WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Exploitation minière et conflits fonciers. Le cas de la localité de Hiré (Côte d'Ivoire).

( Télécharger le fichier original )
par Cyprien Yao YAO
Université Félix H.Boigny  - Master1 Sociologie spécialité: Environnement 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

6-Conditions sociales de production des données

6-1-Préparation de l'enquête

Après avoir conçu le cadre de l'étude, des précautions ont été prises pour préparer l'enquête de terrain à proprement dite. Il s'agit de certaines dispositions au niveau personnel et matériel ainsi qu'au niveau du champ social d'étude. A ce titre il s'est agi de se munir de : un enregistreur, un carnet de note, un stylo, un guide d'entretien et se préparer psychologiquement à toutes éventualités du terrain. Par ailleurs des dispositions ont été prises pour prendre des rendez-vous au moment le plus favorable à la réalisation des entrevues.

Ainsi, l'enquêtes'est-elle déroulée sur un mois et demi et en deux phases. La première s'associe à la phase exploratoire. Celle-ci a nécessité deux semaines. La seconde qui s'est déroulée sur un mois a consisté à la collecte des données au moyen d'un guide d'entretien herméneutique. Si nous sommes parvenus à la collecte des données, il importe de relever à présent quelques difficultés majeures rencontrées lors de cette étape.

6-2- Difficultés rencontrées

Celles-ci sont liées à la familiarité avec l'univers social étudié, à la situation socio politique locale marquée par des conflits récurrents, au passage du langage ordinaire au langage anthropologique et à la non-disponibilité de certains participants à l'étude. Nous les exposons au cas par cas pour une meilleure compréhension.

D'abord, faut-il relever que la familiarité avec l'univers social étudié a constitué pour nous l'obstacle épistémologique du point de vue de la distanciation entre le chercheur et son objet de recherche (BOBO 2011, p.35, op. cit). Nous baignions en quelque sorte dans le même sens commun que les populations étudiées (Olivier de Sardan 1989 : 129 cité par BOBO, 2011, op. cit).En effet, l'étude se déroule sur un espace social auquel nous appartenons en tant que natif du village de Bouakako. Nous y sommes nés et y avons grandi. Ainsi, peut-on dire que mener des recherches sur sa propre culture comporte aussi bien des avantages que des inconvénients. En fait, notre posture de chercheur est sujette à des intrigues dans le village. Les enquêtés sont souvent étonnés devant notre apparente naïveté lorsque nous tentons de garder une distance face au phénomène à l'étude. Ils sont surpris que nous ignorions en tant que fils du village, des questions telles les modes d'accession à la terre, les questions portant sur la croissance des conflits10(*) et leur gestion, la manière dont ils les perçoivent, ...etc.

Ensuite, faut-il noter quelques difficultés langagières rencontrées quant au passage du langage ordinaire au langage anthropologique. Lors des entretienssurtout avec les migrants, nous avons été confrontés à des difficultés d'expression en langue Baoulé. Nous éprouvions ainsi ces difficultés dans l'exposition des objectifs de l'étude ainsi que dans la traduction de certains concepts utilisés dans le guide d'entretien.

Par ailleurs, la situation socio politique caractérisée par des tensions et conflits récurrents entre représentants locaux de l'Etat, populations locales et multinationale minière a eu des effets sur les entretiens. En effet, certains responsables locaux ont manifesté de la réticence face à nos questions. Pour eux, les informations relatives à l'exploitation minière sont utilisées à des fins de protestations par les populations locales. Ainsi, entendions-nous d'un entretien à l'autre :«  Ici là, on fait attention maintenant, ce qu'on n'a pas dit, c'est ce que les gens vont raconter dehors.» ou encore«Hum ! Ici là, on se méfie maintenant dèh !».

Enfin, force est de signaler la non-disponibilité de certains participants à l'étude, notamment l'autorité administrative locale. En effet,le sous-préfet en tant que représentant de l'Etat au niveau local est également le président du comité de gestion des conflits. Il seprésente donc comme un des acteurs clés de l'objet de cette recherche. Ceci étant, nous avons négocié à plusieurs reprises des rendez-vous auprès de sa secrétaire afin de le rencontrer. Mais cela a été en vain.

* 10 En fait, cela suscitait plus d'intrigues d'autant plus que dans les représentations sociales de ces acteurs, un fils du terroir qui exprime un intérêt pour les modes d'accession à la terre est en passe de réclamer un héritage à quelqu'un. Dans ce sens, un des enquêtés a tenu les propos suivants à notre égard : As-tu un problème de terre avec ton oncle ? Si c'est le cas, je ne suis pas le mieux placé pour t'informer.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net