WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La micro- finance dans l'adoption de nouveaux paquets technologiques de production de riz dans le département des Collines au Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Léonie KOUMASSA
Université d'Abomey- Calavi (Bénin ) - Diplôme d'ingénieur agronome 2007
  

précédent sommaire suivant

3.2.2. Le milieu physique

Le relief de la commune de Dassa est dominé par des alignements de collines sensiblement du Nord au Sud dont l'altitude peut parfois atteindre 400 mètres. Il a été recensé en 1989 plus de 44 collines, 16 rivières, ruisseaux et plans d'eaux qui irriguent la commune et au moins 20 bassins versants.

La commune de Dassa-Zounmé, jouit d'un climat de transition entre le climat sub-équatorial de la côte et le climat tropical humide de type soudano-guinéen du Nord-Bénin. L'ancien régime pluviométrique caractérisé par deux saisons de pluies distinctes, semble progressivement disparaître. La saison des pluies tend à devenir unique et est marquée par des irrégularités dans le temps et dans l'espace avec quelque fois des poches de sécheresse ou d'excès de pluies, agissant sensiblement sur la production. La moyenne pluviométrique varie entre 900 et 1200 voire 1300 mm de pluie. La figure N°5 montre la répartition des pluies dans la commune au cours des cinq dernières années.

28

Léonie KOUMASSA : Thèse d'Ingénieur Agronome, Décembre 2007

Contribution de la micro-finance à l'adoption de nouveaux paquets technologiques de production de riz dans le département des Collines

2002 2003 2004 2005 2006

1400

1200

1000

800

Pluie

600

400

200

0

Années

Figure 4 : Histogramme des hauteurs annuelles cumulées de pluie de Dassa-Zounmè (2002-2006).

Source : CeCPA Dassa-Zounmè 2007

Le réseau hydrographique comprend : l'Ouémé qui marque la limite naturelle à l'Est de la commune et le Zou qui marque la limite naturelle au Sud de la commune. On note également de nombreux ruisseaux ou bras de cours d'eau à régime pluviométrique saisonnier. Au nombre de ceux-ci on peut citer l'Agbado sur la limite ouest de la commune et le Tewi qui prend sa source depuis le centre de la commune et la traverse sur toute sa moitié Sud.

Les principaux types de sols rencontrés sont : les sols ferrugineux tropicaux sur socle cristallin sur la majeure partie de la commune ; les vertisols et les sols hydromorphes disséminés dans la commune et surtout dans les zones de dépressions. On dénombre dans la commune beaucoup de bas-fonds qui sont favorables à la riziculture et au maraîchage.

La végétation est dominée par une savane légèrement arborée. On note quelques lambeaux de forêts, généralement sous forme de forêts classées atteignant 26.450 hectares.

3.2.3. Le milieu humain

Selon les résultats du 3ème Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH 3), la commune de Dassa compte en 2002, 93967 habitants (soit 17,5% de la population du

29

Léonie KOUMASSA : Thèse d'Ingénieur Agronome, Décembre 2007

Contribution de la micro-finance à l'adoption de nouveaux paquets technologiques de production de riz dans le département des Collines

département des Collines) dont 45190 hommes (48,09%) et 48777 femmes (51,91%), avec une densité de 53,4 habitants au km2. La population est à dominance Idaatcha (65%). Les autres ethnies que l'on rencontre sont les Mahi et les Fons (30%) et autres (Bariba, Dendi, Peuhl, Otamari) (5%) selon les résultats du pré-recensement national de l'agriculture en 1998. La population active agricole est estimée à environ 36.084 habitants dont 51% (18.646) représente le sexe féminin (Rapport annuel d'activités 2003-2004 du CeRPA Zou-Collines). Le nombre total de ménages est de 12198 dont 9922 ont un homme à leur tête (soit 81,34%) et 2276 sont dirigées par des femmes (soit 18,66%). La population de la commune est largement rurale avec un taux de 75,45%. Le taux annuel de croissance de la population est de 3,40% (PDC 20052009). Les religions pratiquées sont : le christianisme (65,2% de la population), les religions traditionnelles (20,5%) et l'islam (5,2%).

La vie économique de la commune est essentiellement animée par le secteur primaire notamment agricole. En effet, l'agriculture occupe au moins 94% de la population et les cultures dominantes sont les cultures vivrières comme le maïs, le niébé, le riz, le soja, le sorgho, l'igname, le manioc et les principales cultures industrielles que sont le coton et l'arachide. L'anacarde a commencé par prendre une place importante ces dernières années au sein des exploitations agricoles. L'élevage reste peu développé et se pratique d'une manière traditionnelle avec comme espèces d'élevage, les bovins, les ovins, les caprins, les porcins et la volaille. Quelques troupeaux transhumants semi-nomades arrivent à la faveur des saisons et y restent pour de courtes durées avant de continuer vers Kouykoudji (Savalou) ou Sagbovi (Zagnanado). La pêche est développée et se pratique de manière traditionnelle au niveau des fleuves Ouémé et Zou en saison de décrue. L'artisanat reste à l'état informel. Il existe toutefois, quelques centres de métiers comme, le tissage, la fabrication des pièces de rechange des pompes hydrauliques et de nombreuses unités de transformation des produits agricoles. Le secteur secondaire est très peu développé. Mais on dénombre environ une dizaine d'entreprises de construction, une usine d'égrenage de coton, des scieries, une imprimerie, une boulangerie, etc. Quant au secteur tertiaire, il est alimenté par le commerce, les services (bureaux d'études,

30

Léonie KOUMASSA : Thèse d'Ingénieur Agronome, Décembre 2007

Contribution de la micro-finance à l'adoption de nouveaux paquets technologiques de production de riz dans le département des Collines

business center, transporteurs auto ou moto, etc.), quelques institutions financières (BOA et des IMF), le tourisme, la restauration, etc.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.