantage de pouvoir récupérer la TVA n'a semble-t-il pas eu raison des réticences des élus politiques. Au niveau communal en général et dans les matières liées au sport en particulier, le conformisme prévaut encore souvent. Le fait qu'il n'y aucun point de comparaison car aucune RCA n'existe en province de Luxembourg et que le centre sportif de Houffalize ait toujours fonctionné en asbl n'ont pas amené les responsables politiques à approfondir la question.

Les ressources humaines

Tous les salaires sont payés par l'asbl.

Au niveau du personnel, on peut relever la présence du directeur, qui travaille à temps plein et dont le salaire est subventionné à 90% par la Communauté française de Belgique. Un second temps plein s'occupe de la maintenance et là, il s'agit d'un emploi aidé (cf. décret A.P.E. : Le décret du 25 avril 2002 sur les Aides à la Promotion de l'Emploi, ou A.P.E., harmonise en un seul système de subvention toutes les mesures existantes.

Par conséquent, aujourd'hui abrogées en vertu des dispositions prises dans l'Arrêté du Gouvernement wallon du 19 décembre 2002, ces anciennes mesures ne sont plus d'application.

Désormais, le nouveau principe A.P.E. consiste, quant à lui, à octroyer sous la forme de points, une aide annuelle visant à subsidier partiellement la rémunération de travailleurs, une réduction importante des cotisations patronales de sécurité sociale et une indexation automatique du montant de la subvention selon l'évolution de l'indice des prix à la consommation).

Pour le fonctionnement de la cafétéria, le personnel est également rémunéré par l'asbl, sous la forme de deux contrats à mi-temps.

Concrètement, c'est le directeur qui se charge des plannings, des congés, de la répartition des tâches, etc. Les fiches de paie sont quant à elles émises par un secrétariat social.

Gestion comptable et gestion financière

La comptabilité est vérifiée par un comptable indépendant et la gestion financière courante est du ressort du directeur du centre sportif.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.