WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse et gestion du risque dans le système bancaire: cas du risque monétique et de la monnaie électronique au Sénégal

( Télécharger le fichier original )
par Ulrich Evrard LEYINDA LEKINGANI
Académie Sherbrooke Dakar - Master européen en management et stratégies financières 2011
  

précédent sommaire suivant

B. La monnaie, réserve de valeurs.

La monnaie rend possible l'utilisation différée dans le temps de la valeur d'échange qu'elle représente, car on n'est pas obligé de la dépenser immédiatement. La qualité de cette fonction de réserve de valeur dépend, bien sûr, de la stabilité monétaire (inflation).

Toutefois, pour que la monnaie soit considérée comme réserve de valeur au niveau international il faut d'abord qu'elle remplisse ses trois fonctions principales (intermédiaire d'échange, réserve de valeur et unité de compte). Aussi doit-elle être suffisamment stable au niveau interne pour émerger vers l'international. L'histoire de la livre sterling et du dollar des Etats-Unis aurait permis de mettre en évidence l'existence d'un « cycle de vie » des monnaies véhiculaires.

Selon (Tavlas et Ozeki, 1992)8(*), la performance du pays émetteur de la monnaie en matière de stabilité politique ou de stabilité des prix (niveau et variation), constituent en effet le gage de la confiance qu'expriment les détenteurs de monnaie (officiels ou privés) au regard de sa valeur, du degré de libéralisation des marchés financiers et de la mobilité des flux de capitaux. Un pays dont la monnaie est utilisée internationalement doit posséder un vaste marché financier qui puisse à la fois mettre à la disposition des prêteurs et des emprunteurs une gamme importante d'instruments financiers, pour être suffisamment liquide, c'est-à-dire caractérisé par un marché secondaire développé et enfin suffisamment déréglementé afin de faciliter la mobilité des flux de capitaux.

C'est pourquoi, selon Williams (1968)9(*) et McKinnon (1979)10(*) la suprématie de la Livre sterling dans le commerce international pendant la seconde moitié du 19ème siècle reflétait en partie le fait que Londres était un centre financier développé permettant d'escompter les effets de commerce en provenance du reste du monde à des taux relativement bas de la structure du commerce extérieur et du choix de la monnaie de facturation. Un argument complémentaire a tenté d'établir un lien direct entre la position d'investissement net d'un pays et l'utilisation de sa monnaie sur le plan international.

Un pays qui dégage une position d'investissement net à l'étranger positive est un pays

créditeur net vis-à-vis du reste du monde. Le reste du monde accumule des créances nettes sur un pays qui est déficitaire. Or, comme le soulignent Tavlas et Ozeki (1992), une nation qui dégage un surplus du compte courant de sa balance des paiements, ne voit pas pour autant sa monnaie utilisée internationalement si ses exportations ne sont pas libellées en sa propre

monnaie.

La diffusion de la monnaie nationale comme monnaie internationale (ou de réserve de valeur dans les transactions monétaires internationales) n'est donc pas induite par la position d'exportateur-nets de capitaux du pays (surplus de la balance des paiements courants impliquant des sorties nettes de capitaux libellés en monnaie internationale). Par contre, la position en compte courant (débitrice ou créditrice) est importante car elle peut affecter la confiance qu'ont les détenteurs de la monnaie en sa valeur et donc contraindre ou encourager indirectement son utilisation sur le plan international.

En somme, la monnaie au-delà de sa valeur intrinsèque d'intermédiaire d'échange, de réserve de valeur et d'unité de compte a besoin d'une stabilité interne (politique ; prix) et d'un marché financier assez développé et ouvert avec un niveau d'investissement étranger acceptable, ainsi qu'une balance de paiement performante pour la rendre fiable et espérée être utilisée sur le marché financier international en tant que réserve de valeur.

* 8 Tavlas G.S. et Ozeki Y., The internationalization of currencies : appraisal of the Japanese Yen, Occasional Paper, n°90, International Monetary Fund, janvier 1992.

* 9 Williams D., The evolution of the sterling system, dans C.R.Whittlesey and J.S.Wilson (ed.) , Essays in Money and Banking in Honour of R.S. Sayer, Oxford University Press, 1968, pp.266-297.

* 10 McKinnon R.I., Money in international exchange, Oxford University Press, 1979

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !