WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La gestion de l'eau au Bénin et ses impacts environnementaux. Cas de l'arrondissement de Houin dans la commune de Lokossa

( Télécharger le fichier original )
par Coovi Ledestin Juvénal HOUSSOU
Université d'Abomey- Calavi Bénin - Maà®trise professionnelle en gestion de l'environnement 2010
  

précédent sommaire suivant

ABSTRACT

Ignorance of the extent of environmental impacts of different modes of water management is an obstacle to local development, particularly in African countries. Thus, this research aims to study the environmental impacts of management strategies for water in the commune of Lokossa particularly in the district of Houin. To achieve this objective, the approach based on sampling from the random method. Data collection was performed using the existing literature on the subject, field survey and observation. Data processing was done through various software for word processing and data from Microsoft Office 2007and software Arc-View. It appears that the current management of water affects the integrity and beauty of landscape, sustainability of the supply of drinking water and led to a gradual decrease in the population's incomes. It is therefore important that a strong mobilization is performed at all levels for general access, efficient and secure access to water for a real local development.

INTRODUCTION

La question de l'eau est l'une des questions les plus stratégiques de notre temps et les plus difficiles parce qu'elle est associée à la vie et qu'elle n'est pas le produit de l'homme (TAZI SADEQ, 1998). Les usages de l'eau sont multiples et couvrent la totalité de l'activité humaine (AGCD, 1982). Il importe donc de circonscrire l'ampleur des impacts de la gestion de l'eau sur la population humaine puisqu'il est paradoxal de comprendre que l'eau dite `'source de vie» est actuellement la première cause de mortalité dans le monde à cause du manque d'accès à l'eau potable et à l'assainissement (CAMDESSUS et al., 2004). Ainsi donc, la gestion de l'eau est la source de nombreux problèmes sur la planète.

Au Proche Orient, par exemple, la pénurie d'eau est une réalité qui alimente aussi les tensions. Dans cette région, on est passé d'une situation de stress hydrique à une situation de pénurie, qui pourrait bien à l'avenir s'accentuer et devenir critique. La résolution des questions liées à l'usage de l'eau conditionne en partie les espoirs de paix. L'Etat hébreu n'a guère de ressources propres en eau, si ce n'est les nappes phréatiques palestiniennes de Cisjordanie qu'il exploite illégalement pour son propre profit. Il dépend essentiellement du Jourdain et de sources situées au Liban et en Syrie. Pour Israël, la protection « militaire » de ces sources d'approvisionnement n'est pas un vain mot (REKACEWICZ et DIOP, 2008). C'est pour régler ces genres de problèmes que dans l'espace politique européen, la mise en oeuvre progressive d'une Directive Cadre sur l'Eau retient l'attention pour les deux prochaines décennies. Cette Directive tente d'organiser de manière harmonieuse l'amélioration de la qualité des eaux destinées à l'alimentation des populations, le renforcement des normes environnementales, la protection des milieux naturels et une plus grande transparence dans les modalités de la gestion de la ressource : généralisation du

principe pollueur-payeur, gestion collective à l'échelle des grands bassins versants, récupération des coûts, transparence de la gestion des services d'eau, en particulier pour les services concédés au privé (VERVIER, 2004). En Afrique par contre, la gestion collective des risques naturels (inondations, sécheresse, salinisation des ressources souterraines) n'est pas encore une réalité et les populations continuent de lutter localement contre ces phénomènes sans grands succès.

Au cours de ces trente dernières années, les sécheresses et les inondations ont été à la fois plus fréquentes et plus sévères, entraînant des conséquences néfastes pour les écosystèmes. Le continent africain a été touché par près d'un tiers des catastrophes naturelles liées à l'eau qui se sont produites dans le monde (BOUGUERRA, 2003). Toutefois, l'Afrique est perçue comme le domaine de sécheresse alors que c'est l'excès d'eau qui pose problème (PLOYE, 2005). L'absence de politique concertée d'une gestion intégrée des ressources en eau dans la plupart des pays africains, fait de cette ressource l'une des principales causes des nuisances aux conditions de vie des populations des villes et des villages. Les problèmes d'inondation, d'érosion, d'assainissement et de maladies hydriques en sont les principales manifestations.

L'enjeu de la maîtrise de l'eau et de sa gestion avec efficacité et équité est planétaire. Toutefois, c'est à l'échelle locale que se gère l'eau (GIROULT et SEUX, 2002). C'est dans ce contexte sociétal que s'inscrit la rédaction du mémoire intitulé : «La gestion de l'eau au Bénin et ses impacts environnementaux : cas de l'arrondissement de Houin dans la commune de Lokossa ». Le présent document s'articule autour de quatre chapitres :

- le deuxième présente le cadre de l'étude et fait l'état des ressources en eau de l'arrondissement ;

- le troisième évalue les impacts liés aux stratégies de gestion de l'eau ;

- le dernier énumère les différentes stratégies endogènes d'adaptation et d'atténuation des impacts des populations et propose des mesures pour une meilleure gestion des ressources en eau.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



La Vita e Bella - Gite - Livinhac le haut