WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse et gestion du risque dans le système bancaire: cas du risque monétique et de la monnaie électronique au Sénégal

( Télécharger le fichier original )
par Ulrich Evrard LEYINDA LEKINGANI
Académie Sherbrooke Dakar - Master européen en management et stratégies financières 2011
  

précédent sommaire suivant

C. La monnaie, unité de compte.

Schumpeter (2005)11(*) voit dans la monnaie non pas "un bien ou une marchandise", mais essentiellement une unité de compte, produit d'une institution sociale. Laquelle, dans le monde moderne, est le système bancaire, qui émet une monnaie de crédit. Les banques créent un pouvoir d'achat, en faisant crédit: alors que l'épargne se trouve "entre les mains de personnes qui ne peuvent ni ne veulent la risquer dans quelque chose de nouveau", le crédit permet de financer l'innovation, donc d'alimenter la croissance. La monnaie n'est pas neutre. Il s'agit d'une création humaine, mais elle doit cependant être régulée : c'est le rôle de la banque centrale ("la banque des banques", écrit Schumpeter), qui est moins une création de l'Etat que la résultante logique d'un système de paiement bancaire.

On voit se dessiner dans cet ouvrage une analyse très moderne d'un payeur en dernière instance, qui donne consistance à un système dont la finalité n'est pas seulement la stabilité, mais aussi la croissance.

Dans cette première partie qui traite des principales fonctions de la monnaie (intermédiaire d'échange, réserve de valeur et unité de compte), on se rend compte qu'il ya une quatrième fonction de la monnaie à laquelle les économistes et les financier ne font pas souvent référence. Il s'agit de celle de moyen d'enrichissement. En effet, dans notre système économique reposant sur le droit de propriété privée des actifs financiers et industriels, la monnaie a le pouvoir de rapporter d'autre monnaie. Elle permet, à son propriétaire, de percevoir un revenu par le seul fait de sa richesse. Il lui suffit pour cela de transformer sa monnaie en actifs financiers, en la "plaçant". C'est à dire en la prêtant contre intérêt, ou bien en l'échangeant contre des actions de sociétés. 

Comme l'intérêt et le profit n'ont rien de miraculeux et proviennent forcément quelque part du travail d'autrui, en se transformant en capital financier la monnaie peut accorder à son propriétaire le pouvoir de capter une part de la richesse produite par le travail d'autrui. Par l'intermédiaire de l'intérêt et du profit, la monnaie joue donc le rôle d'instrument de captation et de transfert de richesse, et assure la fonction de moyen d'enrichissement privé. 

Dans ce sens, la multiplication des transactions des échanges dans le but d'obtenir des gains et augmenter sa richesse individuelle ou collective a amené les opérateurs économiques à diversifier les moyens de paiements. De plus, l'évaluation de la vitesse de circulation de la monnaie peut fournir de précieuses indications aussi bien conjoncturelles (la hausse de V est associée à une période de croissance économique) que structurelle (modifications des habitudes de paiement). Aussi, c'est cette modification des habitudes de paiements et leur évolution dans le temps qui vont nous intéressé dans la deuxième partie de cette revue critique de littérature.

* 11 Theorie de la monnaie et de la banque, par Joseph Alois Schumpeter Ed. L'Harmattan, 2005, 2 vol., p.288 et 238

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.