WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

àČtude de l'opinion publique sur la réorganisation territoriale en RDC. Cas de la nouvelle province du Lualaba.

( Télécharger le fichier original )
par LEPPERS MBWAMB
Université de Kolwezi - De graduat  2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

INTRODUCTION

Depuis quatre décennies environ, la subdivision territoriale fait l'objet de débat de l'opinion publique congolaise comme bien entendu dans sa considération comme une meilleure procédure de gestion du pays.

Plusieurs pays moins vastes que la République Démocratique du Congo ont recouru à cette technique pour la gestion meilleure de leur territoire. La constitution de la troisième République promulguée le 18 février 2006 semble apporter une suite palliative à cette crise d'aménagement en son article 2, en décidant de l'élévation de certains districts actuels au niveau des anciennes provinces parmi lesquels nous trouvons le district du LUALABA.

Les raisons politiques avancées pour justifier cette nouvelle réorganisation territoriale autrement appelée « découpage territorial » évoquent la nécessité et le souci de la meilleure gestion de la territoriale. Il va de soi que le découpage est une cause noble et objective indiscutable mais qu'il convient d'admettre que celui-ci, aura des retombées quant à son applicabilité. Nous avons intitulé notre sujet « Etude de l'opinion publique sur la réorganisation territoriale des districts en République Démocratique du Congo. (Cas de la future province du LUALABA).

I. ETAT DE LA QUESTION

L'esprit humain ne ressent jamais la curiosité mais éprouve aussi les besoins de bien appréhender l'événement, la soif de synthèse, aussi, cherche t-il un recul en vue de situer l'information, de lui donner ou de lui trouver un cadre de référence, de l'insérer correctement dans la vision globale permettant d'en apercevoir la situation, la signification et la portée.

Ainsi, nous nous sommes servis de quelques travaux produits par nos prédécesseurs parmi lesquels nous citerons : BANZA KALAMA, « Découpage territorial en République Démocratique du Congo comme facteur de la bonne gouvernance ». En cherchant à comprendre le pourquoi de mise en place du processus du découpage en RDC pour la recherche de la bonne gouvernance alors que celui-ci ne respecte pas les facteurs inhérents à la mise en place, l'auteur constate que, le découpage n'est pas mauvais en lui même, mais il n'est pas opportun de procéder de manière précoce à celui-ci la meilleure façon d'agir serait de respecter les critères démographiques et économiques.

KAMB YAV, a centré ses investigations sur « le nouveau découpage territorial : attentes et défis à relever par l'administration publique et avis de l'opinion publique». Il cherche à conscientiser les politiciens, la population, les gestionnaires des services publics et à les pousser à l'esprit de travail s'ils veulent la réussite de la technique de décentralisation. Pour lui, le problème de développement dépend non seulement du découpage territorial ou des nouveaux modes de gestion, mais de la gestion consciencieuse et de la bonne gouvernance de nouvelles provinces. Que les nouvelles provinces soient suffisamment gérées par des hommes consciencieux.

Notre démarcation par rapport à ces deux auteurs consiste en ce que nous lançons une analyse de projection sur la réorganisation territoriale en cherchant à comprendre si la population du Lualaba accueille avec joie cette réorganisation territoriale et à recueillir ainsi les opinions émises par les citoyens de cette nouvelle province.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net