WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Exploitation minière et conflits fonciers. Le cas de la localité de Hiré (Côte d'Ivoire).

( Télécharger le fichier original )
par Cyprien Yao YAO
Université Félix H.Boigny  - Master1 Sociologie spécialité: Environnement 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4-2-Les rapports dialectiques entre les multinationales minières et les
communautés locales 

Le déplacement de populations dans les projets miniers entraine le risque de désarticulation sociale et devient ainsi facteur de l'émergence des conflits. C'est la perspective abordée par Downing (2002) dans l'analyse de sa notion de géométrie sociale. Pour celui-ci, le déplacement des populations comporte le risque de la désarticulation sociale quant à la rupture des relations symboliques de celles-ci à leur espace. Il évoque en particulier les enjeux soulevés par ces mécanismes à savoir la perte de terres, le chômage, la perte d'habitation, l'insécurité alimentaire, la perte d'accès à des ressources de propriétés communes, l'augmentation de la morbidité et de la mortalité.Toutes ces situations selon cet auteur favorisent la croissance des conflits. Car les transformations de l'ordre socio-temporel des populations déplacées provoquent des revendications à n'en pont finir. Il insiste particulièrement sur la dimension culturelle de ces groupes sociaux qui est le plus souvent évacuée au profit de la dimension économique.En définitive, la rupture des dimensions culturelles et symboliques utilisées ici par l'auteur pour expliquer le rapport des peuples autochtones à l'espace comme facteur de la croissance de conflits est un atout à la l'explicitation de la question qui guide cette investigation.De plus, l'aspect économique privilégié dans les mesures de compensations ainsi que les éléments structurelsqui le déterminent constituent un autre apport à la compréhension de la question centrale de cette étude. Cependant, ces aspects énumérés par l'auteur ne suffisent pour comprendre le phénomène étudié.

Le Meur (2010) abonde dans un autre sens. Les conflits fonciers sont au croisement des trajectoires politiques, foncières et minières. Selon l'auteur, le poids omniprésent de longue durée de l'activité minière surl'arène locale entraine la modification des trajectoires individuelles et collectives et la croissance des conflits. Ainsi, pour Le Meur, analyser les déterminants sociaux de la persistance des conflits fonciers dans les fronts miniers telle que la Nouvelle Calédonie nécessite de se replacer dans une perspective sociohistorique.La profondeur historique du secteur minier et des industries minières sur l'espace s'accompagne d'une diversité de relations qui se noue. Ces relations entre opérateur minier principal et les acteurs et institutions de la localité sont à l'oeuvre des modalités de transformations des interfaces entre industries minières et arènes locales.On peut dès lors comprendre selon l'auteur queles situations de conflits et de corruptions qui s'observent dans les fronts pionniers miniers s'inscrivent dans une dynamique relationnelle, produit historique des interactions entre acteurs (partis politiques, autorités coutumières, associations, entreprises, administrateurs, notables locaux). De cette manière, les référents et les répertoires de justifications de l'autochtonie, de contrôle des rentes, de logiques de compensations, de développement économique ne sont autres que l'éclatement d'antagonismes socio politiques et fonciers inhérents à l'histoire de groupes sociaux et qui sont amplifiés par les opérateurs miniers. Ces tensions encastrées dans les rapports sociaux se révèlent au fil des temps parfois en de violentes revendications politiques et culturelles et s'appuient sur des enjeux particuliers en l'occurrence les enjeux fonciers et miniers.Il importe à présent de rappeler que la dimension socio historique et la démarche ethnographique mobilisées par l'auteur pour expliquer les situations de conflits à l'oeuvre dans les fronts miniers apportent des éléments de précisions à la question centrale de cette étude. Les dimensions symboliques et relationnelles mobilisées permettent également de faire un pas de plus dans l'avancement des connaissances. Toutes fois, il convient de préciser que la thèse défendue par l'auteur quant à la mise en évidence du contexte historique pour analyser les situations en cours dans les fronts miniers ne suffit pas pour apporter une satisfaction à cette étude. D'un point de vue temporel, le phénomène de l'exploitation minière appréhendé dans le cadre de cette recherche est récent à Hiré-Watta. Dès lors, d'autres éléments pouvant conduire à la compréhension de la question méritent d'être convoqués.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net