WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La remise en cause des frontières africaines. Cas de la RDC

( Télécharger le fichier original )
par Olivier DIEMBY MALENGA
Université technologique Bel Campus à  Kinshasa en RDC - Licence en relations internationales option politique internationale 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2. FONCTIONS DE LA FRONTIERE

Appliquée à la frontière, les caractéristiques ci-dessus nous révèlent les quatre fonctions suivantes4(*) :

2.1. La fonction de traduction

La frontière est la traduction d'une intention, d'une volonté, d'un pouvoir, d'un projet sociopolitique etc. Le caractère volontaire de la frontière met en évidence le fait que la frontière résulte toujours de la volonté humaine. Bien sûr, le tracé d'une frontière se réfère à des limites artificielles ou à des limites naturelles. Mais, même dans ce dernier cas, l'attribution de la qualité de frontière à l'un ou l'autre élément géographique naturel est encore le fait de la volonté humaine.

2.2. La fonction de régulation

La frontière délimite un territoire. Par ce fait même, elle régule les ressources politiques, sociales, culturelles, économiques qui y sont disponibles. La frontière régule au sens où elle est la recherche d'un certain ordre. La constance des tracés frontaliers est en effet un élément important de stabilité. A ce titre, elle serait le seul concept politique, à caractère universel ayant l'approbation de la majorité. En effet, la frontière a été et, en bien des sens, demeure une institution politique de base : dans une société moderne, aucune vie économique, politique ou sociale régulée ne pourrait s'organiser sans elle.

A l'intérieur de ses frontières, l'Etat est appréhendé comme une juridiction de souveraineté et la doctrine wébérienne du monopole de la violence légitime de l'Etat sur son territoire lui est tout aussi universellement reconnue. Ainsi, la revendication de l'Etat moderne, d'être la source exclusive des pouvoirs et des prérogatives de la Loi, ne peut se réaliser que si ses frontières sont rendues imperméables à une intrusion étrangère non souhaitée.

2.3. La fonction de différenciation

La frontière marque la différence, elle lui donne sens, elle la fonde. A ce titre, la frontière peut être considérée comme le signe premier des relations internationales.

* 4 «Conflits » in http://www.conflits.org/index2270.html, consulté le 30 Avril 2012

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net