WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Essai sur les élites traditionnelles au Maroc

( Télécharger le fichier original )
par El Mostafa AAOURDOU
Université Moulay IsmaàŻl Meknes - Maroc - Master en science politique 2012
  

précédent sommaire suivant

b- tentative de classification :

Après l'indépendance, le Maroc, a opté en faveur d'une monarchie exécutive basée sur un multipartisme politique. Ce choix est l'apanage des circonstances de la libération du pays. Une coalition composée des forces du mouvement national et le roi, a permis cet exploit. Dans le contexte marocain fondé sur l'alliance et la contre-alliance, il est impossible, qu'une composante s'empare seule du pouvoir. Cela signifie un parti du roi contre le mouvement national ou un parti du mouvement national contre le roi44(*). Chacun des antagonistes détient une légitimité incontestable.

L'institutionnalisation des tensions, crée une situation où les ennemis ne peuvent s'entre-détruire sans s'auto détruire eux mêmes45(*). Aucun rival n'a pris l'initiative d'éliminer son concurrent. Mais chacun d'eux tenta de bonne heure des méthodes assurant tout d'abord sa survie, son expansion ou sa prépondérance. La monarchie a favorisé la création de nouveaux partis politiques, sous l'influence de certaines personnalités soucieuses des ambitions hégémoniques du parti de l'Istiqlal. Des personnalités pro-monarchiques ont créé des partis, pour les placer en face des partis du mouvement national. Conscientes de l'ampleur de cette initiative, l'aile progressiste du parti de l'Istiqlal, a manifesté son mécontentement, la scission était inévitable. L'U.N.F.P. fut créé, ses positions se radicalisent de plus en plus, l'heure de la segmentation de la gauche a sonné. La monarchie reprenait son rôle d'arbitre, ainsi que tous les pouvoirs, le roi devenait le principal acteur politique.

La genèse des partis politiques, et leur évolution dans un cadre sociopolitique spécifique, rend leur classification en partis de masses et partis de cadres inappropriée. De l'analyse du système partisan marocain, deux enseignements peuvent être tirés : le parti marocain n'est pas un parti de cadres(1) une classification en partis administratifs et partis issus du mouvement national semble adaptée au contexte marocain(2).

* 44- ? ? 184 - ÍÓä ÞÑäá- ÇáãÌÊãÚ ÇáãÏäí æÇáäÎÈÉ ÇáÓíÇÓíÉ ÅÞÕÇÁ ã ÊßÇãá ÑíÞíÇ ÇáÔÑÞ 2000

* 45 - Abdellah Saaf, images politiques du Maroc, éditions OKAD, 1987, p. 78.

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net