WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La gestion de l'eau au Bénin et ses impacts environnementaux. Cas de l'arrondissement de Houin dans la commune de Lokossa

( Télécharger le fichier original )
par Coovi Ledestin Juvénal HOUSSOU
Université d'Abomey- Calavi Bénin - Maà®trise professionnelle en gestion de l'environnement 2010
  

précédent sommaire suivant

3.2.2. Ressources en eau de surface

L'absence de zones protégées, l'inexistence de périodes de repos biologique, la non limitation de l'accès à la pêche sur le lac Toho et l'augmentation de la population a entraîné la surexploitation de ce plan d'eau. En 2003, le nombre de pêcheurs recensés sur le lac était de 2050 (AHOUANSOU MONTCHO, 2003), ceci donne une densité moyenne de 205 pêcheurs/km2 or celle de tout le Bénin est de 116.5 pêcheurs/km2 comparativement à la moyenne de 8,9 pêcheurs/ km2 établie pour l'ensemble des milieux de type lagunaire et/ ou estuarien de l'Afrique de l'Ouest et du golfe de Guinée et à la densité de 12 à 13 pêcheurs/ km2 généralement soutenable par ce type d'habitat(CIENI, 2007).

Les mauvaises pratiques et utilisations des engins prohibés et l'absence de toute initiative de reconstitution des ressources halieutiques du lac ont conduit à la baisse de la production halieutique. Il y a deux décennies la production du lac avoisinait les 1400 tonnes mais aujourd'hui cette valeur oscille entre 600 et 800 tonnes (figure 13). L'absence d'un système organisé de collecte des données sur les pêches et le manque de moyens financiers ne permettent aujourd'hui de disposer de statistiques récentes sur le lac.

Figure 13 : Evolution de la production du lac Toho Source : Direction des pêches

La baisse de la production du lac conjuguée avec l'augmentation de la population et par ricochet de l'effectif des pêcheurs, a induit la réduction sensible des revenus des ménages. Par exemple les écailleuses (photo 10) n'arrivent plus à vivre des revenus de leur travail, elles sont obligées d'y associer d'autres activités génératrices de revenus comme la vente des poissons fumés. Le rapport d'enquête de référence réalisée en 2007 par le Centre International d'Études, de Négoce et d'Investissement (CIENI SA) d'Abidjan dans le cadre du programme PADDPA a révélé que la quasi-totalité de la population de la zone vit en dessous du seuil de pauvreté car le revenu mensuel par personne active s'établit à 14.766 F CFA. En somme, la gestion actuelle du lac Toho ne garantit pas qu'à ce rythme que les générations futures pourront bénéficier de ce lac si rien n'est fait au plus tôt pour améliorer la situation.

Photo 10 : Les écailleuses au bord du lac Toho à Logbo (Houin)

Cliché : Juvénal HOUSSOU, 2009

En outre de nombreux cas de bilharzioses souvent recensés dans l'arrondissement à cause du fait que les jeunes se baignent dans le lac ou s'y plongent pour pêcher. Selon les statistiques du centre de santé de l'arrondissement de Houin, plus de 70% de la population ont contracté au moins une fois la bilharziose. Les populations de l'arrondissement subissent donc des pathologies dues à la mauvaise gestion aussi bien des eaux de surface que des eaux souterraines.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.