WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

àČtude de l'opinion publique sur la réorganisation territoriale en RDC. Cas de la nouvelle province du Lualaba.

( Télécharger le fichier original )
par LEPPERS MBWAMB
Université de Kolwezi - De graduat  2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II. PROBLEMATIQUE ET HYPOTHESES

III.1. PROBLEMATIQUE

La problématique constitue dans tout travail scientifique une étape importante et incontournable dans la rédaction d'un travail scientifique. Elle est définie comme l'art d'élaborer et de poser clairement le problème et aussi de le résoudre en suivant leur transformation dans la réflexion philosophique et scientifique1(*).

De notre part, elle est une interrogation ou un enchevêtrement des questions que le chercheur se pose au sujet qui le préoccupe. De ce fait, la réorganisation territoriale n'est pas un phénomène récent dans l'histoire de la RDC, dès l'époque coloniale de nombreux textes montrent comment la décision se prenait au profit des entités urbaines. C'est le cas de la réforme du 29 juin 1933 portant organisation des provinces, aussi le décret du 05 décembre 1933 portant sur les circonscriptions indigènes outre que les centres extra-coutumiers régis à cette époque par le décret du 23 novembre 1931.

Quelques années plus tard avec la constitution de Luluabourg, celle-ci prévoyait une subdivision territoriale des provinces qui passaient désormais de 6 à 21, alors qu'elle ne pourrait aboutir à des résultats escomptés du fait de l'impréparation de certains facteurs accompagnateurs. En analysant une telle réforme, nous nous sommes posés comme interrogation: Quels sont les indices qui montrent que les populations locales se réjouissent de cette réorganisation territoriale?

III.2. HYPOTHESE

A toute question correspond une réponse. Pour mieux avancer dans son étude, le chercheur se propose des réponses provisoires aux questions qu'il se pose.

A la lumière de notre problématique, la réorganisation territoriale en elle-même étant un processus assez compliqué, nécessite un réaménagement légal important, cela est d'autant plus vrai que lorsqu'on ne tient pas compte des facteurs objectifs (les infrastructures, le rassemblement des données démographiques, la consolidation de sentiment du vouloir vivre collectif, la formation des experts et animateurs de la territoriale, le processus risquerait de poser des problèmes irrésolubles qui mettraient en mal la variabilité de nouvelles entités, alors que si nous sommes à la quête de viabilité de nouvelles entités.

Tout ce qui se fait contre le temps est souvent destiné à échouer, rien donc n'est impossible avec le temps. Comme hypothèse nous disons que les populations locales se réjouiraient de cette réorganisation territoriale au regard de l'appropriation de cette démarche et même les déclarations faites à ce sujet ainsi que le comportement manifesté.

* 1 MPALA MBABULA, Pour vous les chercheurs, édition MPALA-2001, Lubumbashi, page 18

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net