WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Essai sur les élites traditionnelles au Maroc

( Télécharger le fichier original )
par El Mostafa AAOURDOU
Université Moulay IsmaàŻl Meknes - Maroc - Master en science politique 2012
  

précédent sommaire suivant

B- leadership et régime du disciple et du maitre

Dans un système marqué par une carence des ressources, et pour sauvegarder la situation privilégiée du roi, le pouvoir veillait à ce que les relations le liant à sa clientèle soient essentiellement des rapports de dépendance, il n'est permis à aucun groupe de s'ériger en autorité indépendante. Ils ne sont titulaire d'aucun mérite pour acquérir l'autonomie d'action, ils sont dépourvus de la compétence, de la fortune et en plus ils sont complices du pouvoir.

Les partis politiques qui, constituent progressivement de véritables centres de pouvoir, incarnés par un groupe de cadres qui contrôlent la hiérarchie du parti en l'occurrence, le secrétariat général, bureau politique et comité central. L'accès à ces forteresses, adjure des allégeances, des alliances, des sacrifices voire des querelles parce que le sommet partisan aplanit la voie, et permis les possibilités de l'accès à un ministère et au centre de décision93(*).

Les partis politiques demeurent fidèles aux traditions d'élitisme héritées des zaouïas, les membres du parti sanctifient leur leader comme faisaient jadis le disciple et son cheikh de confrérie. L'escalade des cadres se règle par la proximité du leader du parti. Leurs chefs charismatiques, ressemblent à des bonzes, à des seigneurs de la haute féodalité, à qui il faut faire à tout moment allégeance94(*). Cette relation hypothèque l'avenir partisan et politique des membres et adhérents. On constate que l'élite politique même s'elle montre des apparences modernes, son système de valeurs et d'action font preuve d'une assimilation étonnante au makhzen. Les chefs de partis marocains s'apparentent comme détenteur de leur propre décision, mais en réalité ils étaient toujours des domestiques du Makhzen, incapables d'agir hors de sa sphère. Son inspiration d'un système archaïque, plonge la société politique dans une situation statique et stationnaire, semi féodale, indices pressant son effondrement et sa faillite. Ces pratiques archaïques constituent des signes pathologiques, elles touchent non seulement les institutions partisanes. Elles s'étendent pour atteindre toute les groupes et particulièrement les élites ministérielles et parlementaires.

* 93 -Claude Palazolli, Le Maroc politique, Sindibad, 1970, p. 87.

* 94 -Brouksy Lachen, La mémoire du temps Maroc, pays de l'inachevé, éditions Publisud 2004, p. 42.

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net