WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La micro- finance dans l'adoption de nouveaux paquets technologiques de production de riz dans le département des Collines au Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Léonie KOUMASSA
Université d'Abomey- Calavi (Bénin ) - Diplôme d'ingénieur agronome 2007
  

précédent sommaire suivant

2.1.2.3. La micro-finance et le financement de l'agriculture

En Afrique de l'ouest, le Bénin fait parti des pays où l'activité de micro-finance est très dynamique, de part la multitude des structures (1192 initiatives de micro-finance avec environ 750 IMF dont 170 reconnues par la cellule de micro-finance) et le volume des financements qu'elles injectent dans l'économie nationale (66.317millions de FCFA en 2003). Malgré cette réalité, il n'y a pas de discours où on n'entend pas parler de l'insuffisance de financement de l'agriculture béninoise, du manque de crédit etc. Des études ont montré que plus de 65% des crédits mis en place par les structures de micro-finance, vont vers les activités commerciales surtout domiciliées en milieu urbain ( alafianetwork.org/doc/sem_nat_microfin_com2.pdf -). En 1997 au Bénin, la contribution des IMF au financement de l'agriculture était de l'ordre de 6

15

Léonie KOUMASSA : Thèse d'Ingénieur Agronome, Décembre 2007

Contribution de la micro-finance à l'adoption de nouveaux paquets technologiques de production de riz dans le département des Collines

milliards alors que les besoins de financement de la seule filière coton s'élevaient à près de 40 milliards (Kodjo et al., 2003). Par ailleurs, on observe un faible niveau d'utilisation des services financiers des IMF par les producteurs agricoles.

L'agriculture occupe une place importante dans la stratégie de développement au Bénin. (Houédjissin et al., 2002) rapportent que les banques et les établissements financiers participent peu au financement de l'agriculture, et que parmi les nombreuses conséquences, on relèvera notamment que la dynamique de développement de l'agriculture béninoise reste en dessous des potentiels techniques et économiques. Aussi, l'adoption des innovations issues de la recherche agricole est sérieusement compromise, faute de scénari efficaces de financement des investissements. Selon Kodjo et al, (2003), le maillon faible dans le processus d'intensification agricole au Bénin, est la non utilisation des ressources matérielles (équipements et intrants externes), pour la production par défaut de ressources financières.

Pourquoi donc malgré la demande de cette majorité de la population béninoise (80%), et la disponibilité chaque fois réaffirmée des IMF de financer le paysannat, les plaintes, l'incompréhension et autres qualificatifs négatifs persistent.

L'évaluation des progrès accomplis dans le renforcement institutionnel, pour répondre aux besoins de crédit du petit exploitant, montre que les structures rurales chargées d'animer le marché financier pour l'agriculture sont encore pour la plupart, récentes, inexpérimentées inadéquates, voir impuissantes face aux besoins financiers réels des producteurs (Houédjissin et al., 2001). En effet, au Bénin, les institutions de micro-finance et les exploitants (es) agricoles ne disposent pas souvent d'éléments techniques, pour négocier les formules d'emprunt (Allagbé et al., 2004). Selon les mêmes auteurs, les mêmes taux d'intérêt sont appliqués indifféremment sans tenir compte des cycles des activités ou d'autres dossiers de crédits agricoles soumis au financement à moyen et à long terme (plantation, mécanisation, irrigation etc.) sont purement et simplement rejetés. Dans un contexte où les informations technico-économiques sont souvent absentes, il est compréhensible que la plupart des institutions de micro-finance ne s'engagent pas dans le financement de l'agriculture, et qu'elles perçoivent les crédits agricoles comme des crédits risqués.

16

Léonie KOUMASSA : Thèse d'Ingénieur Agronome, Décembre 2007

Contribution de la micro-finance à l'adoption de nouveaux paquets technologiques de production de riz dans le département des Collines

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.