WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La gestion de l'eau au Bénin et ses impacts environnementaux. Cas de l'arrondissement de Houin dans la commune de Lokossa

( Télécharger le fichier original )
par Coovi Ledestin Juvénal HOUSSOU
Université d'Abomey- Calavi Bénin - Maà®trise professionnelle en gestion de l'environnement 2010
  

précédent sommaire suivant

4.3. Ressources en eau souterraines

4.3.1. Pratiques endogènes de réduction des impacts de la gestion

En ce qui concerne la gestion des nappes souterraines, qui est du ressort de l'état central, aucun projet n'a encore vu le jour pour permettre une meilleure connaissance de ces ressources notamment du point de la vue de la quantité. Pour la protection de la qualité de ces nappes, un projet de loi portant gestion de l'eau a été initié par la direction générale de l'eau et est en souffrance depuis

juillet 2007 à l'assemblée nationale. L'adoption et l'application permettraient un suivi de l'accès aux nappes souterraines et une protection des périmètres de captage. Contrairement aux nappes souterraines, plusieurs mesures ont été prises par rapport à la gestion des ouvrages d'exploitation des eaux souterraines afin de réduire leurs impacts.

Les pertes d'eau sur les forages artésiens ont été supprimées sur quatre des cinq forages. Lorsque des forages qui ont déversé des millions de mètres cubes d'eau dans la nature sur plus de deux décennies ont fini par connaître des aménagements adéquats en 2009, ce sont là des efforts louables de cas de gestion intégrée de l'eau car l'eau n'est pas une ressource inépuisable. Mais il reste encore le forage de Vèha qui continue de déverser environ 600 m3 d'eau par jour dans la nature, il va falloir que la mairie de Lokossa avec l'appui de la direction départementale de l'énergie et de l'eau recherche des financements pour réaliser un aménagement adéquat afin de supprimer cette perte d'eau. En dehors du problème des pertes d'eau, des mesures ont été trouvées pour l'amélioration de la gestion des ouvrages hydrauliques en vue de la pérennisation de la fourniture d'eau potable aux populations. Il s'agira de professionnaliser la gestion de ces ouvrages. Mais jusqu'à ce jour, cette professionnalisation n'est pas vraiment encore effective à cause de la réticence et de l'opposition de certaines populations à ce processus, préférant la gestion communautaire afin de continuer le détournement des fonds issus de la vente de l'eau. Il faut noter aussi l'initiative de la mairie qui a décider d'auditer la gestion de toutes les adductions d'eau villageoises de la commune afin de prouver aux populations la gestion catastrophique qui était faite de leurs ouvrages et gagner leur adhésion au processus de professionnalisation des ouvrages d'eau.

4.3.2. Propositions de méthodes et techniques pour une meilleure gestion des eaux souterraines

L'eau étant une ressource épuisable et bien que la quantité d'eau disponible ne pose pas encore de problème, il importe que le ministère en charge de l'eau initie un projet qui permettrait une meilleure connaissance des eaux souterraines du pays. Ainsi les nappes qui se rechargent régulièrement devront être distinguées des nappes fossiles qui sont emprisonnées et ne se rechargent pas afin de bien définir une politique de la gestion intégrée des aquifères du pays. La protection des périmètres de captage devra devenir une réalité et l'accès aux nappes souterraines règlementé et suivi, mais pour ce faire l'adoption et l'application de la loi portant gestion de l'eau urge. Ceci est d'autant très important que lorsqu'aujourd'hui les méthodes d'amélioration de la production agricole font appel à l'usage de beaucoup d'engrais, ces produits qui s'infiltrent dans le sol polluent souvent la nappe phréatique dans des proportions très variées et méconnues. Si le problème du suivi de la quantité et de la qualité des ressources arrive à trouver réellement une solution, il va falloir aussi pensé à la pérennité de la fourniture de ces eaux souterraines aux populations en mettant en place un système de gestion des ouvrages d'eau qui devrait assurer l'entretien, la réhabilitation et le renouvellement de ces équipements.

Le processus de professionnalisation actuellement en cours dans tout le Bénin, vient donc à point nommé car son effectivité pourrait permettre d'atteindre cet objectif. Mais dans l'arrondissement de Houin, comme dans toute la commune de Lokossa, ce processus a du plomb dans l'aile. Il va falloir que les autorités communales sensibilisent encore les populations sur les bienfaits de ce processus et fassent rendre gorge à ceux qui auraient détourné les fonds issus de la vente de l'eau. Aussi, il faudra écarter les considérations politiques de la gestion l'eau et ainsi l'effectivité du processus de professionnalisation de la gestion des ouvrages d'eau et une bonne gestion des fonds issus de la vente de

l'eau par la mairie assurera à coup sûr la disponibilité de l'eau potable pour les générations futures de l'arrondissement comme partout dans la commune.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.